Septembre n’est pas que le mois de la rentrée scolaire, c’est aussi, avec les salons et événements, le moment privilégié où les enseignes et fournisseurs se penchent sur les collections à bâtir pour les prochaines saisons.

TENDANCES 2019 : retour à un monde de réalisme

2019 sera donc construite commercialement dès cet automne grâce au cahier de tendances du cabinet CHLOROSPHERE qui publie ainsi son 11ème opus sous le thème du réalisme.

 

Décliné en 4 macro-tendances très typées formant la base de collections produits et en dizaines de styles singuliers pour inspirer les entreprises, cet outil professionnel se pose comme un guide permettant de cibler les thèmes impactants et efficaces commercialement. Sans tout dévoiler, CHLOROSPHERE revient sur les principaux phénomènes socio-économiques qui expliquent l’émergence des nouvelles tendances.

Une société qui se raisonne

Comprimée de toutes parts par des contraintes économiques, des limites écologiques, des normes et règles politiques, contrainte sur la vitesse, le nombre d’heures, les rentes, les déchets… la vie de la cité laisse de moins en moins de place à l’improvisation et à l’entraide. Conformé dans des styles, réuni autour de castes économico-stylistiques, le citoyen étouffe. Limité, il en devient beaucoup plus exigeant, en quête d’une qualité digne d’un sur-classement, au prix du discount. Dé-responsabilisé par une sécurité omniprésente, il en oublie le bon sens et attaque systématiquement, protégé par un filet d’assurances…inutiles.

Il récupère, transforme, réutilise grâce à des tutos inspirants, chine, revend, est à la fois acheteur et vendeur et peu à peu quitte le circuit de la distribution classique. La consommation s’atomise, revient à la proximité et affaiblit les modèles hérités des années glorieuses.

En contact avec la clientèle, les commerçants sont de plus en plus surpris de leurs rythmes, habitudes, attitude de défiance, de contestation, de réclamation. Le consommateur ne veut plus être floué, il veut y voir clair, il souhaite de la transparence, que l’on soit réaliste avec lui. La confiance aveugle dans une marque n’est plus de mise. Il hérisse son sens aiguisé de la comparaison et fait ses propres choix au plus juste.

Bascule tendances 2018 / 2019, un renouveau dans la continuité ?

Alors que les précédentes collections marquaient un renouveau brut et total de la perception du commerce,
cette nouvelle saison s’affirme comme une confirmation, une continuité bienveillante qui s’éveille au monde. Plusieurs phénomènes marquants ont confirmé les dernières tendances : désertification des grands centres commerciaux, retour aux commerces de proximité, explosion de la fréquentation et des transactions des foires et platesformes de vente entre les particuliers pour objets à seconde vie, montée des patriotismes dans le monde entier, éveil des consciences écologiques et environnementales, essor du tourisme expérientiel, succès des ventes de produits curieux et à caractère historique, accueil magistral des mouvances ‘cabinet de curiosités’ et ‘steampunk’ dans les univers les plus créatifs et inspirants (exemples récents : relooking de disneyland Paris, et festival électro tomorowland deux locomotives européennes de l’entertainment)

Fort de ces capitalisations, s’ouvre à présent un nouveau chapitre, ancré dans la réalité d’un monde qui n’est pas infini, qui plafonne les richesses et la possession, qui limite les actions, mais qui décuple les découvertes et enrichit les consciences sciemment reliées les unes aux autres.

Eloges du réalisme : en pratique

Après l’essor du brutalisme, c’est en continuité un réalisme qui s’instaure dans les secteurs créatifs. Les jeux de transparence sont une transcription évidente qui se retrouve en architecture. Il s’invite en décoration et aménagement intérieur et s’exporte jusqu’à l’aménagement extérieur. La suggestion du produit par les ombres, les flous, les surexpositions et translucides devient une valeur à part entière dans les ambiances inspirantes. Le réalisme c’est aussi se sentir exister. Alors que le cerveau est berné par des systèmes de projection en réalité augmentée, notre propre réalité vise à gagner une nouvelle dimension ; ainsi les parcours paysagers à visiter pieds nus se développent et donnent des compositions qui, par exemple, posent le salon de jardin directement dans un lit de sable pour un dépaysement immédiat.

Enfin, le réalisme c’est aussi se rendre compte qu’un bon cadre de vie, c’est comme un bon vêtement dans lequel on se sent à l’aise : ample, fluide, pratique, peu salissant, attachant. Alors que le look boho, inspiré du phénomène coachella, infuse dans les collections féminines, son impact se retrouve jusque dans notre cadre de vie où les aspirations sont bohèmes, chics, nature, à l’instar des mariages tendance de l’année.

De nombreuses déclinaisons, variantes et alternatives existent et sont toutes finement répertoriées dans le
nouveau cahier de tendances de CHLOROSPHERE.

Interprétation de la couverture :

La société acerbe, hérissée de ses attentes despotiques et tyranniques tend à se saisir d’un réalisme impalpable, dans un univers atomisé, sableux, implacablement aride. Le cactus, égérie de cette mouvance, transperce la perception de chacun pour piquer l’ego du lecteur et l’inviter à une introspection pour se saisir de l’air du temps…

Le cahier de tendances en bref :

Classeur rigide format 24*32cm – 150 pages cartonnées + version numérique interactive
4 macro-tendances
8 profils-type de consommateur
40 teintes avec équivalences Pantone / RAL / RVB /
CMJN / RHS, 4 nuanciers détachables.
des dizaines d’échantillons de matière
56 mood boards stylistiques
des centaines de visuels libres d’exploitation dans la version numérique
les 4 films des tendances dans la version numérique

textes en français et anglais
commande uniquement auprès de CHLOROSPHERE

CHLOROSPHERE en bref :

Cabinet de tendances spécialisé dans l’identification et l’analyse des tendances de consommation dans les univers du jardin, du végétal, du paysage et de l’art floral. A partir d’un modèle d’analyse statistique et heuristique reposant sur une veille internationale multisectorielle, le cabinet récolte près de 250 000 données sur une saison pour bâtir les collections du cahier de tendances qui sont confrontées aux chiffres de sorties caisses des magasins et à des panels consommateurs experts et non experts.

Officiant en France et à l’étranger en consulting marketing et en animation de conférences et séminaires sur l’exploitation des tendances, Manuel RUCAR, tendanceur du cabinet, signe le 11ème cahier de tendances publié en série limitée à 50 exemplaires et fourni en exclusivité sectorielle aux clients de l’entreprise. Aujourd’hui CHLOROSPHERE est constituée de trois associés fondateurs et de plusieurs compétences en design, graphisme, commerce et communication et compte depuis sa création plus de 500 grandes marques et enseignes accompagnées.

Teaser Collections 2019 – CHLOROSPHERE from CHLOROSPHERE on Vimeo.