Où est passé Marius ?

Selon la Montagne, ce perroquet rare a été volé samedi soir dans une animalerie de Clermont-Ferrand. Ce cacatoès Alba coûte 2.500 euros pièce.

Les malfaiteurs masqués ont utilisé une voiture bélier pour entrer dans le magasin et commettre leur méfait.

Un vol similaire, dans une animalerie du même groupe avait déjà été commis en novembre dernier, à Charmeil, près de Vichy. Mais on ne sait pas encore si les deux affaires sont liées.

RadioScoop


marius-caccatoes-perroquet-jardiland-affiche-JAF-Jardinerie-Animalerie


Pour retrouver le cacatoès volé à Clermont-Ferrand, Jardiland compte sur la traçabilité des oiseaux rares

Marius, le cacatoès volé à Clermont-Ferrand, est toujours introuvable. L’enseigne dans lequel il a été volé, a même lancé un avis de recherche. Les salariés comptent sur la traçabilité des volatiles pour retrouver l’animal. Les élevages d’oiseaux protégés sont soumis à une identification stricte.

C’est un appel à l’aide du Jardiland de Clermont-Ferrand. Une alerte enlèvement pour Marius, ce cacatoès blanc de six mois dérobé en moins de deux minutes par une équipe préparée. Sa valeur marchande n’y est pour rien. C’est sa compagnie qui laisse les salariés démunis.

Leur espoir : la traçabilité des oiseaux rares. Gilles Babilotte élève des perruches exotiques depuis dix ans. Aujourd’hui, il possède une soixantaine d’individus de 25 espèces d’Australie. Malgré leurs origines différentes, elles partagent un point commun avec Marius.

Pour garantir sa provenance, chaque oiseau possède une bague unique. Une sorte de carnet d’identité portée à la patte, difficile à remplacer.

En cas de découverte d’une espèce exotique, baguée ou non, mieux vaut se rapprocher de la ligue de protection des oiseaux pour une prise en charge de l’animal.

France 3 Auvergne – VAN OUDENDYCKE Maxime, MARTINET Olivier, RACLET Patricia


Pour retrouver le cacatoès volé à Clermont-Ferrand, Jardiland compte sur la traçabilité des oiseaux rares

Pour lire la video – voir securité de votre navigateur ou cliquez ici


Clermont-Ferrand : un commando s’empare d’un cacatoès dans une jardinerie

Certains oiseaux rares attisent la convoitise de voleurs, voire de trafiquants, qui n’hésitent pas à employer parfois la manière forte. Le magasin Jardiland en a fait les frais ce week-end à Clermont-Ferrand. Un avis de recherche a été lancé.

Selon une information révélée par nos confrères du journal La Montagne, un commando de trois hommes, visages dissimulés, a carrément brisé la porte d’accès vitrée de la jardinerie “Jardiland” avec une voiture-bélier samedi soir à Clermont-Ferrand. Scène filmée par les caméras de vidéosurveillance. Sollicitée lundi matin, la direction du magasin n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Leur cible : un jeune cacatoès Alba, un perroquet assez rare, originaire d’Indonésie. Baptisé Marius , il était devenu la mascotte du magasin, mais il s’est volatilisé avec ses ravisseurs. La valeur marchande d’un tel cacatoès peut dépasser les 2.000 euros, selon des spécialistes. Gilles est membre du Club sérinophile d’Auvergne. Il élève des oiseaux exotiques à Aubière dans le Puy-de-Dôme.

Beaucoup d’animaleries arrêtent de vendre des perroquets”

Ces oiseaux exotiques sont soumis à une réglementation stricte et ne sont plus importés légalement en France. Selon la législation, les sérinophiles reconnus doivent (ou devraient) tous avoir un numéro d’éleveur gravé sur une bague avec le numéro de l’oiseau et son année de naissance. Le problème en animalerie, c’est que les centrales d’achat se trouvent à l’étranger, en particulier en Belgique, où il n’y a aucune obligation de baguer ces oiseaux.

Faire “pucer” son volatile

La traçabilité de ces espaces parfois protégées est essentielle, en cas de vol ou tout simplement en cas perte. Car il n’est pas rare qu’un volatile s’échappe du domicile d’un particulier. Gilles conseille carrément de “pucer” son perroquet ou sa perruche comme on peut le faire pour un chien ou un chat. En cas de perte, le meilleur réflexe est alors d’appeler la Ligue pour la Protection des Oiseaux ou la SPA.

Eric Le Bihan, France Bleu Pays d’Auvergne et France Bleu