Hauts-de-France – Le projet de Jardinerie Famiflora de 18 000 m2 serait en bonne voie à la sortie de la CDAC

2052

Vues

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
.

Publicité - Pack Impact

Hauts-de-France – Le projet de Jardinerie Famiflora de 18 000 m2 serait en bonne voie à la sortie de la CDAC

Famiflora-Belgique-JAF-info-Jardinerie-Animalerie-Fleuriste

La rédaction de JAF-info

Parmi ces mastodontes belges de la vente des plantes et accessoires, plébiscités par les consommateurs mais qui font peur en France : Famiflora, Floralux ou Oh Green…

Alain Babaut avait le sourire et semblait rassuré.

C’est tout ce qui filtrait ce mardi 19 février à 17 h 15 à l’issue de la CDAC (Commission départementale d’aménagement commercial) qui devait examiner le projet de parc commercial de 28 548 m² à Villers-Bretonneux. Cela semble de bon augure pour le projet soutenu depuis des années par le président de la communauté de communes du Val de Somme.

Les représentants de la région et du département ont voté contre ; en revanche, le représentant du Pôle Métropolitain du Grand-Amiénois a voté pour. L’avis de la CDAC sera rendu public au plus tard dans dix jours, après avoir d’abord été signifié au pétitionnaire, le promoteur du projet Henri Bolsius.

Au cœur des discussions, se trouvait l’avis défavorable particulièrement sévère de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) ; mais aussi une réponse d’une quinzaine de pages que le président Babaut avait commandée à un cabinet parisien.

Selon les éléments qui ont filtré du dossier, c’est le spécialiste belge des jardineries géantes à bas prix, Famiflora, qui s’installerait sur 18 434 m². Et cette implantation pourrait faire disparaître une jardinerie dans l’agglomération amiénoise, le marché local ayant été particulièrement déstabilisé par l’installation de Jardiland à Shopping promenade au nord d’Amiens.

Benoît Delespierre


Jour J pour la si controversée jardinerie de Villers-Bretonneux

La commission départementale se réunit ce mardi pour donner son avis sur le projet de parc commercial de près de 30 000 m. Ça risque de coincer…

Parmi ces mastodontes belges de la vente des plantes et accessoires, plébiscités par les consommateurs mais qui font peur en France : Famiflora, Floralux ou Oh Green…

Les faits

La CDAC (Commission départementale d’aménagement commercial ; sept élus et quatre personnalités qualifiées) donne aujourd’hui son avis sur le projet de création d’un parc commercial de 28 548 m² à Villers-Bretonneux. Ce projet est porté par le promoteur belge Henri Bolsius.

Ce parc accueillera une jardinerie géante (18434m² dont 5010m² en extérieur) comme il en existe en Belgique, et un magasin de meubles de 10 114 m².

Le projet prévoit également un restaurant, un mur d’escalade, un centre, un jardin d’exposition, une ferme pédagogique et la création d’un parking de 821 places.

En 2012, un projet de magasins d’usines, Happy Days Shopping, porté par le même promoteur, avait été retoqué en CDAC puis en CNAC, provoquant une grave crise entre les élus d’Amiens et ceux de l’Amiénois.

_____

Y a-t-il une malédiction contre la zone d’activités de Villers-Bretonneux ? Ou les projets commerciaux que présentent les élus du Val de Somme sont-ils tout simplement disproportionnés dans cette zone d’activités initialement conçue pour accueillir des industries et de la logistique ? Une chose est sûre : le projet de jardinerie géante, soumis aujourd’hui à l’avis de la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) ne passera pas comme une lettre à la poste.

Le représentant de la Région Hauts-de-France votera contre, comme c’est le cas pour tous les centres commerciaux périphériques ; une question de cohérence, la Région étant fortement impliquée dans la revitalisation des bourgs ruraux. Le Département votera également contre, pour les mêmes raisons. Si ce projet voit le jour, ce sont tous les Gamm Vert et autres Point Vert, présents en milieu rural, qui seront déstabilisés.

Enfin et surtout, il y a cet avis défavorable très sévère de la Direction des territoires et de la mer (DDTM). Le service de l’État rappelle que le précédent projet, celui de 2012, avait déjà été retoqué car il ne répondait pas aux trois critères prévus par la loi : l’aménagement du territoire, le développement durable et la protection des consommateurs.

La DDTM rappelle que la zone de Villers-Bretonneux, 4 400 âmes, est dédiée à du commerce local, « achats hebdomadaires, occasionnels, légers et lourds », pas à des « achats exceptionnels », selon le Schéma de cohérence territoriale (SCOT). La DDTM souligne aussi la consommation de terres agricoles, le flou sur la création d’un hôtel et la production d’énergie photovoltaïque, mais aussi la pauvreté architecturale et paysagère du projet : « murs aveugles », « quelques arbres épars », « pour vue depuis l’autoroute, un parking », pas de traitement du vent, pas de fragmentation des vues, pas de rue commerçante pour les piétons… La liste est longue.

Benoît Delespierre

Tous les fleuristes ne sortiront pas indemnes

Les spécialistes du jardin à Amiens Métropole, emmenés par le patron de Truffaut à Longueau, avaient déjà émis des réserves quant à la probable arrivée d’un géant de la jardinerie belge à Villers-Bretonneux (notre édition du mercredi 13 février).

