Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Animalerie – nac – un python s'echappe et provoque un drame

295

Vues

comptoir

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Le drame s'est déroulé au 2, rue Pleasant,... (La Presse Canadienne)

Canada – Deux garçons tués par un python échappé d’une animalerie. Le drame s’est déroulé au 2, rue Pleasant, à Campbellton, où le magasin Reptile Ocean a déjà fait l’objet d’une plainte de la part d’un citoyen se plaignant des conditions dans lesquelles les animaux étaient gardés. 

(Québec) Deux jeunes enfants de cinq et sept ans ont été retrouvés morts lundi matin à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, alors qu’ils passaient la nuit chez un ami demeurant au-dessus d’une animalerie reptilienne. Selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC), les deux garçons ont été étranglés par un serpent exotique qui se serait faufilé dans le système de ventilation pour s’infiltrer dans la pièce où ils dormaient.

L’animal en question, dont la longueur et le poids n’ont pas été précisés par la GRC, serait un python de Seba, le plus grand des serpents que l’on trouve sur le continent africain. Sa taille varie généralement de trois à cinq mètres. Il a été capturé par la GRC, qui l’a présentement en sa possession.

Le drame s’est déroulé au 2, rue Pleasant, à Campbellton, où le magasin Reptile Ocean a déjà fait l’objet d’une plainte de la part d’un citoyen se plaignant des conditions dans lesquelles les animaux étaient gardés. Cent quatre-vingt-cinq personnes avaient signé la pétition en ligne qui demandait à la Ville de faire fermer l’établissement. Une demande qui n’avait cependant pas été portée à l’attention du conseil municipal avant lundi, précise le maire adjoint de la Ville, Ian Comeau.

Celui-ci a par ailleurs affirmé que toute la communauté de Campbellton, comptant quelque 8000 habitants, est fortement ébranlée par les événements. «Il y a déjà une levée de fonds qui s’organise sur les médias sociaux pour aider la mère et payer l’enterrement de ses deux garçons. Ça va être quelque chose d’énorme à passer à travers pour elle», a mentionné le politicien en entrevue au Soleil.

Règlements à revoir

M. Comeau a également fait savoir que la réglementation permettant la possession d’animaux domestiques, tels les serpents, à Campbellton serait probablement modifiée sous peu au conseil municipal. «Depuis 2009, la province [du Nouveau-Brunswick] permet la vente d’animaux exotiques, donc pour nous c’est de voir notre arrêté municipal et s’assurer que cet endroit-là est sécuritaire pour le voisinage», a-t-il indiqué, ajoutant qu’il ne serait pas surpris que des citoyens exigent la fermeture du commerce situé en plein centre-ville.

Il n’a pas été possible de communiquer avec le magasin Reptile Ocean ni avec son propriétaire, Jean-Claude Savoie. Celui-ci est le père de l’ami chez qui les victimes étaient en visite. «Nos plus profondes sympathies vont à la famille des enfants», était-il inscrit sur la page Facebook de l’établissement, tel que rapporté par CNN, à la suite de certains commentaires négatifs émis par des internautes lundi après-midi. «Cette page sera fermée temporairement pour éviter tout autre commentaire désobligeant. Vous devriez avoir honte de vous. Nous avons tous le coeur lourd aujourd’hui. Comme tout le monde l’aurait. Et les attaques sur les propriétaires d’animaux ne sont pas nécessaires.»

La GRC a précisé que les autopsies des deux victimes seront pratiquées mardi, à Saint John au Nouveau-Brunswick.


Marie-Pier Duplessis
MARIE-PIER DUPLESSIS
Le Soleil

Publication à durée illimitée

Signature : signature : vide
Crédits Photo : Photo Générique ou logo société
Sources : sources : vide
Origine : Veille – Curation
GLORIA

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

Cet article a 3 commentaires

  1. Enfants tués par un python: l’État videra l’animalerie de ses «locataires»

    Des spécialistes de la faune retireront vendredi plus d’une dizaine d’animaux d’un magasin d’animaux exotiques de Campbellton, au Nouveau-Brunswick, quelques jours après que deux garçons eurent été asphyxiés par un python de Seba dans un logement situé au-dessus de l’entreprise.

    Bruce Dougan, le responsable du Zoo de Magnetic Hill à Moncton, a indiqué jeudi que le ministère des Ressources naturelles de la province lui avait demandé de contribuer à l’identification et au retrait de 16 bêtes pour lesquelles la boutique ne possédait pas de permis.

