L'info pour les pros !
10 Ans !
La hausse de la tva – un fardeau de plus pour la filiere ?
1904
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Publicité - Pack Impact
Publicité - Pack Impact
Publicité - Pack Impact
LOGO JAF-Info | Jardinerie Animalerie Fleuriste
La rédaction de JAF-info

La hausse de la tva – un fardeau de plus pour la filiere ?

image004 La loi prévoit le passage à 10 % de la TVA sur les produits horticoles. Après une première augmentation de 5,5 à 7% en janvier 2012 notre TVA doit de nouveau augmenter au 1erjanvier 2014. C’est trop !

Pourtant l’Horticulture est bien une activité agricole et l’Europe prévoit la possibilité de lui appliquer un taux réduit (article 122 de la directive 2006/112/CE).

La situation est paradoxale 

L’Horticulture représente un secteur économique d’avenir avec une filière organisée et des entreprises engagées dans la recherche et l’innovation. La profession a d’ailleurs créé « Plante Bleue » www.plantebleue.fr , une certification environnementale, sociale et sociétale des entreprises reconnue par les Pouvoirs Publics.

C’est un paradoxe : pourquoi surtaxer un secteur qui contribue au bien être de l’Homme et qui est en lien avec les politiques nationales en termes d’environnement : lutte contre le réchauffement climatique, dépollution, fixation de carbone, amélioration des conditions de vie en ville, etc.

Le passage à 10 % c’est la mort de l’Horticulture Française !

Les horticulteurs sont nombreux (5 000 entreprises en France) mais pas assez pour bloquer les routes, c’est pour ça qu’ils sont une variable d’ajustement facile en période de crise budgétaire.

Les chiffres sont inquiétants :

– le volume de consommation de produits horticoles en France a baissé de 9,2 % en 2012

– le revenu des horticulteurs est un des 3 plus faibles de l’agriculture depuis 2 ans (chiffres AGRESTE) au même niveau que celui des producteurs de viande,  qui eux bénéficient depuis des années de mesures d’aides de l’Etat.

Cependant l’Horticulture représente 25 000 emplois directs dans la production et génère environ 160 000 emplois indirects dans la filière (fleuristes, jardineries, graineteries, paysagistes, etc…). Présents sur l’ensemble du territoire, les horticulteurs sont de véritables acteurs du tissu économique local.

Ce sont ces emplois qui sont menacés par la hausse de la TVA…

image004 Les conséquences prévues :

1 500 entreprises de production menacées de fermeture par la baisse de la consommation et la baisse des marges

Plus de 20 000 emplois détruits dans la filière

Alors signons la pétition des producteurs pour un retour de la TVA sur leurs produits à 5.5% !

Dominique BOUTILLON – Présidente de la FNPHP – fnphp@fnphp.com

 

 


Eubert Delattre, pépiniériste: «Pourrai-je embaucher malgré la hausse de la TVA?»

Par Nord Eclair

La camionnette des Pépinières de Lompret participait, vendredi matin, à l’opération escargot des horticulteurs contre la hausse de la TVA. Son patron, neuvième génération à la tête de l’entreprise familiale, craint de ne pas pouvoir embaucher en CDI Bastien, son ancien apprenti, qui termine son CDD à la fin de l’année.
Lancez-le sur le couplet du petit patron étranglé par les charges, et Eubert Delattre, 38 ans, devient intarissable. Force est de constater pourtant qu’il ne manque pas d’arguments. L’augmentation, au 1er janvier 2014, de la TVA sur les produits horticoles, c’est un élément de plus à gérer dans une trésorerie en forme de casse-tête chinois.

Alors, vendredi, il a envoyé Bastien, un de ses trois salariés, participer à l’opération escargot lancée par la Fédération nationale des producteurs de végétaux d’ornement. Lui avait déjà des rendez-vous de prévus mais la camionnette siglée « Pépinières de Lompret », avec sa banderole «  Artisans du végétal verts de rage  » fixée sur une bâche de la même couleur, a dignement représenté l’entreprise. Le convoi a créé dix kilomètres de bouchons pour un convoi escargot entre le MIN de Lomme et le centre-ville de Lille (notre édition d’hier en pages Région). «  C’est malheureux de devoir bloquer les gens, mais on ne peut pas faire autrement pour se faire entendre.  »