Du côté des fleuristes, cette fois-ci, la tendance est aussi à l’inquiétude… mais pas pour tout le monde. « On vient déjà de se prendre Jardiland sans même avoir le droit de s’y opposer. C’était déjà compliqué. Et maintenant, avec l’arrivée d’une grande enseigne belge, on court à la catastrophe.

Le centre-ville d’Amiens se meurt déjà, on connaît des problèmes avec le stationnement, et on voit bien que les zones extérieures sont favorisées. Une grande jardinerie à Villers-Bretonneux, ne nous ramènera pas de clients », se plaint le patron d’Idée de Fleurs, rue du Maréchal Leclerc. Son de cloche un brin différent chez José Ibanez, gérant de Saint-Pierre Fleurs, dans la profession depuis 1982. « Je trouve que c’est bien. Je suis un des plus gros fleuristes en chiffre d’affaires et en surface à Amiens, et on oublie de dire que la profession a déjà souffert par le passé des Jardiland, Truffaut et autres…

Aujourd’hui, il y a plus gros qu’eux, et ce sont eux qui vont souffrir.

Le fleuriste pur, lui, s’en sortira, car je ne vois pas mes clients aller acheter des fleurs à Villers-Bretonneux. La concurrence aura du bon et ça fera baisser les prix de certains. Je ne dis pas que l’on ne perdra pas de clients, mais nettement moins que les grands magasins », souligne le gérant, qui se souvient que dans les années 90, le quartier Saint-Pierre « comptait onze fleuristes ». Il est aujourd’hui le seul.

Spécialisés dans la fourniture pour les fleuristes, Thierry et Éric Barbet, installés chaussée Jules-Ferry à Amiens, ne sont, eux, guère rassurés. « Les fleuristes avec qui on travaille sont fortement inquiets. Quand on annonce 350 emplois à Villers-Bretonneux, on se dit qu’il y a un gros mensonge, que c’est exagéré. Si cette jardinerie belge ouvre, il y aura de la casse à Rosières-en-Santerre, Villers-Bretonneux, dans les serres de Poulainville… Il y aura plus de pertes d’emplois que d’emplois créés sur le nouveau site. » Ils estiment au passage que « seuls les purs fleuristes, ceux qui font des fleurs coupées, ne seront pas touchés ».

CHRISTOPHE BERGER


La jardinerie pose question à Villers-Bretonneux aussi

Les élus d’opposition bretonvillois se disent mis devant le fait accompli sur le dossier de jardinerie.

La jardinerie géante de plus de 20 000 m² fera l’objet d’un débat aujourd’hui en commission départementale d’aménagement commercial.

Il n’y a pas que les fleuristes et horticulteurs du secteur du Grand Amiénois qui sont contrariés par le projet de jardinerie géante portée par le Belge Bolsius. Les élus-mêmes de Villers-Bretonneux, où est attendu ce parc commercial grincent aujourd’hui des dents, en ce qui concerne sa présentation.

Éric Lavoisier, pour le groupe d’opposition bretonvillois « Bien Vivre à Villers-Bretonneux », déplore n’avoir eu qu’une seule présentation succincte en commission de développement économique du Val-de-Somme, à laquelle il siège, le jeudi 14 février.

« Lorsqu’on a demandé lors d’un conseil municipal à Villers le 16 janvier, puis en conseil communautaire le 4 février une présentation approfondie du projet, cela est revenu à nous demander si nous, délégués, on votait pour ou contre la création de 350 emplois. Évidemment qu’on ne va pas voter contre », analyse aujourd’hui Éric Lavoisier qui dit vouloir « être responsable, en tant qu’élu ».

Et pour lui, être un élu responsable, c’est aussi penser à ceux qui pourraient perdre leur emploi face à cette jardinerie de 20 000 m². « De cela, il n’a jamais été discuté. J’aurais aimé, pour prendre ma décision, avoir un travail constructif faisant état d’une évaluation sur la création ou la perte d’emplois sur le bassin amiénois. »

L’élu pense en particulier aux cinq salariés du magasin Gamm Vert à Villers-Bretonneux, mais aussi aux répercussions de cette implantation de jardinerie sur « l’horticulture française, face à cette production belge qui va venir avec ses propres fleurs. À l’heure où on réduit les filières pour faire plus local. »

Pour lui, ce projet « est en train d’être mis en place de manière collective alors qu’il n’est le projet que de quelques-uns ».

Quand on lui oppose la discrétion qui entoure désormais toute implantation économique d’ampleur, et avancée par les élus eux-mêmes, Éric Lavoisier y voit une manifestation que « l’économie passe avant la démocratie ».

D. R

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Membre : C2F - Aucun actionnariat ou intérêt dans une société. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs

Sources :

Durée de publication :

  • Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée.
  • Publication pouvant être à durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé”
  • Publication limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”
  • Publication limitée à la durée de la vie commerciale pour les livres

Vidéo - Audio - Réseaux sociaux

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez les dernières actualités chaque jour dans votre boîte mail

JAF

Publicité -Autopromo

Commenter

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

JAF

Publicité -Autopromo

Accès rapide

Menu
Menu

En ce moment

” Au lieu de conforter vos opinions 
plutôt éclairer vos choix  ! “​

” Dans le calme ou la tempête : Humanisme, Engagement, Indépendance, Plaisirs et Réactivité ! “

JAF-info

Jardinerie Animalerie Fleuriste

Site de presse en ligne et réseau social

Une publication des Editions Média-Talents – Paris

Surligneur de Talents ! ®​

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !