Publicité - Pack Impact
92
Vues

Présidentielle 2022 : Frédéric Gosset, fleuriste : « Les élus ont laissé couler la filière française »

La rédaction de JAF-info
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Présidentielle 2022 : Frédéric Gosset, fleuriste : « Les élus ont laissé couler la filière française »

horticulture-JAF-Jardinerie
La rédaction de JAF-info
Vues :
92
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin


Dans le cadre d’une série intitulée « Qu’attendez-vous de la présidentielle ? », nous publions des témoignages. Aujourd’hui celui de Frédéric Gosset, fleuriste à Lisieux (Calvados).

Fleuriste à Lisieux (Calvados) depuis 1995 avec d’abord le magasin Point Fleur, et Paroles de Fleur à compter de 2004, Frédéric Gosset ne cultive pas la langue de bois. À 59 ans, le commerçant a vu la filière française se faner au fil du temps, et le déplore vivement. À tel point qu’aujourd’hui, le constat est simple : toutes les fleurs viennent de l’étranger.

« Elles transitent forcément par la Hollande », constate-t-il. « La Hollande qui, lorsqu’elle ne produit pas comme c’est le cas actuellement pour les roses, en raison de l’augmentation des prix des carburants, et plus particulièrement du gaz, les importe d’Amérique du Sud et d’Afrique ».

Du Sud de la France, le Mimosa transite par la Hollande pour venir en Normandie

Si cela n’a pas vraiment d’incidence sur le coût et la qualité des végétaux, en termes de bilan carbone, avec évidemment des transports par avions réfrigérés, le bilan est désastreux. « C’est zéro. Je ne veux même pas y penser », peste le commerçant agacé par cette situation, avant d’ajouter « Quand vous pensez que pour faire venir en Normandie, du mimosa produit dans le Sud de la France, il faut passer par la Hollande ! »

Il est vrai que les chiffres sont effarants. 85 % des fleurs coupées vendues dans l’hexagone proviennent des Pays-Bas, acteur incontournable de la floriculture dans le monde, et 9 fleurs étrangères sur 10 vendues sur le marché français sont obligatoirement passées par l’autre pays du fromage qui se ravitaille au Kenya (22 %), en Éthiopie (12 %), Équateur (10 %), Colombie (5 %) ou encore au Costa Rica (4 %).

« Les élus ont laissé couler la filière française »

« On a le sentiment que les élus qui se sont succédé ont laissé couler la filière française, et c’est évidemment regrettable », souligne Frédéric Gosset. « Je pense qu’il faut recentrer toute la production sur la France d’autant que nous avons un véritable savoir-faire ».

Une volonté qu’il souhaiterait voir germer dans la politique du prochain pensionnaire de l’Élysée. C’est avec cet espoir, que le commerçant lexovien ira mettre son bulletin dans l’urne les 10 et 17 avril 2022. « On a la chance de pouvoir le faire, alors il faut aller voter ».


La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : actu.fr Christophe Lemoine
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Source :
  • https://actu.fr/normandie/lisieux_14366/presidentielle-2022-fleuriste-a-lisieux-frederic-gosset-souhaite-que-la-floriculture-francaise-soit-pris-en-compte_48467023.html

Une réponse

  1. Bonjour, au sujet des fleurs qui transitent par les Pays Bas en venant du monde entier à grand frais et générant beaucoup de pollution, oui à une production française, mais il ne faut pas tout attendre des politiques. La filière doit se battre en s’unissant. Le problème est malheureusement souvent le cout en MO notamment, la pression foncière sur la Côte d’Azur qui a fait disparaître les producteurs au profit des constructions, quelquefois l’inorganisation de la filière, la rémunération de ces métiers souvent faible par rapport au travail fourni. Est-ce trop tard? Moi en tant que professionnel je travaille avec des pépinièristes et horticulteurs, au maximum français, mais il y a eu beaucoup de disparitions d’entreprises depuis de nombreuses années. Quand on voit ceux qui existent encore côté Espagne ou Italie, plus rien à voir avec la France.

Les commentaires sont fermés.

BRÈVES - ÉVÉNEMENTS