L'info pour les pros !
Résilience – Fête des Mères – Climat de haine et de jalousie contre une fleuriste de Bourgogne-Franche-Comté
2685
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Résilience – Fête des Mères – Climat de haine et de jalousie contre une fleuriste de Bourgogne-Franche-Comté

TARN - UNE JARDINERIE TESTÉE PAR LA POLICE | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr

09/06/2020 – Les trois véhicules de la fleuriste Paciflor à Pont de Roide piégés à la mousse. A Pont de Roide, la patronne de la boutique Paciflor, Stéphanie Paillot, n’a pas que des amis.

Plusieurs commerçants lui reprochent d’avoir continué ses affaires pendant le confinement. Le jour de la fête des mères, ses trois véhicules ont été piégés à la mousse. Stéphanie Paillot a porté plainte.

Climat tendu, voire délétère, dans le centre de Pont de Roide, où l’une des fleuristes, Stéphanie Paillot, s’est attirée les foudres de plusieurs commerçants qui lui reprochent d’avoir poursuivi ses affaires pendant le confinement.

La patronne de la boutique Paciflor le revendique. Elle a assuré de nombreuses livraisons dans l’ensemble du Nord Franche Comté, en accord avec les règles du confinement. Et elle a fait des affaires, au prix de journées interminables. Au point d’attiser la jalousie dans la cité rudipontaine ?

Dimanche, jour de la fête des mères, ses trois véhicules ont été piégés

Dimanche, jour de la fête des mères, ses trois véhicules ont été piégés. Des personnes malveillantes ont bouché les pots d’échappement avec de la mousse polyuréthane. “Le plus gros jour de l’année pour notre commerce, on a mis de la mousse dans les pots d’échappement de mes trois véhicules qui n’étaient pas du tout garés au même endroit. On m’a vraiment ciblé pour me nuire. J’ai eu très peur. Le camion aurait pu exploser”, explique Stéphanie Paillot.

La fleuriste a porté plainte. Elle dénonce un climat de haine dont elle est l’objet notamment sur les réseaux sociaux.

“Les gendarmes m’ont dit. Ça sonne sans arrêt pour vous dénoncer.”

Pendant le confinement, Stéphanie Paillot a fait tourner son affaire en livrant des fleurs dans l’ensemble du Nord-Franche-Comté. “Les gendarmes m’ont dit. Ça sonne sans arrêt à la compagnie de Montbéliard pour vous dénoncer”

Les accusations fusent sur les réseaux sociaux. Certains commerçants affirment qu’elle a ouvert son magasin pendant le confinement. Ce qu’elle dément. D’autres pointent son verbe haut et fort. “J’ai des soupçons, oui, Des gens qui m’ont attaqués sur les réseaux sociaux, mais ça peut être n’importe qui. Pourquoi pas un autre fleuriste. Aujourd’hui, j’ai peur. Je vis dans une crainte permanente”.

Aujourd’hui, j’ai peur. Je vis dans une crainte permanente

La gendarmerie évoque un climat de jalousie à Pont de Roide. L’affaire en tout cas, comme la personnalité de la fleuriste, ne laissent pas indifférent dans la ville.

Par Christophe Beck


 

A Pont-de-Roide, les véhicules de la fleuriste dégradés le jour de la fête des mères

Par Boris MASSAINI

Dimanche matin, jour de la fête des mères, une déflagration a retenti lors du démarrage du camion de Stéphanie Paillot, fleuriste de la boutique Paciflor qui devait livrer 180 bouquets. Le pot d’échappement du véhicule, mais aussi de son véhicule personnel et celui de son compagnon, ont été remplis de mousse expansive. Une plainte a été déposée.

« Je pleure depuis dimanche », lâche Stéphanie Paillot, de la boutique Paciflor à Pont-de-Roide. En ce jour de fête des mères, environ 180 bouquets étaient en attente de livraison. Mais le camion de livraisons n’a pas démarré. Pire, une explosion a retenti lors de la tentative de démarrage.

Le mystère est rapidement élucidé. De la mousse expansive de type polyuréthane jonche le sol aux abords du véhicule. Restent les deux véhicules personnels de Stéphanie Paillot et de son compagnon. Vérifications faites, eux aussi, alors qu’ils n’étaient pas tous garés au même endroit, ont été vandalisés. Le choix précis des véhicules semble démontrer que la cible était claire. Résultat, jusqu’à plusieurs heures de retard ont été enregistrées pour certaines livraisons.

Dénoncée plusieurs fois à la gendarmerie

Stéphanie Paillot est « dégoûtée », mais à moitié surprise. Pendant le confinement, elle avait continué à travailler pour proposer des livraisons. « J’ai été attaquée sur les réseaux sociaux » (N.D.L.R. : les publications ont depuis été retirées) explique la fleuriste qui veut préciser qu’il ne s’agissait pas de fleuristes concurrents. À de nombreuses reprises, elle a été dénoncée aux gendarmeries de Pont-de-Roide et de Montbéliard, « on m’accusait de propager le virus ».

Elle réfute l’accusation d’ouverture illégale de son commerce : « J’ai de la vidéosurveillance au magasin, j’ai dit aux gendarmes qu’ils pouvaient venir vérifier. Aussi une photo a été diffusée sur Facebook, où l’on voit des fleurs à l’extérieur, mais elle a été prise quand je me faisais livrer », poursuit la fleuriste.

Recherche fleuriste

Le confinement fut la période de toutes les émotions pour Stéphanie Paillot, qui, continuant à travailler, à notamment eu les honneurs du journal télévisé de France 2 qui l’a choisie pour illustrer un fil rouge sur plusieurs jours. Car elle a travaillé, beaucoup, pendant le confinement. Au point de réussir à atteindre « le même chiffre d’affaires que l’an dernier ».

Elle sait qu’il ne s’agit que d’ « une poignée de personnes, mais ils sont capables de faire beaucoup de mal. Demain, ils vont faire quoi, brûler mon magasin ? J’ai peur que ça prenne de l’ampleur ». Elle commence à craindre pour sa sécurité, d’autant que « l’explosion aurait pu être plus grave, et ma petite fille qui était à la maison, aurait pu se trouver à côté ».

Stéphanie Paillot a déposé plainte à la gendarmerie. Et même si l’idée de partir lui trotte dans la tête, elle veut aussi continuer à se projeter car son activité se porte bien : « Je cherche à agrandir l’équipe sur le long terme, il me faudrait une fleuriste ».

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard / Par Boris MASSAINI estrepublicain.fr
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Sources :
  • https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/les-trois-vehicules-de-la-fleuriste-paciflor-a-pont-de-roide-pieges-a-la-mousse-1591723313
  • https://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2020/06/09/les-vehicules-de-la-fleuriste-degrades-une-plainte-deposee

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
comptoir Publicité - Pack Premium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BARENGRUG Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info