L'info pour les pros !
Normandie – Conflit entre une animalerie et une cliente
441
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Normandie – Conflit entre une animalerie et une cliente

Une animalerie de Tourville est dans le viseur d’une association et d’une ancienne cliente qui se plaignent de la manière dont sont traités les animaux.


Les témoignages se sont multipliés ces derniers mois concernant des cas de prétendues maltraitances dans l’animalerie Animalis de Tourville-la-Rivière, dans l’agglo d’Elbeuf.

Ils ont été recueillis par une enquêtrice bénévole, « Khalee protection animale ».

Parmi les nombreux témoignages, il y avait celui d’une cliente de l’agglo d’Elbeuf qui a acheté un chiot berger allemand, à la fin du mois de décembre 2019. Or, d’après elle, l’animal était malade avant l’achat. Surtout, elle dit avoir dépensé plus de 4 000 € de vétérinaire.

« S’il passe la nuit »

Très vite après l’achat de l’animal, la cliente « s’inquiète ». Car le chien ne mange pas et subit de sévères diarhées. Elle contacte l’élevage et l’animalerie. Mais les deux entités se renvoient la balle.

L’état du chien va s’aggraver de jour en jour.

Notre chiot ne mange plus, nous allons, inquiets, chez le vétérinaire qui nous confirme un problème de transition sans être affolé outre mesure. Notre chiot fait alors 5,4 kg. Mais, au bout de trois jours notre chiot ne mange toujours pas »

À partir de là, le chiot commence à être pris de vomissement. « Nous l’emmenons alors chez un deuxième vétérinaire qui nous donne un traitement en nous demandant d’être vigilant et revenir au besoin. Le lendemain, l’état du chien s’aggrave encore, mais le vétérinaire est pris par une autre intervention d’urgence. Quand je rentre, le soir, mon chiot est au plus mal. Je décide, s’il passe la nuit de l’emmener à la première clinique vétérinaire d’urgence. »

Un berger allemand de 3,8 kg

Le berger allemand ne pèse plus que 3,8 kg. Son pronostic vital est engagé. Il va rester une semaine chez le vétérinaire.

Mais, le 5 janvier son état se dégrade à nouveau. Diarrhées, saignement, vomit… le chien et sa famille d’accueil vivent un petit enfer.

On se rend compte que les intestins ont cessé de fonctionner. Il est de nouveau hospitalisé pour essayer de refaire fonctionner son système digestif et comprendre la cause de tout ça. Après de nombreux examens il est avéré qu’il a une parvovirose et une gardiose qui sont deux maladies mortelles chez le chiot. Le pronostic vital est de nouveau engagé il ne sortira d’hospitalisation que le 23 janvier sous traitement important puisque cinq médicaments plus une injection, et une surveillance poussée. »

« Il a également un fort retard de croissance puisqu’à quatre mois il ne pèse que 4,8 kg », déplore la cliente.

4 000 € de dépenses

La parvovirose étant contagieuse, elle informe Animalis et l’élevage. « Mais ils se renvoient la balle et essaient de se dégager de toutes responsabilités. »

Elle regrette également le ton qui, d’après elle, est peu compatissant de la part des employés de la boutique tourvillaise. « Le siège s’engage à nous rembourser le chiot et les frais vétérinaires mais, jusqu’à présent, deux remboursements nous ont été proposés mais on est loin du compte. Le tout frôlant les 4 000 €. »

Elle ne compte pas en rester là puisqu’elle a saisi la direction départementale de la protection des populations (DDPP). « Nous avons vécu un véritable enfer et je suis triste et en colère pour les futurs propriétaires des chiots déjà mal en point de chez Animalis.

Animalis répond : « On le prend en pleine figure »

Du côté de l’enseigne tourvillaise, les employés sont catastrophés. « On a vu des choses passer sur internet. Des commentaires, des photos… Tous ces éléments ont été surinterprétés. Des choses ont été dites mais ce n’est pas la réalité », s’alarme Didier Dossemont.

« Tout ça nous tombe sur la tête. On n’a rien à cacher ! », rajoute-t-il. « On est blessé. Car, quelque part, on remet en cause notre amour pour les animaux. »

Pour lui, il est évident que la multitude de commentaires postée sur les réseaux sociaux est une bulle qui va bientôt retomber. Il reste que les propos tenus blessent profondément le directeur et son équipe.

« Ça fait 22 ans qu’on travaille ici. On peut donner nos références d’élevage. Tout ce qui nous arrive en ce moment, on le prend en pleine figure. Tout un tas de témoignages ont été déclenchés par des images qui ont été mal interprétées. Des chiens qui se battent ? Mais non, ils sont juste en train de jouer ! Des chiens qui mangent leurs selles ? Ça a les mêmes odeurs que les croquettes, ça arrive ! »

D’autant plus qu’un vétérinaire passe toutes les semaines vérifier l’état des animaux. Sans oublier que la DDPP (direction départementale de la protection des populations) a effectué un contrôle dans l’animalerie la semaine dernière et que tout était en ordre. « Quand nos clients sont déçus ou s’il y a un problème avec les animaux, on rembourse toujours tout. On assume. »

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : actu.FR Thomas Rideau
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Sources :
  • https://actu.fr/normandie/elbeuf_76231/agglo-delbeuf-conflit-entre-une-animalerie-une-partie-ses-clients_31259439.html

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
BARENGRUG Publicité - Pack Premium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BYFLOX Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info