Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Rencontre avec Jean Marc Donce, Monceau Fleurs

FRANCHISE EXPO - MONCEAU FLEURS - LA MARQUE PREMIUM | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr
224

Vues

comptoir

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Depuis 2004 au sein de l’enseigne Monceau Fleurs, Jean-Marc Donce, est un multi-franchisé dynamique qui a multiplié les ouvertures de boutiques en région parisienne. Ancien Directeur des Achats chez Fauchon, Jean-Marc Donce a été auparavant franchisé dans la grande distribution alimentaire.

Samuel Burner : Pouvez-vous nous rappeler les raisons qui vous ont poussé  à devenir franchisé de l’enseigne Monceau Fleurs ?

Jean-Marc Donce : Issu de la grande distribution (supermarché Champion) et du commerce spécialisé ( Fauchon), j’ai toujours été en magasin. Lorsque j’ai voulu créer mon affaire mes recherches se sont portées sur l’alimentaire, le bricolage et la jardinerie. Finalement j’ai opté pour les fleurs et choisi l’enseigne leader.

Comment avez-vous connu l’enseigne Monceau Fleurs (presse, salon, internet..) ? Qu’est-ce qui a dicté votre choix ? Qu’est-ce qui vous a attiré chez ce réseau ?

Habitant hors de Paris j’étais un client occasionnel du magasin du Bd Malesherbes, dans le 17ème, et Monceau Fleurs était pour moi une évidence de par  sa notoriété, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de me lancer dans la fleur en 2004. De plus souhaitant m’installer sur l’Ouest parisien, les zones qui m’intéressaient étant disponibles et mon premier contact avec le service développement avait été excellent.

franchise monceau fleur

Vous avez été franchisé de la distribution alimentaire ? Est-ce la même chose que d’être franchisé du secteur de la fleur coupée ?

Oui il y a beaucoup de similitudes dans la mesure où la fleur et la plante se gèrent exactement comme tout produit frais. Saisonnalité des fleurs, température, fraîcheur pour garantir une qualité optimale, il y a peu de différence avec la gestion d’un rayon de fruits et légumes mais la fleur, c’est plus « fun ».

Ce métier était donc nouveau pour vous. Pouvez-vous nous détailler comment s’est déroulée la formation avant de vous lancer ?

Grâce à mon expérience de gestion de centres de profits je n’ai pas à proprement parlé découvert un nouveau métier,   j’avais l’habitude du management d’équipes, de la gestion et des achats, ce qui m’a permis  d’avoir une formation « sur mesure ».

Quel investissement cela a-t-il représenté (pour la 1ère unité, puis la seconde et les suivantes) ?

Pour le 1er magasin, j’ai investi 70 000 €. Pour les magasins  suivants, c’était en fonction des emplacements, en tenant compte systématiquement des 30% d’apport en moyenne. C’est  un point important vis-à-vis des banques pour obtenir les prêts nécessaires au montage de chaque dossier.

Qu’est-ce qui vous a motivé à ouvrir d’autres unités assez rapidement ? Quelle structure avez-vous mis en place structurés pour gérer tous vos points de vente ?

J’ai ouvert le premier magasin en octobre 2004 à Saint Germain en Laye. Il a rapidement dépassé les objectifs fixés, ce qui m’a donné envie d’en ouvrir d’autres. A Saint Cloud en 2006, Le Vésinet en 2008 et Boulogne Billancourt en 2009. Mais j’ai deux principes : ne pas confondre vitesse et précipitation pour trouver le bon emplacement et ne jamais ouvrir une nouvelle boutique sans avoir formé les responsables.  Aujourd’hui, c’est un ancien responsable de magasin qui est superviseur des 4 unités car l’un des points clé de la réussite est l’anticipation et l’organisation surtout lorsque l’on gère aujourd’hui  21 salariés !

Un mot sur les perspectives à venir ?

J’ai toujours des projets en tête et si tout va bien je vais ouvrir un nouveau magasin d’ici la fin de l’année mais pour l’instant c’est encore prématuré pour vous en dire plus, …. Et je n’ai qu’un seul regret, j’aurai dû me lancer plus tôt !

Source

http://www.observatoiredelafranchise.fr/interviews-monceau-fleurs/rencontre-avec-jean-marc-donce-franchise-monceau-fleurs-152-1478.htm

 

Publication à durée illimitée

Origine : Veille – Curation
PremierTech

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

SDV

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !