L'info pour les pros !

10 Ans
Roland Motte – La Toussaint… Faut-il sacrifier la production « artisanale » ou locale ?
356
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Experts > Top Experts > Roland Motte – La Toussaint… Faut-il sacrifier la production « artisanale » ou locale ?

Roland Motte – La Toussaint… Faut-il sacrifier la production « artisanale » ou locale ?

roland-motte-JAF-Jardinerie

Encore 50 kilomètres avant l’arrivée à destination, dans la voiture, je chantonne ma chanson préférée distillée par la radio de bord et accompagnée, en rythme s’il vous plaît, par le meilleur chanteur du véhicule : moi. Tout allait bien avant que Christine and The Queen ne soit interrompue par l’autre :

« patron, on est mal ».

Ce gars qui nous annonce des prix plus bas que terre pour une enseigne alimentaire qui imprime son style : les meilleurs produits au plus bas prix.

1, 59 euros le chrysanthème en pot de 13, avec 3 boutures ! Ça, c’est une très bonne affaire, mais quel est donc ce producteur capable de proposer un tarif aussi compétitif ?

Après recherche, il s’avère que ce joli pot a du être acheté au Pays Bas aux environ de 0,90 euros… il reste donc de la marge pour le gars de chez « patron on est mal ».

En France, et après avoir négocié, nous arrivons à un pot de 10, toujours avec 3 boutures au plus bas à 1,50 euros… en gros !

Mais alors, si ce distributeur discounter peut nous attaquer sur les végétaux leaders, pourquoi ne pas en faire de même du côté des jardineries et casser un peu plus le prix en pressant ces industriels du végétal.

C’est ce qui pourrait arriver dans l’avenir si le prix continue de nous faire fantasmer à ce point.

Avec ce genre de stratégie, nul doute que le marché va se simplifier… et se réduire.

Pour produire un chrysanthème en pot de 13 à 0,90, il faut une industrialisation et une automatisation conséquente. Un tel investissement ne peut concerner que quelques plantes phares comme le chrysanthème et la bruyère pour la Toussaint, le poinsettia pour Noël, le Phalaeno toute l’année, le buis… en gros une vingtaine de plantes.

Ces 20/80… pardon, ces 10/90 vont faire le volume. Ils seront produits par des gros producteurs pour des gros distributeurs, et concerneront le gros des consommateurs.

Pour les autres, il ne restera que les niches, mais aussi la qualité et le conseil.

Il est possible de vendre une méga coupe de pomponnette de 9 boutures à 10 euros, certes, c’est plus cher, mais c’est aussi beaucoup plus classe.

Alors bien sûr, ce constat est basique, il peut se retrouver dans toutes les composantes de la distribution à grande échelle, qu’il s’agisse de vêtement, d’électronique, d’alimentaire, de restauration, de fruits et légumes, mais aussi de jardin.

Pour arriver à un tel niveau de prix, il n’y a pas de miracle, il faut jouer sur le mode de production, sur la matière première ou sur une main d’oeuvre très bon marchée… à vous de choisir l’un de ces trois leviers pour gagner la compétition.

Concernant notre jardin, cette optimisation de la production sur des produits a succès va rendre le travail des petits producteurs intenable. Les acheteurs ne manqueront pas de leur demander des équivalences de prix qu’il sera bien difficile d’honorer. Et il ne restera que les niches pour pleurer.

Mais plutôt que de se morfondre dans un pessimisme borné, autant se prémunir dès maintenant face à ces pratiques devenues régulières.

Premier constat : derrière chaque prix anormalement bas, il y a souvent un loup, à vous de découvrir lequel, si c’est le cas.
Second constat, inutile de se battre contre des offres délirantes si vous n’avez pas les volumes ou la fréquentation, cherchez donc une autre porte de sortie.

Moralité : on est mal patron… Si l’on continue de suivre cette logique destructrice de prix bas.

Défendre le pouvoir d’achat du consommateur, c’est une bonne idée, mais si pour cela, il faut sacrifier la production « artisanale » ou locale, ça pose question…

La guerre entre les gentils et les méchants n’est pas encore gagnée… Reste à savoir qui est le gentil, et qui est le méchant ?

Roland MOTTE

Roland MOTTE

Jardinier, amoureux du Jardin « au naturel » qu’il aime cultiver dans les Vosges. Passionné depuis toujours du végétal, son expérience au poste de vendeur à celui d’acheteur national, élu "Acheteur de l'année 1996" (Graines d’Or), lui permet d’analyser finement les évolutions du marché et d’observer les tendances pour les pros comme les amateurs. Conseil en développement et en stratégie de communication Roland apporte son expertise auprès de nombreuses entreprises leader du jardin et de la distribution. Conférencier, Conseil et Journaliste, Roland est aussi Président de l'Institut des Sens et de la Couleur au Jardin, dirigeant de la société de conseil RMJ et de la boutique en ligne « Les Jardins de la Terre » -
Origine : Editorial – Billet d’humeur (Original)
Signature : ROLAND MOTTE… JARDINIER !
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Sources :

http://www.rolandmotte.fr/29/edito-304/ouverture-24/24-ouvertureledimanche-jardin-jardinerie-jardinier-jardiniere-bienetre-rayonjardin-robot.html

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
comptoir Publicité - Pack Premium

Une réponse

  1. La proximité fait que je suis souvent confronté à ces plantes venues d ailleurs !!!
    Beaucoup plus souvent et variées d ailleurs que l article le décrit, parfois de bonne qualité.
    Ça m’a rappelle furieusement nos hypers dans les années 80 / 2000
    Comme ils ne savent pas plus arroser que leurs ancêtres leurs offres et leurs ventes suivront le même chemin.
    Mais entre temps une autre forme de discount encore moins cher aura eu raison de ce patron.
    Vous avez dit Action !!!
    À noter deux choses tout de même dans ce mouvement perpétuel.
    1 / les plantes peuvent venir de France ,produites dans des outils abandonnés par des producteurs Français malgré de nombreuses subventions régionales ou nationales
    2/ les marges de ces distributeurs sont 2 a 3 fois moins importantes que celles nos enseignes nationales et sans RFA.
    Cherchons Nos erreurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIGIFLOR Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info