JAF logo SVG2022

Les jardins de sologne resistent bien a la crise !

JAF-logo-SVG2022 -1200 Jardinerie Animalerie Fleuriste
347
vues
Publicité - Pack Impact

Bruno Palais, horticulteur-pépiniériste, a fondé les Jardins de Sologne en 1977. Il a, depuis, passé la main à ses enfants. L’horticulteur de La Ferté-Beauharnais s’apprête à déplorer pour 2013 une baisse de cinq points de son chiffre d’affaires. Mais il ne perdra pas d’argent.

Chiffre d’affaires en baisse en 2013. Les Jardins de Sologne s’attendent à une baisse de cinq points du chiffre d’affaires. Déclaré à 5 millions d’euros en 2012, il devrait avoisiner les 4,8 millions cette année. « 2013 n’est pas bonne et les chiffres ne sont pas satisfaisants », commente Bruno Palais, fondateur de l’enseigne. Ce qui ne veut pas dire pour autant que l’entreprise solognote perdra de l’argent. Bénéfice net attendu : 200.000 euros.

Concurrence des produits d’importation. Comme ce qui motive en partie la grogne dans l’agroalimentaire, l’horticulture française subit de plein fouet la concurrence de pays européens plus concurrentiels. En tête de liste : la Belgique et les Pays-Bas, leaders du marché. Subventions à l’installation, charges moins importantes, main-d’œuvre à bas prix… difficile pour certaines entreprises françaises de s’aligner.

Modèle « anti-standardisation ». Les jardineries ont le vent en poupe ? Un modèle que rejette Bruno Palais. La stratégie de l’entreprise qu’il a mise sur pied : « La longueur de gamme. » Comprendre : le choix. « C’est un créneau sur lequel les jardineries ou la grande distribution ne peuvent pas se défendre », analyse Bruno Palais. « Notre but, c’est d’être capables de répondre à 60 % de la demande. » Pourquoi produire en Sologne quand on peut acheter moins cher ailleurs ? Positionnée sur le marché du « haut de gamme », l’entreprise de La Ferté-Beauharnais trouve son intérêt dans le développement de circuits courts. Résultat : en produisant en région Centre (La Ferté-Beauharnais, Saint-Denis-en-Val…), ce sont autant de frais liés au transport qui sont économisés. « Pour du haut de gamme, la plante est taxée en moyenne à 30 %, pour les coûts de transports notamment. Produire sur place, ça nous permet d’être compétitifs », assure Bruno Palais.

1994 : un million d’euros perdus. En quelques minutes, un million d’euros d’investissement a été réduit à néant. La faute à un orage de grêle qui a cloué au sol les ambitions de Bruno Palais. Un épisode qui, dix ans après, hante encore Bruno Palais. « Nous n’avons jamais retrouvé notre place sur le marché », commente-t-il. Suivront un dépôt de bilan en 1998, puis un redressement judiciaire.

Fin de douze ans de redressement judiciaire. Après avoir choisi de déposer le bilan en 1998 – « notre planche de salut, car c’est qui nous a permis de rebondir » – Les Jardins de Sologne parviennent à rembourser le million d’euros de perte en 2000. Le point de départ de douze années de redressement judiciaire, faute de trésorerie suffisante. Au programme : 3 millions de passif à rembourser. Une page tournée depuis quelques mois. Le début d’une nouvelle ère ?

Entreprise familiale. Alors que la tendance, dans le secteur de la jardinerie et de l’horticulture, est à la concentration, Les Jardins de Sologne résistent. La conséquence de décennies d’implantation en Sologne ? Pas seulement. Une chose est sûre : il est loin le temps où la famille Palais tenait le petit magasin de fleurs à Neung-sur-Beuvron. Créés en 1977 par Bruno Palais, les Jardins de Sologne, holding de quatre sociétés et d’une trentaine de salariés, sont aujourd’hui dirigés par les trois enfants.

Julien Coquet

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2013/11/13/Les-Jardins-de-Sologne-souffrent-mais-resistent-1685463

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : vide
Crédit photo : Photo Générique ou logo société