VALHOR

Publicité - Pack Impact

Garry taffin – m.o.f. fleuriste – ultime reconnaissance de la profession !?

GARRY TAFFIN - M.O.F. FLEURISTE - ULTIME RECONNAISSANCE DE LA PROFESSION !? | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr
605

Vues

PROTECTA

Publicité - Pack Premium

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Au CFA de Tourcoing, cet enseignant, qualifié pour la finale des Meilleurs Ouvriers de France, cultive auprès de ses apprentis fleuristes le goût d’une expression créative et personnelle.

«  Un article, la gloire, tout ça… j’aime pas trop vous savez.  » Dans l’atelier floral du CFA de Tourcoing, où il nous reçoit en plein cours, Garry Taffin rappelle qu’il n’a fait pour l’instant « que passer les éliminatoires  » des Meilleurs Ouvriers de France (dont la finale aura lieu en mars prochain à Paris).

Ce jeune fleuriste de bientôt 35 ans, décrit dans le métier comme une «  bête à concours  », a poussé dans la région. Une famille d’Avion avec un père concierge à Paris, une mère auxiliaire de vie, et deux frères aujourd’hui dans le sport et le prêt-à-porter. Attiré par les arts plastiques et poussé par «  l’envie de créer  », il opte rapidement pour les fleurs. «  Quand j’ai arrêté l’école après la 3e pour faire un CAP, mes parents n’étaient pas très contents  », se souvient-il.

Leur fils a pourtant, depuis, récolté quelques beaux cailloux en chemin : oscar des jeunes fleuristes en 2001, vice-champion aux Olympiades des métiers la même année, finaliste en coupe de France des fleuristes, Prestige Hortiflor en 2004 puis 2005… Jusqu’à sa sélection d’avril pour la finale du MOF, «  ultime reconnaissance de la profession  » à ses yeux.

«  J’attendais d’avoir la maturité nécessaire pour me présenter. J’ai toujours dit que 35 ans était le bon âge, et comme le concours (qui a lieu tous les quatre ans) tombe en même temps cette année…  » Le voilà donc aujourd’hui, fidèle à son ambition, en lice pour la première marche du rendez-vous qu’il s’était fixé.

1 500 Pensées pour un papillon

Le mois dernier il présente en demi-finale sa libre composition sur le thème de la naissance. «  Je me suis inspiré de la chrysalide du papillon pour développer le projet.  » Un cocon ouvert flottant dans les airs, composé de cire, polyuréthane, écorce de mûrier blanchi, membranes de nylon, et 1 500 pipettes plastiques à l’intérieur, posées à la main les unes après les autres, pour y accueillir autant de Pensées, ces «  petites fleurs colorées que l’on trouve dans les jardins  ». Soit 180 heures de travail en amont et 2 h 30 sur place pour orner la structure de ses frais pétales.

«  J’aime fabriquer, construire, manipuler, tout mélanger, confie l’auteur de la pièce. Et puis la fleur est un produit qui vit aussi.  »

Enseignant à l’URMA de Tourcoing, il a quitté le monde de l’entreprise après y avoir passé une dizaine d’années entre tulipes et craspedias (sa fleur préférée, une simple tige sous un bouton jaune). «  J’ai vraiment trouvé ma vocation dans l’enseignement  » assure ce grand blond, bavard et souriant, sous les cheveux en toison d’herbe.

Électrons libres

C’est sa collègue de travail, devenue amie depuis, qui décroche le téléphone en 2010 : «  Je cherchais quelqu’un avec qui donner des cours à un niveau élevé, je ne voyais que lui pour ça dans la région.  » Le duo travaille en équipe, se définit lui-même comme «  deux électrons libres et passionnés  ». Elle, plus axée sur la gestion, le commerce, tout ce qui touche au concret en magasin. Lui, le créatif, alliant la rigueur millimétrée à sa fantaisie démesurée.

«  On apprend beaucoup avec lui, apprécie une élève. Il est toujours à fond sur les dernières tendances et ouvert aux nouvelles méthodes.  » Il faut, pour cela, être curieux et s’inspirer de tout, affirme l’intéressé : la mode, le cinéma, le dessin, l’architecture… Il en résulte chez lui un second appétit carnivore : transmettre sa passion des fleurs aux étudiants. Permettre à chacun d’entre eux de s’épanouir «  en retranscrivant les choses à leur manière, selon leur propre personnalité  ». On appelle cela créer, ou tantôt faire éclore.


FNFF : Voici la liste des candidats reçus pour participer à la finale des Meilleurs Ouvriers de France (MOF) : Isabelle BRETONNET, Stéphane CHANTELOUBE, Sylvie DERYSIS, Solène LEVISAGE, Benoît SAINT-AMAND, Garry TAFFIN. Nous leur adressons nos félicitations et meilleurs vœux de réussite pour l’ultime étape.

Signature

NORD ECLAIR – ALEXANDRE SEBA

Crédits photo

NORD ECLAIR

Sources

http://www.nordeclair.fr/info-locale/un-fleuriste-en-lice-pour-devenir-meilleur-ouvrier-de-france-ia51b12892n427036 http://www.fnff.info/#!plus-dactualites/c28e

Origine

MATABI

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Votre opinion :

PremierTech

Publicité - Pack Premium

CvOffre

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

Fermer le menu