L'info pour les pros !
Horticulture angevine reprend des forces !
495
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Entreprises > Horticulture angevine reprend des forces !

Horticulture angevine reprend des forces !

LOGO JAF-Info | Jardinerie Animalerie Fleuriste

Que se passe-t-il dans l’horticulture ? Ce pan de l’économie angevine, dont on pensait – et nous l’écrivions il y a deux ans – qu’il était solide, et représentait à la fois une force, une reconnaissance et un gisement d’emplois pour le territoire.

A l’image d’autres secteurs, la crise économique du moment a révélé les failles d’une filière qui n’a sans doute pas su s’adapter assez vite aux évolutions de comportement des consommateurs, et à une concurrence acharnée des voisins européens : Hollandais, Allemands, Italiens, Espagnols…

Tour à tour, Chauvin Horticulture (Montjean-sur-Loire), André Briant Jeunes Plants (Saint-Barthélemy), Gaignard fleurs (Les Ponts-de-Cé, procédure de sauvegarde) et les Pépinières Levavasseur (Brain-sur-l’Authion) ont été placées en redressement judiciaire ces derniers mois. Pas franchement une surprise pour Claudine Oger, président de l’Union horticole de l’Anjou, le syndicat des entreprises du secteur.“Cela fait deux ans qu’on tire la sonnette d’alarme auprès des pouvoir publics, mais on n’a pas été entendus. On paie aujourd’hui les deux années difficiles qu’on vient de vivre”. Selon une étude de FranceAgriMer, la santé économique de près de la moitié des entreprises du secteur en 2012 était jugée “sensible, voire fragile”.

2012 et 2013 ont été marquées par des printemps maussades. Généralement, les consommateurs se précipitent dans les jardineries dès les premiers rayons de soleil de mars. Pas de soleil, pas de vente. “On doit faire sa saison entre le 15 mars et le 15 mai. Si on loupe cette période, c’est très difficile”, précise Patrick Brémaud, directeur adjoint de la CAPL (Coopérative agricole des Pays de la Loire). Le groupe coopératif fournit les entreprises horticoles en produits divers, et compte aussi dans son portefeuille, 22 magasins de libre-service agricole (Agriloire ou Point Vert). “Au-delà de la météo, il y aussi tout simplement des effets de la crise économique”. Le végétal n’étant pas un produit de première nécessité… Même chose du côté des municipalités, qui ont rogné ces dernières années sur le budget des espaces verts. En France, les ventes de végétaux ont chuté en volume de 9 % entre 2011 et 2012, puis de 4 % entre 2012 et 2013. Sur le premier trimestre 2014, les ventes affichent 3 % de baisse.

La crise n’explique pas tout

Mais la crise est multifactorielle. “On a subi une augmentation de TVA, qui est passée de 5,5 à 10 %. Quand on connait la bataille sur les prix face à nos concurrents, ça ne nous a pas aidés, complète Patrick Brémaud, C’est un sujet récurrent, mais il faut redire qu’une bonne partie de notre coût de production est due à la main d’œuvre, qui est plus élevée que chez nos voisins et concurrents. Sans oublier les augmentations de toutes nos fournitures, les pots, les intrants…

Cholet, RN249, 22 octobre 2013. Peu habitués à manifester, des représentants de la filière horticole angevine s’étaient associés aux agriculteurs pour protester contre l’écotaxe. “Je ne suis pas loin de penser qu’on est peut-être à la veille de ce que vit la Bretagne avec l’agro-alimentaire” disait alors Pascal Levavasseur

Et c’est sans compter les ardoises des distributeurs. Les grandes enseignes de jardinerie sont en difficulté à l’image de Jardiland, la plus célèbre, qui a été reprise par un fonds d’investissement, et qui a demandé récemment à ses franchisés de mettre la main au portefeuille pour investir dans la maison mère. Jardiland est notamment propriétaire d’André Briant Jeunes Plants, pour laquelle il cherche un repreneur.

Reste que la crise n’explique pas tout.“Sans mauvais jeu de mots, certains ont dormi sur leurs lauriers, persuadés que leur notoriété et la qualité de leurs produits suffisaient”, confie un acteur du secteur. Pour rebondir, pas le choix, il faut s’adapter pour rester en phase avec les consommateurs. “On peut jouer sur une large palette de végétaux. Mais ce n’est pas simple. Quand on lance des végétaux en production, on ne sait pas si on les vendra. Il faut aussi dire à nos consommateurs, de regarder la provenance. S’ils achètent des végétaux français, ils contribuent à faire vivre les entreprises locales et les emplois”, détaille Claudine Oger.