    Il a précisé que quatre alligators américains de grande taille, six crocodiles ainsi que plusieurs tortues et serpents se trouvaient dans l’animalerie Reptile Ocean.

    Selon Bry Loyst, fondateur et responsable du jardin zoologique ontarien Indian River Reptile Zoo, il y a beaucoup de bêtes à l’intérieur du magasin et l’endroit est si encombré qu’il est difficile de procéder à leur retrait de manière sécuritaire.

    M. Loyst a révélé que les autorités dressaient actuellement l’inventaire des animaux se trouvant dans l’animalerie et que des zoos en Ontario et au Nouveau-Brunswick avaient accepté de les recueillir.

    «Nous ne voulons pas de ces animaux, nous ne faisons qu’aider», a-t-il dit.

    Le ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick a obtenu un mandat de perquisition pour fouiller le magasin et a fait savoir que tout animal illégal qui y serait découvert serait saisi et envoyé dans un jardin zoologique. Un périmètre de sécurité a été établi autour du bâtiment depuis que les frères Noah et Connor Barthe, respectivement âgés de quatre et six ans, ont été trouvés morts lundi matin dans un logement au-dessus de l’animalerie.

    L’appartement et la boutique appartiennent à Jean-Claude Savoie, un ami de la famille des garçons qui les avait emmenés magasiner et visiter une ferme avant de les garder à coucher, dimanche, en compagnie de son fils. M. Savoie n’a pas pu être rejoint pour obtenir des commentaires.

    Selon les résultats préliminaires des autopsies, les deux enfants sont morts par asphyxie. Le serpent responsable des décès, un reptile de 45 kilos, se serait échappé de sa cage en verre à l’intérieur du logement. La Gendarmerie royale du Canada affirme que le python s’est glissé dans un conduit d’aération, mais est passé à travers le plafond et a atterri dans le salon où les deux frères dormaient.

    Depuis 1992, cette variété de python est interdite dans la province, sauf sur présentation d’un permis spécial. Seuls les zoos agréés peuvent obtenir ce document, a assuré Anne Bull, une porte-parole du ministère des Ressources naturelles.

    Le ministère a par ailleurs dit qu’il ne savait pas que l’appartement abritait un python de Seba avant l’incident.

    Les funérailles des deux garçons auront lieu samedi à 16 h. La cérémonie se déroulera à l’église Saint-Thomas d’Aquin, à Campbellton.

    Mercredi soir, des centaines de personnes ont participé à une vigile en mémoire des deux jeunes victimes.

    http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/201308/08/01-4678346-enfants-tues-par-un-python-letat-videra-lanimalerie-de-ses-locataires.php

  2. Le python qui a tué deux jeunes garçons vivait dans l’appartement

    Le serpent qui a tué deux jeunes garçons, dans la nuit de lundi à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, ne s’était pas échappé de l’animalerie située au-dessous de l’appartement du propriétaire, mais vivait dans l’appartement lui-même.

    La Gendarmerie royale du Canada a précisé en conférence de presse mardi que l’animal se trouvait dans un vivarium, doté de parois de verre qui montaient jusqu’au plafond, dans l’appartement même du propriétaire de l’animalerie, où les deux enfants étaient en visite.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, le reptile aurait trouvé un petit orifice dans le plafond lui permettant d’accéder au système de ventilation.

    Au-dessus du salon, là où dormaient les petits Noah et Connor Barthes, âgés de 4 et 6 ans, la conduite de ventilation aurait cédé sous le poids de l’animal, qui pèse 45 kilos (100 livres).

    «C’est certain que ce n’est vraiment pas un cas standard», a reconnu le sergent Alain Tremblay, de la GRC, tout en précisant que l’affaire était tout de même traitée comme une scène de crime.

    «C’est très dramatique pour la famille, ce qui est arrivé, mais côté policier, il faut comprendre que c’est une enquête où des personnes ont perdu la vie. Notre approche pour analyser une scène est pratiquement inchangée, même si on a affaire à l’acte d’un reptile.»

    Une autopsie devait être pratiquée sur les corps des deux victimes mardi à Saint-Jean afin de déterminer la cause exacte du décès, les policiers étant incapables de déterminer s’ils ont été étouffés par constriction du reptile ou écrasés sous son poids lorsqu’il est tombé du plafond.

    Par ailleurs, le sergent Tremblay n’était pas en mesure de préciser, mardi après-midi, si le propriétaire de l’animalerie, Jean-Claude Savoie, avait obtenu un permis spécial pour l’animal, qui mesurait 4,3 mètres. Un tel permis est requis au Nouveau-Brunswick pour tout serpent de plus de 3 mètres.

