Publicité - Pack Impact
171
vues

France 3 – Un ami pour la vie – Le PRODAF adresse un droit de réponse à la SPA – L’animalerie n’est pas la cause du trafic de chiens et chats

France 3 – Un ami pour la vie – Le PRODAF adresse un droit de réponse à la SPA – L’animalerie n’est pas la cause du trafic de chiens et chats

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le PRODAF dénonce les propos diffamatoires tenus par Jacques Charles Fombonne, Président de la SPA dans l’émission « un ami pour la vie » diffusée sur France 3 le 29/12/21 :

Ndlr : Video de l’émission non disponible – video fournie par le Prodaf

Le président de la SPA déclare que si on n’achète pas dans un élevage ou si on n’adopte pas directement à la SPA, on encourage le trafic.

Faux : L’animalerie ne génère pas de trafic car tous les animaux y sont pucés et vaccinés. Le personnel est qualifié et responsable de la qualité et du bien-être animal. Les grandes enseignes bénéficient d’un vétérinaire référent interne.

Une animalerie est contrôlée au minimum 2 fois par an par la DDPP et est soumise à des conditions d’hygiène et de sécurité drastiques comme l’état de santé des animaux présents, les installations, la propreté, le nettoyage, l’état de conservation des aliments.

En outre, le PRODAF a participé à l’actualisation du Guide des bonnes pratiques (GBP) utilisé par les Animaleries et validé par le ministère de l’Agriculture en 2021. Les Animaleries ont beaucoup investi suite à la mise en conformité des installations rendues nécessaires par les dernières modifications réglementaires de l’arrêté du 3 avril 2014. Les gérants d’Animaleries ont fait des investissements importants d’aménagement suite à l’arrêté d’avril 2014. Ils ont recruté et formé du personnel, suivi des formations, exercé leur métier depuis plus de 30 ans avec passion et professionnalisme.

Leurs animaux proviennent directement des élevages professionnels et bénéficient de conditions de vie plus correctes que chez certains propriétaires, ou que même, dans certains de vos refuges.

Ce qui génère du trafic est le commerce souterrain.

Interdire la vente d’animaux en animalerie va favoriser l’essor de circuits de vente encore moins contrôlables et toutes sortes de fraudes !

Aujourd’hui, le trafic mondial d’animaux se place à la troisième place du commerce illégal, derrière les armes et la drogue, notamment car les fraudeurs risquent de faibles sanctions. Vous imaginez bien que ce n’est pas le 1% du marché que représente la vente de chiots et de chatons en animaleries qui en est la cause.

Quant aux éleveurs, le député Loïc Dombreval, vétérinaire de formation, a confirmé dans « la semaine vétérinaire » qu’il existe actuellement « une multiplication de faux éleveurs, avec de faux numéros d’identification d’entreprises et de Siren ». Alors pourquoi interdire la vente de chiens et de chats en animalerie et l’autoriser via les autres circuits ?

Le président de la SPA déclare que la SPA s’oppose à la vente d’animaux dans les animaleries d’un point de vue éthique, c’est-à-dire qu’il ne veut pas que l’animal soit un produit d’appel et un cadeau qu’on ferait aux enfants

Faux : Un particulier peut avoir envie d’adopter un animal sur un coup de cœur et d’acheter un chien parce qu’il recherche une race particulière qui correspond à son mode de vie. Certaines races de chiens coutent 2500 euros. A ce prix-là, ça n’est pas un achat d’impulsion. Le discours de l’achat caprice est largement dépassé. Nous pouvons dénoncer également une concurrence déloyale et un harcèlement moral pour des faits injustifiés. Les animaleries, les éleveurs et les refuges peuvent travailler en bonne intelligence et coexister ensemble.

Les refuges sont remplis de gros chiens et/ou chiens dangereux de type, malinois, berger allemand, staff, etc que vous avez du mal à placer. La plupart des animaux qui arrivent en refuge ne sont pas identifiés, donc ne proviennent pas de l’animalerie. A ce propos, aucune institution, ni même la SPA ne peut communiquer les chiffres des animaux abandonnés issus de l’animalerie ? Pourquoi ? Parce qu’il n’y en a pas.

Le président de la SPA déclare que si vous voulez un chien de race, prenez-le chez un éleveur ou dans un de leurs refuges !

Faux : Mr Fombonne, connaissez-vous vos refuges ? Il y a très rarement des chiens de race. Car comme vous le savez, les chiens de races sont très recherchés. Les éleveurs et les animaleries ont beaucoup de demandes qu’ils ne peuvent quelquefois satisfaire. Vous ne pourrez jamais empêcher une personne d’avoir envie de telle ou telle race. Si les animaleries ne peuvent plus proposer de chiots de race, le trafic va se développer à grande échelle via les sites de vente en ligne que l’état ne pourra contrôler.

Le respect, l’acceptation et la tolérance sont les fondements qui maintiennent la Société.

Le PRODAF participe activement à l’encadrement réglementaire et à la moralisation de la vente en animalerie. Le bien-être des animaux reste notre objectif principal.

René Michau Président du PRODAF

Un Ami Pour La Vie En Streaming - Replay France 3 _ France Tv

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Communiqué de Presse
Signature : PRODAF
Crédit photo : Photo Générique ou logo société

Une réponse

  1. Cette émission était surtout un magnifique spot publicitaire SPA sans intérêt de 2h sauf celui de collecter des dons avant le 31 décembre. Son président transformé en VRP de service n’a que cet objectif en tête. N’hésitant pas à écrire que son association vit exclusivement de la générosité du grand public – peut-être est-il atteint lui-même d’amnésie quand son projet pharaonique à Gennevilliers a reçu une subvention de 1.5 million de la région et des aides gouvernementales.
    Enfin concernant les animaleries, il a osé me répondre alors que je l’interpellais sur le sujet : “Jamais de mon vivant je ne mettrai les pieds dans une animalerie”. On ne risque pas de l’appeler Saint Thomas celui-là ! Il se contente de répéter ce qu’on lui souffle à l’oreille et surtout la partie visible de l’iceberg qui lui permettra de rapporter de nombreux dons au profit de son association déjà bien gâtée même au détriment des autres associations. La Protection Animale ne fait pas qu’une, enfin si la sienne !

Les commentaires sont fermés.