Gino Boismorin, directeur de Végépolys : “Pas une crise, un tournant”

 

 

Au-delà des grosses entreprises en difficulté, il y a aussi des sociétés qui vont bien. Le marché français est encore porteur, et il y a des développements possibles à l’étranger. On connaît nos faiblesses : manque de compétitivité lié au coût du travail, une spécialisation trop faible des acteurs, un manque de mutualisation de la logistique, de la commercialisation, un manque d’innovation par manque de moyens.

On a aussi beaucoup de forces. On a la chance d’être sur un bassin de production complet, avec des entreprises, des centres de formation, de la recherche, un pôle de compétitivité. Il faut qu’on parvienne à accélérer le transfert entre la recherche et l’entreprise. Pour cela, il faut que les établissements financiers jouent le jeu. A court terme sur la trésorerie, et à moyen terme sur l’investissement. Il y a des vrais potentiels à condition de s’adapter aux nouvelles exigences du consommateur.

Aujourd’hui, on construit sur des espaces réduits. On veut des haies qui poussent vite quand elles sont jeunes, mais qui ne poussent plus ensuite pour éviter la taille, on veut des plantes pérennes pour ne pas replanter tous les ans. Les collectivités recherchent des végétaux qui demandent moins d’entretien et moins d’eau pour faire des économies. Au-delà des plantes, on peut imaginer de nouvelles formes de distribution, par le web ou par d’autres distributeurs – Ikea s’est lancé à Clermont-Ferrand dans le végétal.

On pourrait créer une entreprise de location de végétaux intérieurs, comme aujourd’hui on loue des œuvres d’art pour quelques semaines. Il y a aussi des applis à créer pour nous aider à choisir et à entretenir les plantes. Bref, il y a un chantier de 2 à 3 ans devant nous”.

ANGERS INFO MAG


OUEST FRANCE

Joël Chauvin reprend du service. Il s’associe avec un client allemand pour relancer l’affaire. Avec l’accord du parquet.

Le père, Joël Chauvin, sort de sa retraite, à 68 ans, pour reprendre les rênes de l’entreprise qui figure parmi les leaders européens de l’hortensia, à Montjean-sur-Loire. Il s’associe avec un client « historique », la société de droit allemand Freese Gartenbau et Karl Storf. Le tribunal de commerce a validé, hier, la cession totale, avec l’accord du parquet. « Un membre de la famille ne peut reprendre une société en redressement judiciaire qu’après une requête auprès du parquet. Le tribunal de commerce a accepté », précise Hervé Tréhard, président.

Sept emplois supprimés

Victime d’une mévente de sa production et de difficultés de trésorerie, l’entreprise familiale avait été placée en redressement judiciaire, le 2 juillet. Les activités plantes fleuries et négoce des Établissements Chauvin avaient été liquidées, début septembre (15 emplois supprimés). Il fallait préserver le coeur de métier : la production et la commercialisation annuelle de 1,8 million d’hortensias et de 2 millions de jeunes plants.

Deux offres de reprise avaient été déposées. Sans succès. Jusqu’à cette dernière proposition émanant de la famille et d’un client avec l’appui d’un cadre de l’entreprise. « C’est une bonne chose, reconnaît Lionel Chauvin, directeur. Cela cadre bien avec la production. Ce client historique a créé son modèle économique avec nos hortensias. C’est ce qui rend l’affaire jouable et nous permet d’être optimistes pour l’avenir. »

Mais là encore, sept emplois seront supprimés. Le nombre de permanents passe de 26 à 19. « C’est dur mais nous nous réconfortons en nous disant qu’avec l’offre précédente, il ne restait que 14 salariés, glisse Lionel Chauvin. Je tiens d’ailleurs à souligner qu’ils se sont battus jusqu’au bout. Notre production est restée de qualité. »

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Patrick TOUCHAIS – ANGERSMAG.INFO / Jean-Michel HANSEN – OUEST-FRANCE.FR
Sources :

http://www.angersmag.info/L-horticulture-angevine-a-la-recherche-d-un-nouveau-souffle_a9890.html
http://www.ouest-france.fr/les-hortensias-chauvin-repris-par-la-famille-2894058

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
EVERGREEN Publicité - Pack Premium
comptoir Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info