Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Hauts-de-France – Reptile Day 2018 – Salon international Terrariophile marqué par un contrôle et une saisie de 311 animaux

Salon Reptile Day - JAF-info Animalerie
257

Vues

PremierTech

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Arras Opération coup de poing au Reptile Day, 311 spécimens saisis car vendus illégalement 6 Hier dimanche, le Reptile Day, 18e salon international de terrariophilie, se déroulait à Artois Expo, à Saint-Laurent-Blangy, près d’Arras.

L’événement, très couru, a été le théâtre d’une opération conjointe menée par la police, les douanes et des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Objectif : lutter contre les dérives du secteur.

On peut sentir une certaine irritation chez ce passionné de tortues. Alors qu’il s’apprête à repartir avec un joli spécimen, des agents de l’ONCFS, spécialisés dans la lutte contre les trafics et la réglementation en matière de reptiles et autres bêtes à sang froid, font irruption. « Désolé monsieur, vous ne pourrez pas acheter cette tortue ». Désabusé, l’homme s’éloigne, laissant les vendeurs discuter avec les agents de l’ONCFS.

Avec l’essor du secteur des nouveaux animaux de compagnie (NAC), la réglementation a dû évoluer face aux dérives. Les conditions de détention de certains serpents, nécessitant des installations particulières, étaient parfois rustiques ; des espèces invasives (comme certaines grenouilles) ont été introduites en France puis relâchées, provoquant une prolifération ; des espèces rares font même l’objet de trafics, comme la tortue d’Hermann, protégée car en voie de disparition.

Cet été, cinquante-six de ces tortues ont été volées dans un parc animalier en Corse. Plus près de chez nous, en janvier, deux tortues d’Hermann avaient été volées chez un particulier près de Valenciennes.

Dimanche, seize agents de l’ONCFS ont sillonné les allées de Reptile Day, en lien avec la police et les douanes, présentes dès le rond-point à l’entrée d’Artois Expo. Et la pêche aux contrevenants s’est révélée très fructueuse. Stéphane Cathelain (ONCFS) indique que 311 spécimens ont été saisis, soit quarante espèces ! Certaines tellement rares que leur valeur est inconnue. Des serpents, des caméléons, des tortues, des araignées ont été saisis car non autorisés à la vente.

Des procédures judiciaires ont été initiées et des amendes dressées. Six procédures d’ampleur ont été engagées pour défaut de certificat de capacité et défaut d’autorisation d’ouverture d’établissement. Les contrevenants étaient tous étrangers : Belges, Hongrois, Hollandais et Anglais.

Quelles sont les espèces scrutées par l’ONCFS ?

« Le monde de la détention animale s’est beaucoup développé, il faut que ce soit encadré. Nous, on vient vérifier que des espèces interdites à la vente ne sont pas vendues », décrypte Ismaël Costa, chef des brigades CITES en France (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction).

Selon lui, la priorité est actuellement la lutte contre les espèces invasives, comme les tortues d’eau de type Floride. L’ONCFS porte une attention particulière aux espèces dangereuses, évidemment, comme certains serpents. Il cite le python réticulé, serpent agressif qui atteint les trois mètres une fois adulte. Dans ce cas, il faut une autorisation spéciale. Des amphibiens, comme certaines grenouilles, produisent aussi des substances venimeuses, voire hallucinogènes, diffusées par la peau !

« Je vais devoir licencier si ça continue, je ne vends quasiment plus de tortues »

Des évolutions récentes de la réglementation ont révolutionné les règles de détention. Il faut dire qu’elles n’avaient pas évolué depuis 2004. Ainsi, depuis août, les espèces doivent être pucées ou baguées pour être enregistrées dans un fichier national. C’est le vétérinaire qui puce (il existe différentes tailles de puces). Si l’espèce est trop petite, une photo peut s’avérer suffisante. Objectif : sécuriser et tracer la détention. Dimanche, l’ONCFS se baladait ainsi avec un détecteur de puces. Ses agents recherchaient l’origine des animaux et vérifiaient que les documents étaient en ordre. Selon la technicité, la rareté ou la dangerosité, il faut une autorisation.

« Je ne suis pas trop d’accord avec le puçage, siffle un passionné. Ok pour l’iguane mais pour les petites espèces banales, c’est trop. Sinon oui, ces contrôles sont nécessaires, vis-à-vis des étrangers surtout. »

Depuis le 8 octobre, l’acheteur de certaines espèces doit en déclarer la détention et s’engage à ce que sa démarche ne soit pas lucrative. Pour certaines espèces, il faut même produire des autorisations de détention délivrées par la préfecture (dossier instruit par la direction départementale de protection des populations)… Un vendeur s’agace : « Je vais devoir licencier si ça continue, je ne vends quasiment plus de tortues ! » Des vendeurs indiquent que l’identification est aux frais de l’acheteur.


 

A lire aussi sur Reptile day

Publication à durée illimitée

Signature : Samuel Cogez LA VOIX DU NORD
Crédits Photo : Photo Générique ou logo société
Sources : -http://www.lavoixdunord.fr/482400/article/2018-11-05/operation-coup-de-poing-au-reptile-day-311-specimens-saisis-car-vendus
Origine : Veille – Curation
EVERGREEN

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

Laisser un commentaire

comptoir

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !