roland motte 2015
roland motte 2015

Les premiers murs végétaux avaient fait fureur il y a quelques années ! Utiliser des murs pour planter et verdir la ville, c’était sensationnel ! Mais depuis, les petites plantes ont fait du chemin… Les voilà sur les toitures, dans

Cet article est réservé aux abonnés "Premium"

Abonnez-vous et accédez sans limite à tous nos contenus !
20170624_160705 luc cut
Luc NAROLLES
Surligneur de Talents !
Directeur de la rédaction

Pourquoi s’abonner à JAF-info ?

Pour rester à la pointe de l’actualité dans les secteurs de la jardinerie, de l’animalerie et de la fleuristerie. Pour bénéficier d’une source d’information fiable et indépendante, alimentée par un professionnel expérimenté du domaine depuis plus de trois décennies. Pour accéder à une variété de contenus incluant une veille, des analyses économiques, des offres d’emploi et des annonces spécifiques à cette filière. Au lieu de conforter vos opinions, JAF-info préfère plutôt éclairer vos choix dans un environnement en constante évolution. JAF-info : le 1er média en ligne des Distributeurs de la Nature !

Les premiers murs végétaux avaient fait fureur il y a quelques années ! Utiliser des murs pour planter et verdir la ville, c’était sensationnel ! Mais depuis, les petites plantes ont fait du chemin… Les voilà sur les toitures, dans des cadres muraux à l’intérieur de la maison, elles arrivent sur les toits et sont déjà depuis longtemps partout dans les maisons.

L’exposition universelle de Milan nous vente l’avenir qui passera par les fermes verticales, et très concrètement, les toits de Paris, après les ruches, commencent à se garnir de végétation.

L’expérience proposée par les Galeries La Fayette, boulevard Haussmann, de planter plus de 1000 M2 de fraises et autres cultures comestibles sur le toit du magasin est encore liée à la communication, même si les récoltes vont bon train. Mais en parlant de train, il est en marche, et nous assistons aux balbutiements de cette nouvelle agriculture verticale, proche des centres de consommation.

Tout comme les murs végétaux en son temps, ces projets novateurs font la une des quotidiens, mais demain, ces expériences deviendront réalité et nous pourrons aller à la cueillette du muguet sur la Tour Eiffel le premier mai avant d’aller chercher nos melons et nos tomates sur les toits de la Défense.

Cette nouvelle perspective fait l’unanimité pour son coté écolo, collaboratif, productif et pragmatique, et nul doute que les constructions à venir devront intégrer ces jardins « suspendus » et « citadins ».

Les architectes devront intégrer les espaces cultivables sur les nouveaux bâtiments, les obtenteurs trouveront des variétés adaptées aux toits de nos villes, les produits de jardin intégreront cette nouvelle façon de découvrir la nature en inventant des bêches verticales, des arrosoirs de hauteur, des terreaux d’altitude, des engrais toiture…

Ajouter à cela la maitrise des LED qui remplaceront efficacement la lumière du soleil, et nous voilà engagés dans un potager tout azimut !

En y regardant de plus près, un nouveau monde s’ouvre à nous jardiniers, un monde au dessus de nos têtes, un monde sur les toits et dans les parkings. Un monde mais aussi un jardin ouvert à toutes les fantaisies !

Informations sur la publication :
Rechercher
Cher Talent