    Cependant, un porte-parole du ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick, Steve Benteau, a indiqué à La Presse Canadienne qu’aucun permis n’avait été émis pour un python de Seba. Il a précisé que le ministère n’était pas au courant de la présence d’un python de 4,3 mètres de long pesant 45 kilos dans un appartement à Campbellton.

    M. Benteau a confirmé que ce genre de serpent n’est habituellement permis que dans les zoos accrédités, à moins de détenir un permis spécial.

    Jean-Claude Savoie a déjà été rencontré brièvement par les enquêteurs, mais ceux-ci doivent le revoir, a précisé le sergent Tremblay. «Le propriétaire du magasin va être éventuellement rencontré par les enquêteurs. On essaie d’avoir le plus de renseignements possible avant de rencontrer les gens qui étaient sur la scène.»

    Le policier a ajouté en contrepartie que le rôle de la GRC était aussi de protéger M. Savoie. Bien que ce dernier n’ait pas fait l’objet de menaces, le sergent Tremblay a dit avoir constaté un certain ressentiment à son endroit.

    «Nous sommes conscients qu’il y a beaucoup de gens qui ont exprimé beaucoup de colère et qui sont un peu choqués de la situation. Si des éléments laissent croire qu’il y aurait peut-être possibilité que le propriétaire du magasin Reptile Ocean (soit menacé), nous allons prendre des actions concrètes.»

    Jean-Claude Savoie a déclaré dans une entrevue télévisée qu’il était en état de choc et ne pouvait croire que le reptile s’était échappé. Il a indiqué que les deux victimes sont les enfants de son meilleur ami, et qu’ils étaient souvent à son appartement pour visiter son propre fils.

    Il dit n’avoir rien entendu, et n’avoir découvert la scène horrible qu’en se rendant dans son salon, où les deux garçons dormaient. Il a alors aperçu le serpent, l’a maîtrisé et remis en captivité.

    Le grand-oncle des deux garçons, Dave Rose, a brièvement pris la parole après le sergent Tremblay pour exprimer la gratitude de la famille face aux témoignages reçus. «Nous apprécions l’effusion de sympathie que vous nous faites connaître», a-t-il déclaré avant de brosser un bref portrait des deux garçons, confirmant la solide amitié qui liait les deux familles.

    Pris en charge par la GRC dès lundi soir, le serpent a été euthanasié et soumis à une autopsie qui a permis de confirmer qu’il s’agissait d’un python de Seba, une espèce qui peut atteindre de six à neuf mètres et peser jusqu’à 110 kilos.

    «C’est un animal qui, d’après mon expérience et d’après l’expérience d’autres personnes que je connais, est beaucoup plus agressif que la moyenne des pythons», a indiqué Hervé Maranda, directeur de la ferme d’élevage de reptiles Exotarium, à Saint-Eustache.

    Il ne s’agissait pas, selon lui, d’un spécimen destiné à devenir un animal de compagnie. «Puisque c’est une espèce agressive, qui s’apprivoise difficilement, il n’y a pas de demande pour ça. Personne n’en veut.»

    Pendant ce temps, l’incrédulité régnait toujours mardi à Campbellton, une petite municipalité de 7000 habitants où tout le monde se connaît.

    «Nous sommes sous le choc, ici», a déclaré à La Presse Canadienne Stéphanie Bernatchez, dont les enfants jouaient régulièrement avec les deux petites victimes. «Ils auraient pu être frappés par une voiture, mais un serpent? C’est tellement inattendu.»

    «C’étaient deux enfants très bien élevés, a-t-elle dit. Gentils, polis. Ils aimaient être ensemble et jouer ensemble. Ils étaient sociables et s’entendaient bien avec les autres enfants.»

    PIERRE SAINT-ARNAUD
    La Presse Canadienne
    *****************************
    Source : http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/faits-divers/201308/06/01-4677432-le-python-qui-a-tue-deux-jeunes-garcons-vivait-dans-lappartement.php

  3. Ce drame nous rappelle qu’en France il reste bcp de travail aussi. Recruter des employés compétants, avec un vrai certificat de capacité, dans un établissement aux normes, mieux contrôlé. Et une vérifiable sensibilisation des particuliers sans que cela ne devienne une chasse aux sorcières. Étique, sécurité et législation, un tout qui doit être cohérant et concret.

Les commentaires sont fermés.

SCOTTS

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !