[Vidéo] Patrick MIOULANE – DIPLADENIA ET MANDEVILLA : DES PLANTES À FLEURS, IDÉALES POUR LES DÉCORATIONS D’ÉTÉ
139
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Publicité - Pack Impact
DIPLADENIA ET MANDEVILLA : DES PLANTES À FLEURS, IDÉALES POUR LES DÉCORATIONS D’ÉTÉ
Patrick MIOULANE

[Vidéo] Patrick MIOULANE – DIPLADENIA ET MANDEVILLA : DES PLANTES À FLEURS, IDÉALES POUR LES DÉCORATIONS D’ÉTÉ


Dans le cadre de l’émission « Secrets de Jardins » que le rédacteur en chef de NewsJardinTV, Patrick Mioulane, a présentée sur la chaîne régionale TV Vendée (de 2008 à 2012), nous vous proposons de mieux connaître une plante particulièrement en vogue depuis une quinzaine d’années, à savoir les Dipladenia. Dans cette vidéo, Patrick vous détaille les particularités botaniques de cette plante incomparable pour les décorations estivales. Installé dans la jardinerie VillaVerde d’Olonne sur Mer, environné d’une belle collection de ces plantes spectaculaires, notre jardinier préféré nous raconte l’histoire de cette plante tout en dévoilant l’étymologie de son nom et la confusion qui existe entre deux appellations : Dipladenia (le nom le plus courant) et Mandevilla (la première dénomination de la plante et qui, sur le plan botanique, doit prévaloir). Le nom Mandevilla rend hommage à Henry John Mandeville (1773-1831) diplomate britannique qui avait découvert la plante en Argentine.
Patrick explique alors que , pour des raisons pratiques, on nomme Dipladenia les espèces à feuilles lisses et vernissées, tandis que les formes fortement volubiles aux grandes feuilles gaufrées sont des Mandevilla. Notre passionné de botanique rappelle l’appartenance des plantes présentées à la famille des Apocynacées dans laquelle on trouve entre autres la pervenche (Vinca) et le laurier-rose, mais aussi l’Allamanda, le frangipanier (Plumeria), la fleur de porcelaine (Hoya), etc. Il explique et montre que les plantes de cette famille sécrètent un latex plus ou moins toxique.
Patrick présente ensuite les deux formes courantes : Dipladenia sanderi plutôt buissonnant et les Dipladenia Sundaville et Diamantina, hybrides à port plus volubile à palisser ou à cultiver en suspension.
Le reportage se poursuit sur la mise en avant des qualités des dipladénias, à savoir l’abondance et la longue durée de leur floraison (de mai aux gelées), mais aussi leur excellente résistance à la sécheresse due à leurs racines charnues qui constituent des réserves hydriques pour la plante.
Patrick donne aussi des conseils d’arrosage et de fertilisation car en raison de leur végétation luxuriante, les dipladénias sont des plantes plutôt gourmandes. Il indique également comment conserver la plante en hiver (de préférence dans une véranda ou une serre froide et au sec).
Le reportage se termine par la présentation d’une forme beaucoup moins courante à fleur jaune. On la trouve parfois dans les jardineries sous le nom de dipladénia ‘Yellow’. Il s’agit en réalité d’un autre genre. D’abord appelé Urechites, la plante, originaire des Caraïbes, se nomme aujourd’hui Pentalinon luteum.
Désolés si la bande musicale gêne un peu parfois la précision des commentaires de notre ami MiouMiou, mais cette vidéo tournée en 2009, vous est proposée dans son intégralité

Patrick MIOULANE

Patrick MIOULANE

Né le 23 juillet 1951 à Ivry-sur-Seine, est un journaliste de la presse écrite, de la radio et de la télévision, spécialiste des jardins et auteur d'environ 120 ouvrages. Trois de ces ouvrages ont reçu le prix Saint-Fiacre, décerné par l'Association des journalistes du jardin et de l'horticulture, un autre le prix P.J. Redouté, et un autre le prix Émile-Gallé. (wikipedia)
Origine : Veille – Curation
Signature : newsjardintv
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Sources :

Publicité - Pack Impact
OHF Publicité - Pack Premium

La lettre de JAF-info

Chaque matin, l'essentiel de l'actu
20170624_160705 luc cut

Luc NAROLLES

Rédacteur en chef

AMORSA Publicité - Pack Premium