Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Ile de France – nouvelle mise en examen à l’animalerie des Essarts-le-Roi

TRAFIC - DES ANIMALERIES PARISIENNES PERQUISITIONNÉES ! | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr
83

Vues

MATABI

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

L’enquête sur les pratiques suspectes de l’animalerie Animal City, située aux Essarts-le-Roi, progresse.

Mercredi, le second gérant de l’enseigne a été mis en examen à Versailles, pour « importation non conforme à la législation des animaux, mauvais traitements et escroquerie ».

Cet homme 23 ans a été remis en liberté sous contrôle judiciaire avec une interdiction d’exercer une profession en lien avec des animaux.

En mai dernier, les policiers et les services vétérinaires avaient mené une perquisition dans cette animalerie, rue Georges-Pompidou. Ils y avaient découvert 146 chiens à la provenance suspecte et réalisé 58 prélèvements sanguins. L’établissement, cogéré par deux hommes, est soupçonné d’avoir vendu des chiots en mauvaise santé en provenance de Slovaquie, de Hongrie ou de Bulgarie, entre 2013 et 2016.

« Ces animaux étaient importés dans des délais de moins de 15 semaines et ne répondaient pas aux exigences sanitaires, ni aux critères d’âge ou de vaccination, précise une source proche de l’affaire. Les deux gérants s’étaient alliés avec un vétérinaire qui avait systématiquement vacciné les bêtes contre la rage et établi de faux papiers pour camoufler leur réelle provenance. » Les chiots étaient vendus environ 600 € pièce, notamment via des annonces passées sur Internet. Au total, 42 victimes ont été recensées dans le dossier par les forces de l’ordre.

En mai, l’avocat de l’animalerie affirmait que l’activité « a toujours été développée dans le strict respect de la législation applicable et dans le souci constant du bien-être des animaux ». L’enquête semble pourtant démontrer que les animaux étaient maltraités, retenus en cage sans hygiène, sans eau, ni nourriture, ce qui favorisait le développement des maladies.

Le premier gérant de fait, âgé de 28 ans, avait été mis en examen en juin pour ces faits. Il a expliqué qu’il avait été dépassé par le succès de son commerce et n’avait pas su mettre en place les procédures adéquates de contrôle. Le cogérant a reconnu les faits cette semaine devant les enquêteurs du commissariat de Rambouillet, rejetant la faute sur son associé et compagnon, duquel il s’est d’ailleurs séparé depuis. L’enquête se poursuit.

Publication à durée illimitée

Signature : Julien CONSTANT – LEPARISIEN.FR
Sources : http://www.leparisien.fr/yvelines-78/les-essarts-le-roi-nouvelle-mise-en-examen-a-l-animalerie-20-11-2016-6352695.php
Origine : Veille – Curation
EVERGREEN

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

comptoir

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !