Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Hauts-de-France – Deux boutiques Fleuristes Monceau Fleurs ont baissé définitivement le rideau

logo-monceau-fleurs-2016-jaf-fleuriste
182

Vues

SDV

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Samedi, l’enseigne Monceau Fleurs a fermé ses deux adresses boulonnaises, rue de la Lampe et dans le quartier du Dernier-Sou. La société gestionnaire a été placée en liquidation judiciaire. Sept personnes ont perdu leur emploi.

Ce lundi, la boutique Monceau Fleurs de la rue de la Lampe, à côté du bar-tabac Le Longchamp, n’embaume plus les roses ou les lys. Elle est plongée dans la pénombre et vidée de toutes ses fleurs. Le magasin a baissé définitivement le rideau samedi en fin de journée. L’autre boutique, située rue de la Porte-Neuve, a connu le même sort.

Ces deux franchises appartenaient à la même société, Flower s rain. Laquelle a été placée en liquidation judiciaire le 3 janvier, avec prolongation d’activité jusqu’à dimanche. Les sept employés ont été licenciés. D’après le jugement, l’entreprise souffrait de difficultés économiques, conjuguées à des loyers « trop élevés ».

Les habitudes ont changé

C’est que le contexte économique des fleuristes n’est plus aussi florissant que par le passé. « Le marché de la fleur était prospère jusque dans les années 2000, mais les choses évoluent », constate Carine Sannier, maître-fleuriste dans le quartier du Dernier-Sou. En plus de la concurrence d’Internet, les habitudes changent : « Lors des mariages, les invités préfèrent offrir un voyage de noce aux mariés plutôt que des fleurs. Et avec les crémations, on vend moins de compositions florales car il y a moins de place sur les urnes que sur les tombes. »

 

« Aujourd’hui, les clients préfèrent faire confiance aux artisans plutôt qu’aux chaînes. »

 

Sans compter la concurrence : jusqu’ici, une quinzaine de fleuristes devaient se partager le bouquet sur la seule ville de Boulogne (dont quatre rien qu’au Dernier-Sou). « Mais aujourd’hui, les clients préfèrent faire confiance aux artisans plutôt qu’aux chaînes. La qualité a un prix, le professionnalisme n’est pas le même », ajoute Carine Sannier. Selon elle, d’autres fermetures de fleuristes sont à craindre sur le secteur à l’avenir.

Publication à durée illimitée

Signature : Sylvain Delage – LAVOIXDUNORD.FR
Crédits Photo : Photo Générique ou logo société
Sources : http://www.lavoixdunord.fr/517456/article/2019-01-07/les-deux-boutiques-monceau-fleurs-ont-baisse-definitivement-le-rideau
Origine : Veille – Curation
PremierTech

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

Cet article a 1 commentaire

  1. Bonjour,

    En réaction à la fermeture des deux Monceau Fleurs dans le Nord, je trouve le commentaire de mon confrère quelque peu réducteur vis à vis du travail fourni par de vrais fleuristes dans ce qu’il appelle “les chaînes”. C’est avec ce genre de vision étriquée que des fleuristes traditionnels ferment aussi leur portes. Un peu d’ouverture d’esprit que diable! sachez que dans ces chaînes dont je fais partie, la passion du métier tant des gérants que de leurs collaborateurs dépasse aussi, et parfois, de loin celle de certains commerçants se lamentant sur leur sort et ne sachant pas se moderniser et s’adapter. La vraie bataille ne se fait elle pas aujourd’hui contre la GD généraliste et dans un futur proche contre les Pure Player du Net? Ces derniers passerons par les fleuristes (dans le meilleurs des cas) peut être en nous laissant quelques maigres commissions. Aujourd’hui le consommateur zappe et achète chez les fleuristes tant traditionnels que ceux fédérés et /ou associés autour d’un concept et d’une enseigne commune. Le mieux à espérer, plutôt que de jeter l’opprobre, est de voir nos clients continuer à fréquenter, ou revenir, vers le commerce de proximité dont “les chaînes” aussi font partie.
    Belle année 2019 à tous

Laisser un commentaire

comptoir

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !