JAF-info
L'info pour les pros !
Publicité - Pack Impact
Dans les jardineries de Vaucluse le printemps est déjà là - Anadia - La Provence JAF-info Jardinerie
La rédaction de JAF-info
413
Vues :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La saison commence bien pour les jardineries – Deux millions de plantes vendues chaque année pour Anadia

Avec le retour du soleil et des températures douces, les jardineries et leurs fournisseurs font le plein. À dix jours du printemps, les Vauclusiens se mettent déjà au jardinage.

Les affaires sont florissantes pour l’industrie du végétal

Le mois de mars vient de débuter, et les jardineries sont déjà prises d’assaut. La raison sans doute à une météo clémente et plutôt douce depuis le 20 février. Dans les allées, les jardiniers en herbe veulent y croire. “On est là pour acheter des salades et des légumes pour notre potager. C’est une occupation journalière”, confie Gérard. Sa femme Éliane, avide de printemps et de fleurs, n’attendait que ça : “Dès qu’il y a le soleil, on est dehors. J’ai un rapport presque d’amour avec mon jardin. Il y a toujours quelque chose à faire. Tailler, replanter, parfois on teste des choses… Et puis du matin au soir, il y a des couleurs différentes. Ça représente c’est sûr un budget mais on ne regarde pas trop, c’est la passion avant tout”. Depuis quelques semaines, la saison commence bien pour les jardineries. La plupart réalisent trois quarts de leurs chiffres d’affaires à partir de maintenant jusqu’en juin.

C’est le cas des Jardins de Provence à Althen-des-Paluds. En coulisses, les employés s’activent. Les fleurs sur les rolls sont déchargées par les employés et directement mis en rayon. Il faut aller vite. “La fête des grands-mères annonce en quelque sorte le début de la saison, indique Alexandre Fremiot DRH de cette jardinerie familiale. On le voit les gens ont envie de planter, d’avoir de la couleur dans le jardin. Tout peut se planter, aujourd’hui. Mais, on conseille aux clients d’acheter des produits des végétaux résistants. Il y a toujours un risque de gel jusqu’aux saints de glace (les 11, 12 et 13 mai, Ndlr)”.

Le potager au top des ventes

Pour proposer des tarifs raisonnables, la jardinerie installée depuis 2003, produit en saison ses propres fleurs à Monteux. Le reste du temps, elle fait appel à la société de production de plantes horticoles Anadia basée à Sarrians. Depuis quelques années, les Jardins de Provence produisent aussi ses propres fraises.

En ce moment, les stars des rayons sont les primevères, les pensées, les renoncules les géraniums appelés aussi le roi des balcons. Mais ce qui cartonne en ce moment, c’est sans aucun doute les plants pour les potagers. Aromatiques, salades, persil, oignons, tomates, basilique le jardinier en herbe est friand de manger ses propres légumes. “Même en appartement, les gens aiment avoir leur propre production. C’est tendance. Ça prend un peu de temps mais c’est complètement dans l’air du temps”, témoigne Alexandre.

Annick, une habituée de la jardinerie, est venue ce jour-là justement pour mettre en place son potager : “J’ai trois carrés de 2 mètres. Pour moi, le potager, c’est sacré, je ne fais pas spécialement d’économie mais, bon, ça reste une bonne activité pour toute la famille. Les enfants sortent un peu des écrans et participent de la plantation à la récolte. Ils peuvent observer toute l’évolution de la plante.”

Dans quelques jours, l’équipe sera au grand complet avec une quarantaine d’employés pour accueillir jusqu’à plusieurs centaines de clients. Des bonnes affaires “florissantes” pour le consommateur qui donnent le sourire aussi à toute la filière végétale. Une bonne chose pour les professionnels qui ont souffert de la météo en 2018.

Notre département compte une quarantaine de jardineries et environ une centaine de fleuristes. Pas étonnant quand on sait que neuf Français sur dix possèdent un petit coin à cultiver. Le budget moyen consacré au jardinage pour une famille est de 290€ chaque année.

Deux millions de plantes vendues chaque année pour la société sarriannaise Anadia

On ne le sait pas forcément, mais à Sarrians, Anadia est l’un des principaux producteurs de plants horticoles de la région Sud avec ses 15 ha de serres. Ici, on fait des fleurs depuis presque 20 ans.

Société familiale, les parents et les grands-parents étaient dans la production maraîchère. C’est Frédéric Chabrand qui a eu l’idée en 1991 de planter des fleurs à la place des plants agricoles. L’entreprise compte aujourd’hui deux entités, l’une produit des plantes horticoles (40 %), l’autre importe des plantes dans tous les pays d’Europe. Les pots en suspension ont fait la renommer de l’entreprise. À l’automne, 120 000 chrysanthèmes partent des quais de l’entreprise. À Noël, ce sont 55 000 roses de Noël.

Ses clients sont principalement des jardineries, des fleuristes ou encore des grandes surfaces. La société livre dans tout le pourtour méditerranéen. De Lyon à Perpignan en passant par Nice. Chaque fleur plantée est ensuite contrôlée et acheminée via une logistique précise. En ce début mars, les 70 employés d’Anadia entament la saison sur les chapeaux de roues. “Ça a commencé beaucoup plus tôt que prévu, mi-février. On ne s’y attendait pas… On propose 35 000 références au total et on essaye d’en ajouter une centaine chaque année”, explique Jean Reynaud, directeur commercial de l’entreprise qui réalise 8M€ de chiffre d’affaires. Sur place, un showroom d’un hectare est dédié exclusivement aux fleuristes. Parmi les tendances de l’année, les cactus sont dans l’air du temps tout comme les plantes d’intérieur, surtout chez la jeune génération.

“Depuis quelques mois, on observe que les jeunes actifs se tournent vers des plantes design. Il suffit d’un article dans des revues Art & Déco et nos clients nous demandent ces références”, avoue Jean Reynaud. Les plantes prêtes à fleurir, c’est-à-dire qui n’ont pas besoin d’entretien, ont leurs adeptes mais ce qui cartonne depuis quelques années, ce sont les plants autour du potager. “Il y a cinq ans, on vendait environ 2 000 plants en tous genres, tomates, aubergines, poivrons, courgettes et même pastèques. L’année dernière, on a produit plus de 180 000 plans greffés. C’est véritablement la tendance. Les jardiniers veulent tous leur potager ! ” affirme le directeur commercial.

L’année dernière, plusieurs millions de plantes ont été vendues. Une production sans traitement chimique, seulement en lutte intégrée. Des prédateurs sont disposés de part et d’autre dans les serres pour s’attaquer aux résidus comme les pucerons. Une pratique respectueuse de l’environnement, pour des fleurs qui en voient de toutes les couleurs !

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Maxime Peyron – LAPROVENCE.COM
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Sources :

https://www.laprovence.com/article/edition-vaucluse/5409113/dans-les-jardineries-de-vaucluse-le-printemps-est-deja-la.html

Publicité - Pack Impact
OHF Publicité - Pack Premium