L'info pour les pros !
10 Ans !
Loi traitant la lutte contre la maltraitance animale – Lettre ouverte au Député Loic Dombreval par Jean Philippe MAUCOURANT Gérant – Les Animaux de Compagnie – Animalerie depuis 1966
216
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Publicité - Pack Impact
Publicité - Pack Impact

Loi traitant la lutte contre la maltraitance animale – Lettre ouverte au Député Loic Dombreval par Jean Philippe MAUCOURANT Gérant – Les Animaux de Compagnie – Animalerie depuis 1966

Animalerie

Monsieur Dombreval,

Vous vous étiez fixé comme objectif de faire de cette loi, la plus grande avancée en matière de protection animale depuis plus de 150 ans. Mais votre travail de rapporteur à manqué de profondeur, de réflexion, d’analyse ainsi que d’objectivité.

Pour laisser une trace, ou faire avancer la cause animale, il faut effectuer un travail de fond, vous avez travaillé dans l’urgence, dans l’urgence médiatique, dans l’urgence d’un calendrier politique.

Vous vous êtes basé uniquement sur le monde associatif pour élaborer une réflexion, une philosophie, alors que vous connaissez et nous connaissons tous, les dérives idéologiques de ces nombreuses associations dites de protections animales.

Suite à la présentation de votre amendement n°131 interdisant la cession des chiens et chats ainsi que de tous les animaux de compagnie dans les animaleries, vous signez l’arrêt de mort d’une profession réglementée. Quel mal être humain et animal pour un article sur le bien être animal voté inextrémis en soirée, dans un hémicycle vide. Quel honte de démanteler une activité légale construite et améliorée depuis plusieurs décennies uniquement sur des principes idéologiques, des préjugés et des mensonges.

Notre activité ne se résume pas à uniquement en un aspect mercantile et anecdotique.

Mais c’est ce que vous faites croire en brandissant des affaires sordides qui rejaillissent de manière négatives sur notre filière. Cette manière de faire révèle effectivement un manque flagrant de profondeur de travail. Parce que de telles dérives sporadiques et individuelles avérées ou non, entretiennent malencontreusement les fantasmes, malentendus, et extravagances soutenus par les «combattants» de notre secteur et s’encre petit à petit dans l’inconscient de nos concitoyens.

Mais en tant qu’ancien directeur d’agence de communication vous êtes rompus à ces techniques de lobbying et de communication d’influence.

Vous considérez nos clients comme des décérébrés dénués de toute réflexion et d’analyse.

Vous considérez qu’en 2021 les Français qui nous plébiscitent depuis de nombreuses décennies et plusieurs générations n’ont accès à aucune information concernant nos magasins et nos réputations.

Vous considérez que nos adoptants fonctionnent uniquement sur des « coups de cœur ».

Vous considérez que nos clients effectuent une dépense de 1500 à 2000€ sans réfléchir.

Vous considérez que des parents vont suite aux éventuels caprices d’un enfant « craquer » pour un chiot et faire fi des responsabilités que cela implique.

Vous considérez que nos chiots une fois adultes remplissent les fourrières. Vous savez très bien que nos clients qui font l’acquisition d’un animal identifié ne sont pas ceux qui les abandonnent, les chiffres en attestent. Les lâches qui abandonnent les animaux ne laissent que très rarement leur carte de visite.

Vous considérez que notre filière ne fonctionne qu’avec des « usines à chiots » n’offrant que des animaux de « piètre qualité ». Vous faites preuve de beaucoup de légèreté et de superficialité dans l’analyse et l’approche de notre activité et des relations privilégiées et de proximité que nous entretenons avec nos éleveurs qui nous font confiance et réciproquement. Vous reprenez encore une fois uniquement des arguments infondés de campagnes de communication d’association aux fonctionnements opaques.

Quel manque de respect Monsieur le Député pour les Français.

C’est très facile effectivement de trouver un coupable. Le nombre d’adoption en animalerie ne bouge pas depuis de nombreuses années alors que les abondons de chiens et de chat au contraire augmentent.

