Menu

1er média en ligne des Distributeurs de la Nature !

Mathilde Bignon, Audrey Venant, Pierre Banchereau, Thierry Féret, Louis-Géraud Castor : Une nouvelle vague de fleuristes à Paris

200

Vues

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
.

Publicité - Pack Impact

Mathilde Bignon, Audrey Venant, Pierre Banchereau, Thierry Féret, Louis-Géraud Castor : Une nouvelle vague de fleuristes à Paris

Fleuristes JAF-info Fleuriste
La rédaction de JAF-info

Créations artistiques déjouant les codes, bouquets écolos… A Paris, les nouveaux artisans du pétale affleurent.

Une génération après le très médiatique Christian Tortu, une nouvelle vague de fleuristes issus de domaines lointains, tous en reconversion, apparaît, principalement à Paris. Ce qui rassemble ces artisans, c’est la dimension artistique de leurs créations aussi fragiles qu’éphémères, un goût pour les codes cassés et le mélange des variétés. Le monde de la fleur vit une mutation du point de vue créatif et écologiste, alors qu’une certaine frange de la population cherche à mieux consommer, à s’offrir du beau de façon raisonnée, concernée par la saisonnalité et l’origine des fleurs, produit de luxe que quelques artisans savent rendre abordable.

Le secteur voit pourtant ses petits producteurs disparaître (2 horticulteurs sur 3 ont stoppé leur activité ces quarante dernières années), ses commerces de proximité fermer (le nombre de fleuristes diminue légèrement chaque année depuis dix ans, selon les données de la fédération des artisans fleuristes). Le mouvement «slow flower», anglo-saxon initialement, prône une nouvelle voie. Il milite pour une horticulture hexagonale, le marché étant largement trusté par la Hollande, où transite l’immense majorité de la production mondiale, chargée de pesticides : 9 bouquets sur 10 vendus en France viennent de Hollande, du Kenya et d’Amérique du Sud.

Si les fleurs et les plantes «n’ont pas de mains pour manier le monde», comme le souligne Emanuele Coccia, philosophe italien auteur de plusieurs ouvrages sur le monde des végétaux, les cinq fleuristes que nous avons rencontrés leur donnent vie, prônent la libération du pétale et dépoussièrent un milieu longtemps resté figé dans des codes stricts.

Pierre Banchereau, le compositeur

Pour ces pages, il a œuvré à deux bouquets, le premier mêlait cymbidium verts et rouges, œillets roses, tournesols, pois de senteur, anigozanthos et clématites, pour un résultat à la fois chatoyant et pastel. Le second explore d’autres contrastes, de couleurs vives et de branchages argentés, et est constitué d’asparagus, de pavots, d’hellébores, de brunias, de gypsophiles et de tubéreuses . Ces énumérations paradoxales disent beaucoup de ce dont est capable Pierre Banchereau à la tête de la maison Debeaulieu. Les formes qu’il invente sont picturales et poétiques, princières aussi, sans être jamais alambiquées. «C’est souvent déstructuré mais réfléchi, dit-il. En mélangeant des variétés de fleurs, on peut créer un bouquet qui danse, car ce n’est pas figé, un bouquet.»

Pierre Banchereau, pas tout à fait 40 ans, a fondé Debeaulieu il y a cinq ans et n’a cessé de voir sa petite entreprise grandir, au point de devenir une référence du milieu de la mode, très demandeur de partitions florales. «Quand un créateur me parle de matières, de couleurs, de formes, j’y trouve une résonance avec ma démarche car on a le même langage. L’enjeu, c’est d’être fidèle à l’ADN d’une marque.» Ce Vendéen d’origine parvient à retranscrire en bouquet l’influence d’une collection ou l’atmosphère d’un lieu. L’humeur d’une cliente de passage aussi, à qui il veut offrir des fleurs accessibles en termes de prix. Tous attendent qu’il leur révèle des fleurs méconnues, désuètes, auxquelles il offre une seconde jeunesse. Il y a cinq ans, il a abandonné un poste dans les RH pour se pencher sur ce produit périssable et graviter dans un monde où les clients ont le sourire en entrant («On fait rêver les gens»), plus évocateur que la chasse de nouvelles têtes.

Debeaulieu, 30 rue Henry-Monnier, 75009.

Mathilde Bignon et Audrey Venant, les écoresponsables

Mathilde Bignon, 31 ans, et Audrey Venant, 32 ans, sont des fleuristes Shiva, qui allient parcours atypique, engagement écologique et commerce à double entrée (café et vente de fleurs). Pour y parvenir, elles ont mis à profit ce que la grande distribution leur a enseigné (elles travaillaient pour Metro) au service d’une petite économie, inspirée du mouvement «slow flower» qui prône une production locale, une vente à taille humaine et le respect des saisons. Après un passage dans les fruits et légumes bio et les produits laitiers, elles ont disséqué la filière et enchaîné les stages. «On a découvert que 90 % des fleurs commercialisées en France viennent de l’étranger», bourrées de pesticides responsables d’une pollution considérable des nappes phréatiques locales.

Ce constat établi, Désirée a ouvert en 2017. Leur projet répond par l’affirmative à une question : peut-on travailler avec des fleurs françaises toute l’année ? «Pour trouver nos fournisseurs, on a voyagé dans le bassin varois, en Ile-de-France et en Bretagne, les trois grands pôles de productions du pays.» En pleine période hivernale, elles proposent des roses du Var, des renoncules, des anémones, des germinis, un peu old school, des giroflées très odorantes, et des sapins sans engrais en provenance du Haut-Morvan. Le style Désirée est intrinsèquement lié à ce côté «niche», la restriction obligeant les deux entrepreneuses à faire avec la contrainte, à des prix raisonnables. Elles s’apprêtent à ouvrir dans un futur proche leur site de ventes sur Internet, où il sera possible de choisir la variété, la couleur, le feuillage et l’emballage, sans plastique évidemment.

Désirée, 5, rue de la Folie Méricourt, 75011.

Thierry Féret, l’autodidacte

Dans une première vie, Thierry Féret était restaurateur et se chargeait déjà d’offrir à ses clients des plaisirs éphémères et des souvenirs durables. Une crise (la quarantaine) l’a poussé à changer de trajectoire pour un métier plus chronophage encore, qu’il a appris sur le tas, en autodidacte. A 47 ans, il est désormais «fleuriste de quartier»dans le Xe arrondissement de Paris. Il y confectionne des bouquets d’inspiration flamande qui mériterait la nature morte. Certains peuvent valoir à peine 10 ou 20 euros («Le prix est le premier critère»), et c’est là l’un de ses atouts : répondre à toutes les configurations, dans la mesure du possible. Il n’aime ni le blanc, ni le rond, ni les bottes, et va peu vers le sombre, élaborant des bouquets de face où les couleurs et les variétés se chevauchent, fleurs fraîches, séchées, sauvages et exotiques, dans la mesure, assure-t-il. Ça donne, par exemple, un bouquet garni d’un hortensia et de roses branchues, de mimosa, de grevillea, d’un ananas, de baies de rosiers, d’œillets, de delphiniums prêts à fleurir, de pavots séchés, de chardon et de tulipes doubles.

Sa carrière a débuté il y a huit ans dans son appartement, et a pris une autre dimension grâce à la mode (une collaboration avec la maison Christian Lacroix), et à la pochette de Chaleur humaine, de Christine and the Queens. Le bouche à oreille a fait le reste. «C’est un métier très dur, je travaille sept jours sur sept mais j’aime ce côté commerce de proximité, comme j’aime aussi les périodes de Fashion Week où tout s’accélère dans un délai très court. Je suis habitué au coup de feu. Ça me motive.»

Flowered by Thierry Féret, 37, rue de Chabrol, 75010

Louis-Géraud Castor, le cérébral

Dès la première minute, tout se passe sans pause avec Louis-Géraud Castor. On se présente, et il poursuit une conversation qu’on le laisse mener. Né à Aurillac et élevé à Paris, Louis-Géraud Castor est un cérébral, qui développe une réflexion entamée dans les arts décoratifs (il était marchand d’art et quelque part il l’est toujours), dans le monde des fleurs, aux possibilités inépuisables. Il suit plusieurs lignes : ne pas remplir mais souligner, employer la fleur comme un objet précieux, pour donner de l’envergure, une charge douce ou grave à un lieu. Tout est dit dans les bouquets qu’il a confectionnés pour Libération : dans deux vases de la céramiste Mathilde Martin, il y a d’un côté de longues branches de magnolias, des tulipes débordant sur le rouge et de l’eucalyptus. De l’autre, des branches tremblantes de Phoenix produites en Bretagne.

Louis-Géraud Castor parle de la fleur comme d’un moyen d’expression, beau par essence, qui avait besoin d’un renouvellement radical. Que disent alors ces bouquets ? Ils évoquent parfois des forêts de sapins ou des territoires minéraux, tirés de ses voyages finlandais. Le fleuriste, qui s’adresse à une clientèle plutôt aisée, joue avec le vide, relie certaines compositions au luxe pauvre du décorateur Jean-Michel Frank, d’autres à l’épure japonaise. Comme les autres, il travaille dans le froid, souvent seul, toujours dur. Les semaines n’ont que sept jours et tout l’enjeu ici réside dans un don de soi en quête de repos. «Je suis quelqu’un d’assez angoissé, alors poser son regard sur une fleur ou un branchage, c’est bienfaisant.»

Castor-fleuriste, 14, rue Debelleyme, 75003.

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Membre : C2F - Aucun actionnariat ou intérêt dans une société. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Marie Ottavi – LIBERATION.FR

Crédit photo

Luc NAROLLES & Linkedin

Sources :

https://www.liberation.fr/france/2018/12/19/ca-bourgeonne-chez-les-fleuristes_1698852

Durée de publication :

  • Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée.
  • Publication pouvant être à durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé”
  • Publication limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”
  • Publication limitée à la durée de la vie commerciale pour les livres

Vidéo - Audio - Réseaux sociaux

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez les dernières actualités chaque jour dans votre boîte mail

C'est gratuit 😉

JAF

Publicité -Autopromo

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

JAF

Publicité -Autopromo

Accès rapide

Menu
Menu

En ce moment

” Au lieu de conforter vos opinions 
plutôt éclairer vos choix  ! “​

” Dans le calme ou la tempête : Humanisme, Engagement, Indépendance, Plaisirs et Réactivité ! “

JAF-info

Jardinerie Animalerie Fleuriste

Site de presse en ligne et réseau social

Une publication des Editions Média-Talents – Paris

Surligneur de Talents ! ®​

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !