Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

De la plomberie a la boutique de fleuriste

101

Vues

PremierTech

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F
39 ans, le bon âge selon Murielle Debruyne pour changer de vie professionnelle.

Après la robinetterie, les fleurs. Une étonnante reconversion professionnelle que Murielle Debruyne a réalisée avec succès.

Depuis un mois, la Pérenchinoise de 39 ans vend bouquets et potées sur les marchés. Même si la période hivernale mène la vie dure aux marchands non-sédentaires, la fleuriste ne regrette pas son ancien travail en usine. Derrière un étal, elle retrouve une part de liberté.

Pour son entrée dans la profession, ce fut une double première. « J’ai commencé le 29 octobre à Armentières, pour le lancement du marché du soir. » Un mardi, place de la gare. Murielle Debruyne s’installait enfin sous son barnum estampillé Mumu Fleurs, du nom de sa toute fraîche auto-entreprise. Le début d’une nouvelle vie.

Pendant des années, la jeune femme a cogité. Changer de métier, pourquoi pas. « Ça me trottait dans la tête, avoue-t-elle. Je me disais que si ça ne marchait plus dans mon travail, je repasserais un diplôme. » Un licenciement économique a précipité les choses. « J’étais préparatrice de commande dans une entreprise de robinetterie. Au bout de dix ans, il y a eu un plan social. » Mise au parfum, elle a s’est donc tournée vers… les fleurs.

Jardinière à ses heures perdues, Murielle Debruyne a toujours aimé l’univers floral. « Il existe tant de variétés, sourit-elle, en évoquant quelques préférences. Pour les lys, les roses, les œillets de poète, les freesias… » Une matière idéale, pour s’inventer une autre profession. Un peu angoissant, de se lancer ? « Non, ça m’a paru assez simple, assure-t-elle. Sûrement parce que j’étais plus mûre. Ça correspondait au moment où j’avais cette envie de changement. »

Il a fallu retourner à l’école. Et la Pérenchinoise n’était pas la seule à tenter la reconversion. « J’ai fait un CAP fleuriste à Lesquin, avec l’institut de Genech. Nous étions douze, uniquement des adultes. » Murielle Debruyne a commencé sa formation en septembre 2012, un an après son licenciement. Pendant neuf mois, elle a alterné école et pratique en boutique. Pour trouver un stage, cette « native de Pérenchies » n’a pas eu besoin de chercher bien loin. Elle a été accueillie par le fleuriste de la ville, Art Flor et Sens.

Barnum et après-ski

Son diplôme en poche et une étude de marché plus tard, Murielle Debruyne a pu jeter les bases de son auto-entreprise. Trouver les bons fournisseurs, créer un atelier à domicile… Pour démarrer, quelque 1 500 euros ont été investis. La fleuriste a notamment acheté un barnum… et une bonne paire d’après-ski, l’indispensable de l’hiver !

Elle l’admet, démarrer les marchés en cette période de l’année, c’est un peu rude. « Surtout, les fleurs sont fragiles. Je pense que je devrai travailler en boutique en janvier et février. » Soit après la période de fin d’année qui, comme la Toussaint, booste l’activité. La fleuriste a déjà des idées de compositions en tête pour Noël. « Que je peux réaliser sur commande. Le tout, c’est de se constituer un réseau. Ça fonctionne beaucoup par le bouche-à-oreille. »

La jeune femme a trouvé « assez facilement » des emplacements sur les marchés du secteur. « En appelant directement les mairies. » On la retrouve donc à Armentières deux fois par semaine (le mardi soir place de la gare et le vendredi matin dans le centre). Le samedi matin, la fleuriste est à Pérenchies. Dans la semaine, elle se rend également à Loos et Lambersart. « Je commence à me faire une place, positive-t-elle peut bien marcher. » L’expérience lui apprendra comment être bien armée. Par exemple, Murielle Debruyne sait désormais qu’en plus des après-ski, il faut aussi investir dans une bonne paire de gants.

Par CÉCILE VIZIER


Source : http://www.lavoixdunord.fr/region/perenchies-au-milieu-des-fleurs-murielle-debruyne-se-ia11b0n1720154

Publication à durée illimitée

Signature : signature : vide
Crédits Photo : Photo Générique ou logo société
Sources : sources : vide
Origine : Veille – Curation
EVERGREEN

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !