JAF logo SVG2022
JAF-logo-SVG2022 -1200 Jardinerie Animalerie Fleuriste

Nord – une animalerie trompée par un éleveur de chiens

49 vues
Publicité - Pack Impact

Un éleveur installé à Rexpoëde jusqu’en 2013 a été condamné à un an de prison ferme pour avoir tenu un élevage et un négoce illégaux de chiens de race comme des Carlin ou des Rottweiler.

L’affaire débute lorsque les gendarmes sont sollicités en janvier 2011 pour recueillir deux chiens de race Rottweiler égarés sur la voie publique. Sur place, l’employée qui les reçoit, une Lituanienne, dit s’occuper des animaux, mais le propriétaire est un homme appelé Edikas Mankevicius.

Absent à l’audience du tribunal correctionnel de Dunkerque, lundi, il devait répondre des faits de faux et d’usage de faux, avec exécution d’un travail dissimulé et d’exercice illégal de la médecine de janvier 2009 à janvier 2011. En clair, on reproche à l’homme, qu’on pense aujourd’hui réfugié en Angleterre, où il avait donné une deuxième adresse, d’avoir illégalement exercé une activité d’élevage et de vente de chiens de race, en faussant l’identité des animaux, leur provenance, et sans déclarer son activité.

À la barre, le gérant d’une animalerie à Grande-Synthe et un vétérinaire de Rexpoëde, prévenus eux aussi, doivent s’expliquer. Le premier vendait les chiens fournis par Edikas Mankevicius. Le second vérifiait leur santé et leur mettait une puce. Tous les deux assurent ne pas savoir qu’il était en fraude, jusqu’à ce que le gérant du magasin animalier, qui travaillait avec Edikas Mankevicius depuis octobre 2009, s’aperçoive que les coordonnées des éleveurs d’un chiot fourni par Mankevicius étaient fausses . Or, pour faciliter l’obtention des carnets de santé aux chiens vendus, les documents étaient mis au nom de l’animalerie, « ce qui masquait la traçabilité », souligne le parquet.

Le vétérinaire, lui, avance que le gérant de l’élevage lui avait apporté à pucer quelques chiots au début. Lorsque les affaires se sont accélérées, le gérant avait assuré « être en cours de régularisation ». Au total, le vétérinaire a pucé 120 de ses chiots. « Le trafiquant, c’est l’éleveur absent qui s’est servi des deux hommes installés sur la place publique et déclarés », a souligné le parquet qui a requis la relaxe pour les deux prévenus présents et deux ans dont un an sursis et 10 000 € d’amende pour Edikas Mankevicius, avec interdiction d’exercer pendant 5 ans ; des réquisitions suivies par le tribunal.

La SPA, qui a prodigué des soins vétérinaires aux femelles de l’élevage récupérées « en très mauvais état », s’était constituée partie civile. Elle reçoit 2250 € pour remboursement des soins et préjudice moral.

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : LAVOIXDUNORD.FR
Source :

http://www.lavoixdunord.fr/region/rexpoede-il-elevait-et-vendait-des-chiens-de-race-en-ia17b47614n2789219