Vous déconsidérez aussi le travail de l’administration Française en dénigrant la qualité des contrôles et des inspections des Services de Protection des Animaux de Compagnie (Directions Départementales de la Protection des Populations). Qu’en sera-t-il alors des contrôles des refuges, des particuliers, des associations ou autres nébuleuses bienfaitrice des animaux.

Vous considérez que les formations de l’Education Nationale dispensées à nos jeunes de niveau Bac, Bac +2 ou Master sont inutiles. Qu’en sera-t-il de la formation du monde associatif, des trafiquants et des particuliers.

De même vous déconsidérez le projet de certificat de connaissance de notre ministre de tutelle.

De la même manière vous déconsidérez le travail de nos vétérinaires qui élaborent avec les professionnels que nous sommes les règlements sanitaires pour ainsi amélioré le bien être animal.

Vous devriez au contraire soutenir notre profession compliquée qui demande un investissement humain très important et qui ne peut être abordée sur le même mode que la grande distribution. Effectivement certaines enseignes d’animalerie, très proche dans leur vision marketing du monde du bricolage n’ont pas eu les compétences humaines et techniques pour aborder le bien-être animal. Ils ont préféré renoncé à proposer des animaux de compagnie.

Ne considérez donc pas cet exemple comme le reflet de notre métier que nous abordons nous à la manière d’un artisan, avec humilité, passion, rigueur et responsabilité.

L’image d’Epinal que vous martelez, en considérant que la bonne adoption ne peut se faire que dans un refuge ou bien encore chez un éleveur ayant moins de 20 reproducteurs est erronée.

Vous pensez qu’une adoption au fin fond de nos campagnes, au bout d’un chemin boueux, chez des gens non qualifiés, non contrôlés, serait un gage de qualité, mais il n’en n’est évidement rien. Vous mettrez également de côté les personnes ne pouvant se déplacer pour adopter chez les meilleurs éleveurs.

Monsieur, nous sommes des femmes, des hommes, des humains, notre métier, notre passion notre profession ne se résume pas en des faits divers morbides. Nous sommes des créateurs d’histoire d’amour, d’histoire de vie, d’histoire de famille.

Monsieur nous sommes également des chefs d’entreprise et nous devons avoir une politique et une vision pérenne de nos établissements c’est pour cela que nous nous devons par respect en premier lieu pour les animaux, et le bien être animal, mais aussi par respect des futurs maîtres « tirer le marché vers le haut », Nous nous devons au vu des campagnes de dénigrement, de mensonges, de calomnies, faire preuve de la plus grande des transparence et proposer des chiots et chatons élevés dans les meilleurs conditions, tant au niveau sanitaire qu’au niveau comportemental. Qui peut offrir une traçabilité plus qu’irréprochable et proposer une adoption responsable.

Quel canal sera plus compétent demain que le notre pour apporter une prestation de meilleure qualité que nous aujourd’hui.

Monsieur le Député vous vous faites simplement l’écho des attaques blessantes, mensongères et ignobles que nous subissons régulièrement par une minorité d’association bruyante et sectaire.

Monsieur reprenez vous, reprenez votre bâton de pèlerin, cent fois sur le métier remettez votre ouvrage comme le préconisait le poète Nicolas Boileau. Reprenez contact avec la France et les Français, reprenez contact avec les professionnels, reprenez-vous ….

Jean Philippe MAUCOURANT

Gérant Les Animaux de Compagnie

Animalerie depuis 1966

7 & 9 rue Paul Pioda 01000 Bourg en Bresse

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Communiqué de Presse
Signature : Jean Philippe MAUCOURANT
Crédit photo : Photo Générique ou logo société

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

AMORSA Publicité - Pack Premium

La lettre de JAF-info

Chaque matin, l'essentiel de l'actu
Luc NAROLLES Surligneur de Talents !

Luc NAROLLES

Rédacteur en chef