JAF-info
L'info pour les pros !
Publicité - Pack Impact
jardinerie
La rédaction de JAF-info
429
Vues :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Engouement dans les jardineries : Des difficultés d’approvisionnement constatées

Avec les confinements et la crise sanitaire, l’entretien du jardin a pris toute son importance. L’engouement constaté dans les jardineries au printemps 2020 se poursuit cette année, même si des difficultés d’approvisionnement sont constatées çà et là.

Avec le printemps reprennent les activités du jardin. Elles sont variées, entre ceux qui ont déjà préparé les parcelles et soigné les graines qui, promesses des récoltes à venir, donnent déjà des plants. Et ceux qui se préoccupent des plants, achetés tels quels, qui vont donner les tomates, salades, haricots, fraises, etc., du potager.

La période de pandémie que nous connaissons depuis un peu plus d’un an et les trois confinements qui en ont découlé ont stimulé ce qui est, pour certains, un nouveau regard.

« Ils ont pris conscience qu’ils avaient un jardin »

« Beaucoup de ceux qui étaient confinés ont pris conscience qu’ils avaient un jardin, souligne Philippe Gangneron, fondateur de la jardinerie Jardy Berry, à Saint-Doulchard. Et ils avaient plus de temps pour s’en occuper. »

La tendance a également concerné les poules, dont les ventes ont fortement augmenté il y a un an. « On continue à constater des progressions dans ce domaine », reconnaît Olivier Gallopin, directeur de VillaVerde, à Saint-Doulchard (*). Bref, il suffit de se rendre dans une jardinerie pour constater qu’il y a une affluence que la pandémie de Covid-19 n’a pas enrayée, au contraire.

Ce nouveau printemps de l’ère du coronavirus a-t-il une particularité ? Connait-il des modes ? La première particularité est due aux difficultés dans certains approvisionnements. Chez Carrefour, à Bourges, on reconnaît quelques problèmes dans les arrivages de plantes fleuries. À VillaVerde, « on anticipe beaucoup les commandes. Donc, même s’il y a des retards de livraisons, rien ne manque dans les rayons. Mais ça commence à se tendre, du fait que nous avons fait un très bon mois de mars et que les fournisseurs peinent un peu. »

« On n’a pas forcément la marchandise de qualité en quantité suffisante », regrette Philippe Gangneron. Et le patron de Jardy Berry y voit la conséquence du fait qu’« il y a une foultitude de pépiniéristes qui n’avaient pas de successeurs et ont fermé. Il n’y a plus qu’un pépiniériste dans le Cher, à Santranges, et seulement deux horticulteurs, à Vierzon et à Vornay. Les productions locales baissent, le coût des transports augmente. On a une forte demande, mais il y a une difficulté pour les marchandises de qualité. »

« Même tendance que les magasins de bricolage »

Du côté des Jardins de Saint-Éloy, à Saint-Éloy-de-Gy, le son de cloches est différent. « D’abord parce que nous sommes producteurs, donc on maîtrise à peu près tout, indique Stéphane Frère, directeur. Ensuite parce que je travaille avec mes autres producteurs depuis quinze ans, donc il n’y a pas de problème. Et une plante vendue au mois de mai a été réceptionnée au mois de juillet de l’année précédente. »

Stéphane Frère confirme que « la période est plutôt favorable aux jardins. Avec les confinements, on est sur la même tendance que les magasins de bricolage : les gens ont plus de temps pour s’occuper de leur jardin et de leur maison. »

Quant à distinguer des modes, Philippe Gangneron et Stéphane Frère sont d’accord pour souligner un engouement pour les produits qui représentent le sud, comme les oliviers ou les palmiers, tandis qu’Olivier Gallopin note un attrait pour les loisirs de plein air, comme les salons de jardins et les parasols… Il est vrai que le printemps fait penser aux vacances d’été.

(*) Sollicité, Jardiland, à Saint-Germain-du-Puy, n’a pas souhaité s’exprimer.

« Tout le cycle, de la plantation à la récolte et aux conserves »

Comme le veut la loi du genre en matière de jardinerie, le magasin intérieur de Jardy Berry a une superficie moins importante que tout ce qui se trouve à l’extérieur. Quand il gare sa voiture, le visiteur est accueilli par les oliviers, les lauriers roses, et même les agrumes sous serre, avant de rentrer dans le magasin qui permet de passer ensuite à l’espace extérieur.

Dans le magasin, on trouve de tout : des aliments pour animaux aux vêtements du jardinier, des outils aux engrais UAB (utilisables en agriculture biologique) pour les plantes, des semences aux paniers et aux bocaux. Sans oublier, à l’extérieur, un vaste poulailler.

Une ruche et du lait en poudre pour chevreaux

« Ma philosophie, explique le maître des lieux, c’est tout le cycle, de la plantation à la récolte et aux conserves, et même le savon noir pour se nettoyer quand on a terminé. » La politique maison n’exclut évidemment pas un choix d’arbres et de plants quand c’est la saison et sait ménager quelques originalités.

Dans un coin du magasin se trouve en effet une ruche avec tout ce qui peut convenir à un apiculteur. Et même, proche de l’entrée, du côté des aliments pour animaux, des sacs pas tout à fait comme les autres. « C’est du lait en poudre pour les jeunes chevreaux, explique, dans un sourire, Philippe Gangneron. Une vraie niche, car on en vend à peine une vingtaine de sacs par an. Mais ça vaut le coup, ça permet de sauver des animaux ! »

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Bertrand Philippe leberry.fr
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Sources :
  • https://www.leberry.fr/bourges-18000/actualites/les-jardineries-du-cher-travaillent-bien-durant-la-pandemie_13942410/
Publicité - Pack Impact
BARENGRUG Publicité - Pack Premium