L'info pour les pros !
10 Ans !
Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation appelle à la vigilance l’ensemble des jardiniers amateurs contre le Tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV) – Un virus émergent dangereux pour les tomates et les poivrons
448
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
.Publicité - Pack Impact

Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation appelle à la vigilance l’ensemble des jardiniers amateurs contre le Tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV) – Un virus émergent dangereux pour les tomates et les poivrons

republique-francaise-etat-france-JAF-jardinerie-animalerie-fleuriste

Afin de protéger le territoire français de l’introduction d’un virus dangereux pour les plantes potagères, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation met en place une surveillance renforcée sur l’ensemble du territoire. Ce virus n’a pas d‘impact sur l’homme. A ce stade, aucune plante contaminée n’a été décelée en France.

Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation alerte les particuliers et les professionnels sur un virus émergent, dénommé Tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV) dangereux pour les plantes potagères, tout particulièrement les tomates et les poivrons. Aucun traitement ou aucune variété résistante n’existe aujourd’hui contre ce virus. Selon l’Anses, le virus peut infecter jusqu’à 100% des plantes sur un site de production, ce qui le rend redoutable pour les cultures à haute densité de plantation comme les cultures sous serre.

Les services du ministère en charge de l’agriculture appliquent les mesures d’une décision européenne d’urgence entrée en vigueur le 1er novembre dernier: elle prévoit notamment un contrôle systématique des lots de semences et de plants de poivrons et de tomates originaires de pays dans lequel la présence du virus est connue, afin de prévenir son introduction dans des régions indemnes. Cette mesure d’urgence s’inscrit dans le cadre plus global de la stratégie préventive déployée au titre de la loi de santé des végétaux (Règlement (UE) 2016/2031) sur les végétaux importés au sein de l’Union européenne.

La Direction générale de l’alimentation du ministère prend cette menace très au sérieux. Une cellule de veille entre les services de l’Etat (DRAAF) en région PACA, principale région productrice de tomates, la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (FREDON) et les professionnels de la production de tomates a été activée dès 2019. Une surveillance officielle de l’ensemble du territoire français, notamment dans les serres de production maraîchère, est réalisée. Aucun symptôme de contamination n’a été trouvé à ce jour, la France est donc indemne de ToBRFV.

En 2020, un plan de surveillance officiel renforcé sera conduit avec plus de 350 inspections visuelles réalisées en cultures sur poivrons, tomates et aubergines et plus de 500 prélèvements systématiques même en l’absence de symptômes. Le plan de surveillance annuel déployé sur les végétaux et produits végétaux importés depuis les pays tiers intégrera également la recherche de ce virus. Des fiches d’information ont été largement diffusées aux opérateurs professionnels pour les sensibiliser au risque de contamination lors du travail des végétaux.

Le virus du fruit rugueux de tomate brune (ToBRFV ou TBRFV) est un tobamovirus. Il peut principalement être véhiculé par les semences et les plants, ainsi que par l’activité humaine (manipulation). Ce virus a été observé pour la première fois en Israël en 2014, et a ensuite été trouvé en 2018 sur des cultures de tomate au Mexique, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Italie et enfin en 2019 aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Grèce.

Au-delà des producteurs, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation appelle à la vigilance l’ensemble des jardiniers amateurs, lors de l’achat de semences ou de plants de tomates (qui doivent être dûment certifiées), et en cas d’apparition de symptômes évocateurs, à déclarer immédiatement à la DRAAF.

Au moment où débute l’Année internationale de la santé des végétaux, proclamée par les Nations Unies, cette nouvelle menace sur des cultures vient rappeler toute l’importance des végétaux qui constituent 80% de notre alimentation et de la lutte contre les organismes nuisibles responsables de pertes importantes de productions vivrières.

 

Evolution du virus le 16 février 2019 – Voir commentaire ci-dessous

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Communiqué de Presse
Signature : MINISTERE AGRICULTURE
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Sources :
  • https://agriculture.gouv.fr/

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
BARENGRUG Publicité - Pack Premium

Une réponse

  1. Paris le 16 février 2020

    Très forte suspicion de présence du virus ToBRFV sur des tomates en serre dans une exploitation du Finistère

    Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation confirme une très forte suspicion du virus ToBRFV sur des tomates en serre dans une exploitation agricole du Finistère. Ce virus émergent n’a pas d‘impact sur l’homme. Il n’a jusqu’ici jamais été détecté en France.

    Les services de la DRAAF Bretagne ont réalisé une inspection le 11 février suite à un autocontrôle (analyses pour recherche du virus) réalisé après identification, sur des tomates, de lésions compatibles avec cette maladie. Les résultats officiels devraient être communiqués lundi prochain par le laboratoire national de référence.

    Dans l’attente, des mesures conservatoires ont été déployées et l’exploitation placée sous séquestre complet avec :

    confinement des deux serres de l’exploitation avec interdiction d’accès ;
    consignation de l’ensemble des plants, semences, fruits et matériels de l’exploitation
    application de mesures de biosécurité (isolement des matériels, désinfection, gestion des résidus).

    Une enquête est en cours pour identifier les sources éventuelles de contamination ainsi que les éventuelles exploitations qui auraient été en lien. La destruction de l’ensemble des plants de tomates des serres contaminées sera réalisée dès la confirmation officielle du foyer.

    Le virus du fruit rugueux de tomate brune (ToBRFV ou TBRFV) n’est pas transmissible à l’Homme. Son impact économique est par contre majeur : il peut infecter jusqu’à 100% des plantes sur un site de production de tomates, poivrons, piments, ce qui le rend redoutable pour les cultures à haute densité de plantation comme les cultures sous serre. Il est extrêmement résistant, et peut être transmis par les semences et les plants, par les tomates pouvant elles-mêmes véhiculer le virus, ou par l’activité humaine (manipulation, utilisation de matériel contaminé). Ce virus a été observé pour la première fois en Israël en 2014, et a ensuite été trouvé en 2018 sur des cultures de tomate au Mexique, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Italie et enfin en 2019 aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Grèce.

    Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation appelle tous les producteurs et des jardiniers amateurs à une extrême vigilance :

    Lors de l’achat de semences ou de plants de tomates ou de piments et poivrons, il convient de s’assurer qu’ils sont accompagnés d’un certificat ou passeport phytosanitaire garantissant leur statut indemne vis-à-vis du virus
    Des mesures de biosécurité doivent être strictement appliquées dans toute exploitation pour prévenir toute introduction et diffusion du virus sur le territoire : nettoyage-désinfection systématique des mains après manipulation des plants, semences, ou fruits de tomates, poivrons ou piments de l’exploitation ; le matériel et les vêtements et équipements de travail doivent être spécifiquement dédiés à la manipulation des végétaux sensibles.
    La détection précoce de toute introduction du virus sur le territoire est cruciale pour endiguer sa diffusion : en cas d’apparition de symptômes évocateurs, tout professionnel ou tout jardinier amateur est tenu de les déclarer immédiatement à la DRAAF.
    La diffusion de ce virus sur le territoire national aurait des conséquences économiques majeures pour la filière mais également les jardiniers amateurs. La tomate est le premier légume consommé par les Français avec un peu plus de 13,9 kg par ménage et par an. La culture de tomates en France est la première culture légumière avec 712 000 tonnes produites en 2018 ; elle est également largement cultivée en jardin potager avec près de 400 000 tonnes produites chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

JAF Publicité - Pack Premium
JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info