Publicité – Pack Impact

Bacterie e coli – tracabilite graine a germer

E-COMMERCE - JARDINERIE  - JARDILAND EVOLUE VERS LE CLICK AND COLLECT | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr image 1
116

Vues

longueil

Publicité - Pack Premium

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F
 

Bactérie E. Coli : Jardiland avait demandé une traçabilité des graines à germer ! Très bon exemple de communication, de gestion de crise et de traçabilité des produits


Voici des extraits de l’article du journal sudouest.fr du 26 juin 2011 08h07 | Par Jacques Ripoche

http://www.sudouest.fr/2011/06/26/jardiland-ava…

L’enquête se poursuit en Angleterre chez le fournisseur du magasin de Villenave-d’Ornon (33)
Nacho Parra, directeur du magasin de Villenave-d’Ornon :

« Toutes les graines à germer ont été retirées. »

Petit rayon, grands effets. Au Jardiland de Villenave-d’Ornon (33), les graines à germer n’occupent pas plus d’un mètre de linéaire. Ou plutôt occupaient, puisque depuis vendredi soir, elles ont toutes été retirées de la vente. C’est ici qu’avaient été achetées les graines utilisées par la suite pour agrémenter, une fois germées, le gaspacho de la kermesse du Centre de loisirs de la petite enfance de Bègles (33). Avec les conséquences que l’on sait. Hier, sept personnes restaient encore hospitalisées.

Désormais, en lieu et place, une affichette explique la situation aux clients et invite ceux qui ont acheté des graines à germer à les rapporter contre remboursement. Deux personnes seulement se sont manifestées hier. Des personnes qui les avaient déjà consommées, rapporte le directeur du magasin, Nacho Parra.

Le rayon comportait au total une vingtaine de variétés, dont trois seulement sont considérées comme suspectes : des graines de moutarde (non bio), de fenugrec (bio) et de roquette (non bio). Mais, par précaution, « nous avons décidé de les retirer toutes », explique-t-il. Décision qui vaut pour l’ensemble des magasins du groupe Jardiland.

Thomson et Morgan

Depuis vendredi après-midi, Nacho Parra vit des moments agités : « Ça m’est tombé dessus vers 17 heures, quand six fonctionnaires de la direction régionale des fraudes sont entrés pour faire des prélèvements sur les variétés incriminées. » Elles sont actuellement en cours d’analyse dans un laboratoire spécialisé à Lyon.

Nacho Parra était pourtant en alerte depuis qu’avait éclaté, le mois dernier, l’affaire allemande qui aura fait au total 41 morts. « Cela m’avait interpellé et, de ma propre initiative, j’avais appelé nos deux fournisseurs de graines à germer afin qu’ils m’apportent des précisions sur la traçabilité de leurs produits. Je n’étais pas tenu de le faire dès lors que ces produits étaient homologués par le ministère. Le fournisseur français m’a apporté les réponses sous deux jours. L’autre fournisseur, l’anglais Thomson et Morgan, m’a informé par téléphone qu’il me ferait suivre les fiches produit. Je les attends toujours ! »

Or ce sont des graines de Thomson et Morgan, une société basée à Ipswich, dans le Suffolk, qui se trouvent impliquées dans l’affaire béglaise. Nacho Parra ne va toutefois pas au-delà du constat. Il a pu joindre hier matin le directeur commercial de cette société : « Il m’a dit qu’il était confus, que cela le laissait plutôt perplexe. En fait, il ne savait pas trop quoi dire, d’autant plus que le service anglais des fraudes se trouvait dans son usine. »


E.coli : la piste d’une graine germée italienne ?

Par L.D., le 27 juin 2011 à 13h55 , mis à jour le 27 juin 2011 à 14h11
http://lci.tf1.fr/science/sante/2011-06/e-coli-…

Extrait……………………………………..

Aucune certitude sur la source de la contamination

Et, dans le Parisien de lundi, une nouvelle piste apparaît. Citant une source proche du dossier, le quotidien émet l’hypothèse que ces graines suspectes seraient finalement originaires d’Italie. “Les factures montrent bien que les graines ont été achetées aux Anglais, mais le magasin aurait passé sa commande en Italie”, précise la source. “A l’époque de la crise allemande, l’Italie aussi avait été citée”, ajoute-t-elle. Au magasin Jardiland, d’où proviennent les graines suspectes, on semble aller dans le sens de cette théorie, puisque selon son directeur, la marque “Thompson et Morgan a acheté les graines en cause en Italie”. Son affirmation se base sur une “fiche de traçabilité” qui lui permet de remonter à l’origine des poduits qu’il commande.

Mais il fait part de ses “doutes que cette contamination soit venue de ces graines: le mode de culture peut tout changer, selon l’eau utilisée, il se peut qu’il y ait eu un problème d’arrosage”. Cette nouvelle piste italienne ne disculpe donc en rien la piste britannique ou française. Il reste à trouver cette source de contamination, qui pourrait donc être intervenue entre l’Italie, l’Angleterre et la France.


E.Coli : des graines venues d’Egypte soupçonnées
Par L.G, le 30 juin 2011 à 13h03 , mis à jour le 30 juin 2011 à 13h14
http://lci.tf1.fr/science/sante/e-coli-des-grai…

Extrait…………………………………………….

Selon les premières recherches européennes, des graines de fenugrec importées d’Egypte sont impliquées dans les deux épidémies à l’E.Coli observées en Allemagne et à Bordeaux.

En Allemagne ou dans le foyer plus réduit de Bordeaux, les intoxications à l’E.Coli ont été imputées à des graines germées. Jeudi, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies et l’Autorité européenne de sécurité des aliments vont plus loin puisqu’ils avancent l’origine possible de ces graines. Il s’agirait de “graines de fenugrec importées d’Egypte en 2009 et/ou en 2010” selon les deux organismes.

La contamination a pu se produire à différents stades d’une chaine de production et de distribution. Mais, précisent les experts, “d’autres lots de graines potentiellement contaminées sont peut-être encore disponibles dans ou hors UE”, soulignant toutefois qu’une “grande incertitude” continue à régner en l’absence de résultats bactériologiques. En attendant les conclusions de l’enquête, les deux agences européennes recommandent vivement de conseiller aux consommateurs de ne pas cultiver de graines germées pour leur propre consommation et de ne pas manger de germes ou de graines germées à moins de les avoir soumis à une cuisson rigoureuse.

Plus de 4.000 cas – chiffre sans précédent pour cette bactérie – ont été recensés en Europe et en Amérique du Nord depuis le début du mois de mai. Tous les malades ou presque se trouvent en Allemagne ou y ont séjourné. L’infection a fait au moins 48 morts.

Publication à durée illimitée

Origine : Veille – Curation
SCOTTS

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Votre opinion :

LARBALETIER

Publicité - Pack Premium

Annonce

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent