JAF logo SVG2022

Lettre aux candidats à la présidentielle : Le commerce de gros avec la FGFP (Grossistes en Fleurs coupées et Plantes) dévoilent ses propositions pour le prochain quinquennat

FGFP CGI Gros Grossiste JAF-info Jardinerie Animalerie Fleuriste
200
vues
Publicité - Pack Impact


Le commerce de gros, maillon essentiel de l’économie représentant 43% de la valeur ajoutée du commerce, dévoile ses propositions pour le prochain quinquennat

Au terme de deux années de pandémie ayant prouvé l’agilité du secteur, les 150 000 entreprises du commerce de gros, représentées par la Confédération du Commerce de Gros (CGI) et ses 32 fédérations adhérentes, présentent leurs contributions au débat en vue de l’élection présidentielle d’avril 2022.

Positionnées au cœur d’enjeux sociétaux multiples, la CGI et ses fédérations entendent défendre des propositions concrètes autour de 4 chantiers phares : mise en œuvre d’une logistique urbaine réaliste, simplification du cadre fiscal et juridique, prise en compte pragmatique des sujets liés à l’environnement et stabilisation de la formation professionnelle.

Ces propositions permettront aux grossistes de développer davantage les mobilités durables et l’économie circulaire, de renforcer la sécurité et la traçabilité des produits, tout en favorisant la création d’emplois et la promotion interne.

« Maison de fédérations » qui regroupe les 32 organisations professionnelles « métiers » des grossistes et professionnels du négoce, la CGI porte la voix de près d’1 million de salariés mobilisés au cœur des territoires pour fournir au quotidien les collectivités, les commerces de détail, les chantiers, les restaurants, les pharmacies, les garages, etc.

Clefs de voûte des échanges économiques, les grossistes proposent aux candidats à la présidentielle de mettre en œuvre un nouveau pacte public-privé rassemblé autour de 4 chantiers prioritaires :

1/ Mettre en œuvre une logistique urbaine réaliste

80% de la clientèle professionnelle des grossistes se trouve en centre-ville. À l’heure où les confinements successifs ont montré l’attachement des Français envers leurs commerces de proximité, les grossistes appellent à la mise en œuvre d’une logistique urbaine réaliste, qui garantisse l’accès de nos professionnels aux centres-villes. Concrètement, les grossistes proposent de :

• Sanctuariser d’ici à 2024 des aires urbaines de livraison et autoriser les opérateurs à accéder aux zones à faibles émissions (ZFE-M) des métropoles de plus de 150 000 habitants ;

• Déployer des chartes de logistique urbaine durable via le programme InTerLUD pour renforcer des espaces de dialogue entre les pouvoirs publics et les acteurs économiques privés ;

• Créer un observatoire national de la logistique (proposition du rapport Idrac/Jean/Bolzan) pour donner une hauteur de vue propice à un pilotage stratégique de l’activité ;

• Favoriser une offre de véhicules propres et l’accompagner par des aides financières et fiscales.

2/ Simplifier le cadre fiscal et juridique

En matière commerciale, au moins 6 lois impactant directement les grossistes ont été adoptées au cours des 8 dernières années. Les entreprises du commerce de gros, à l’instar des autres entreprises françaises, ont besoin d’une plus grande stabilité et pérennité du corpus juridique. Concrètement, les grossistes proposent de :

• Supprimer les trois impôts de production que sont la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S), la taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et la cotisation foncière des entreprises (CFE) ;

• Garantir une stabilité juridique suite à la publication d’une nouvelle loi ou d’un nouveau texte réglementaire pour permettre aux entreprises d’engager les transformations ;

• Pérenniser notamment les règles applicables aux grossistes en matière de négociations commerciales (obligations et formalisation contractuelle du titre IV du livre IV du code de commerce).

3/ Répondre aux enjeux environnementaux

Le commerce de gros est un secteur engagé dans une trajectoire environnementale vertueuse, mais les entreprises qui le composent doivent pouvoir opérer les transformations et changements requis de manière pragmatique. Concrètement, les grossistes proposent de :

• Laisser un temps suffisant aux entreprises pour opérer les transformations et investissements nécessaires pour satisfaire aux exigences environnementales ;

• Fixer des modalités pratiques adaptées aux distributeurs professionnels pour les REP des filières à venir ;

• Accompagner systématiquement les entreprises dans la mise en œuvre des nouveaux dispositifs environnementaux, dès lors qu’ils nécessitent des investissements lourds pour les opérateurs économiques.

4/ Stabiliser la formation professionnelle

Le commerce de gros est un secteur pourvoyeur d’emploi, avec environ 85 000 nouveaux recrutements par an et 19,5% des entreprises de la branche qui recrutent en contrat d’apprentissage. Il est désormais nécessaire d’aller plus loin en matière de formation des salariés. Concrètement, les grossistes proposent de :

• Réaliser un bilan de l’impact réel de la contribution unique à la formation professionnelle pour les entreprises ainsi que les dispositifs et, le cas échéant, réorienter la répartition des fonds ;

• Rapprocher l’offre (école) de la demande (entreprise) via le développement de partenariats et une mobilisation des régions pour répondre aux défis de l’orientation des jeunes ;

• Faire connaître aux entreprises l’offre de formation en matière d’alternance en procurant une visibilité nationale aux différents centres de formation d’apprentis (CFA) existants ;

• Tenir compte, à travers une exonération ou un crédit d’impôt, des investissements déjà réalisés par les entreprises en termes de formation et d’apprentissage.

Philippe Barbier, Président de la CGI :

« Nous souhaitons que les candidats à l’élection présidentielle entendent nos demandes, car à la clé, c’est de la valeur ajoutée qui pourra être libérée pour l’ensemble de notre secteur. Nos propositions sont axées autour de l’emploi, de la mobilité, de l’économie circulaire… avec l’ambition d’être une filière engagée et contributive pour notre économie ! Avec ces propositions, nous portons un véritable discours de la méthode : les pouvoirs publics doivent être à l’écoute des entreprises privées pour parvenir à établir une concertation public-privé profitable à tous »

Fgfp Jaf-Info Jardinerie Fleuriste

La Fédération nationale des Grossistes en Fleurs coupées et Plantes en pots (F.G.F.P), s’associe pleinement aux propositions formulées par la CGI, représentant les acteurs du commerce de gros.

Face aux futurs enjeux de la logistique en zone urbaine, en tant qu’expert de la logistique du dernier kilomètre, nous saurons relever les défis économiques et environnementaux de demain.

Il est important de rappeler que les grossistes en fleurs et plantes sont des acteurs de proximité incontournables qui permettent le développement d’une économie locale sur l’ensemble du territoire.

Nous sommes un maillon essentiel pour approvisionner l’ensemble des détaillants et distributeurs du monde du Végétal. Ils regroupent au sein de leurs gammes, une offre nationale, européenne et mondiale adaptable à la demande des citoyens-consommateurs.

La centralisation et la mutualisation de l’offre participe pleinement à l’effort de réduction de l’empreinte carbone.

La Fédération nationale des Grossistes en Fleurs coupées et Plantes en pots (F.G.F.P) formule plusieurs souhaits pour les présidentielles :

  • Aider nos entreprises à développer une activité durable.
  • Faciliter la traçabilité des produits en privilégiant des productions labellisées et certifiées.
  • Aider nos entreprises à s’engager dans une démarche RSE.

Autant de challenges qui nous amènent à proposer des pistes de travail réalistes et pragmatiques pour nous permettre d’assurer notre rôle au sein de cette filière dynamique en pleine évolution qui représente des métiers d’avenir.

Président : Roland De Boissieu,

Secrétaire Général : Fabien Camus – Trésorier : Maxime François.

La Fédération nationale des Grossistes en Fleurs coupées et Plantes en pots (F.G.F.P)

À propos de la CGI

À travers l’union de 32 fédérations de la branche, la CGI, Confédération Française du Commerce de Gros et International, est l’organisation professionnelle représentative de l’ensemble du négoce : biens d’équipement interindustriels, biens de consommation non-alimentaires et alimentaires. La CGI représente 150 000 entreprises partout en France (dont 95% de PME), 970 000 salariés et près de 830 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le secteur recrute chaque année 85.000 personnes et mobilise 60 000 camions. Plus d’informations : www.cgi-cf.com

Les propositions du Commerce de Gros

Téléchargement du fichier (PDF, 532KB)

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Communiqué de Presse
Signature : CGI FGFP
Crédit photo : Photo Générique ou logo société