TVA de 7 à 10 %

La TVA à 10 % (la profession était alignée sur les prix des produits agricoles) ne passe décidément pas. Pas seulement à cause des «  7 000 à 8 000 plantes à réétiqueter  ». Déjà, en 2012, la TVA était passée de 5,5 % à 7 % et les prix, «  que nous n’avions pas bougés depuis quinze, vingt ans  », avaient dû être revus : «  Les gens nous l’ont fait remarquer.  »

Une nouvelle hausse de 3 % sur les étiquettes a-t-elle un réel impact sur les ventes ? «  Oui, sauf peut-être pour celui qui compte dépenser 100 € pour le jardin de la maison qu’il vient d’acheter, et qui acceptera d’en dépenser 103. Et encore, les gens sont tellement serrés maintenant…  » Alors, il entend de drôles de demandes, comme de payer de la main à la main, sans TVA. Il jure qu’il refuse, mais baisse les yeux avec un petit sourire entendu quand on demande, l’air de rien, si ça se pratique ailleurs.

«  Vous savez, ce qui me fait vivre, c’est l’activité de paysager plus que la pépinière. Il suffit de regarder à combien de kilomètres on est de Dadizele.  » La commune belge abrite une grande jardinerie ouverte même le dimanche. «  Côté prix, on ne peut pas rivaliser, à moins de faire de la culture intensive dopée aux hormones.  »

S’en sortir en partant à la chasse aux petites économies ? «  Ma plus grosse dépense, c’est ma masse salariale ! Et pourtant, mes deux employés les plus anciens ne sont pas rémunérés à leur juste valeur.  » D’où les questions qu’il se pose au moment de d’embaucher Bastien. «  C’est un ancien apprenti, il est en CDD et je voudrais le garder. Cela fait sept ans que je cherche quelqu’un de compétent. Je sais que ce n’est pas facile à trouver : on dit aux jeunes que s’ils ne sont pas bons à l’école, ils iront travailler la terre, puis lorsqu’ils arrivent dans le métier, ils découvrent qu’il faut apprendre, au bas mot !, 400 espèces de plantes, et la nature des sols.  »

Eubert Delattre s’est renseigné auprès de Pôle Emploi, puis de la FDSEA : l’embauche de Bastien ne rentre pas dans les critères du contrat de génération, car le salarié le plus âgé est encore trop jeune. «  La générosité pour les caisses de l’État, ça suffit. Rien que les charges auprès de la MSA me coûtent plus de 40 000 € par an.  »

Dans sa trésorerie, il y a aussi une part d’impondérables : les longues semaines de pluie ont gardé les clients chez eux, bien au sec, loin du jardin et de la pépinière. On passe sur l’obligation, l’an prochain, de suivre une formation sur les produits phytosanitaires qui éloigne des serres pendant trois jours, et dont sont dispensés les jeunes diplômés. Sur des investissements en 2005 et des traites à rembourser jusqu’en 2025. La mauvaise année 2009, avec des travaux d’assainissement dans le quartier et un chiffre d’affaires en baisse de 37 %…

«  L’année 2011-2012 a été bonne. Une bonne année, c’est quand j’ai pu rembourser mes fournisseurs, payer mes salariés, et avoir un salaire.  » On n’en connaîtra pas le montant ; on essaye quand même en glissant qu’il y a des gens qui trouvent qu’un salaire normal, c’est 3 000 euros… Ce qui le fait bien rire. Pas très longtemps. «  Je n’ai pas encore fait les comptes pour les mois de septembre, octobre et novembre. Je n’ose pas, je sais que ce n’est pas bon. Cette hausse de la TVA, c’est une très mauvaise décision.  »


Source : http://www.nordeclair.fr/info-locale/eubert-delattre-pepinieriste-pourrai-je-embaucher-jna446b0n315032

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : vide
Crédit photo : Photo Générique ou logo société

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Publicité - Pack Impact
AMORSA Publicité - Pack Premium

La lettre de JAF-info

Chaque matin, l'essentiel de l'actu
20170624_160705 luc cut

Luc NAROLLES

Rédacteur en chef

Une réponse

  1. et que dire du passage à 20% sur les animaux de compagnie, à part peut etre qu’il y aura encore plus de traffic, moins d’animaliers competents car les patrons ne pourront plus les payer correctement, ect ….
    Par cedric rebeilleau via LinkelIN

Les commentaires sont fermés.

DIGIFLOR Publicité - Pack Premium