L'info pour les pros !
Les serres marchegay debarquent partout
854
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Les serres marchegay debarquent partout

Les serres marchegay debarquent partout

LOGO JAF-Info | Jardinerie Animalerie Fleuriste

téléchargement (5) Et si les serres envahissaient bientôt votre quotidien. Longtemps cantonnées aux grandes enseignes de jardinerie, les serres débarquent un peu partout, y compris dans les immeubles résidentiels.

Le futur siège social du groupe Volkswagen France, qui sera situé à Roissy, comprendra une verrière de 75 mètres sur 14 pour une surface totale vitrée de 800 m2 en toiture de l'atrium, construite par l'entreprise Marchegay. (C) DR

Le futur siège social du groupe Volkswagen France, qui sera situé à Roissy, comprendra une verrière de 75 mètres sur 14 pour une surface totale vitrée de 800 m2 en toiture de l’atrium, construite par l’entreprise Marchegay. (C) DR

Préaux d’école, centres commerciaux, immeubles résidentiels, les projets intégrant des serres ou des verrières ne sont plus confinés à quelques expérimentations originales. Non pour cultiver des plantes mais bien pour profiter d’un climat agréable et de l’ensoleillement en milieu urbain. Avec les coûts actuels de l’énergie et la volonté d’améliorer le bien être de la population, les espaces vitrés de grande envergure font leur apparition un peu partout en France. Challenges.fr est allé demander des explications sur le développement de ce marché à Frank Champain, le président de Marchegay, l’un des leaders français sur les serres dites techniques qui sont destinées à la recherche, aux zoos et aux immeubles. L’entreprise s’occupe notamment de la serre du zoo de Vincennes et a à son actif de nombreuses serres botaniques à travers le monde.

Challenges.fr : Quel sont les principaux avantages des serres dans les bâtiments urbains ?

images (7) Frank Champain : Il y a l’intérêt de la lumière à l’intérieur du bâtiment déjà. C’est du confort, c’est du bien-être. Et puis il ne faut pas oublier l’aspect énergétique. On a développé dans les serres des techniques qui permettent de garantir un climat propice pendant la totalité de l’année. Cela veut dire capter de l’énergie solaire en hiver et éviter la surchauffe en été, grâce à des mécanismes de ventilation naturelle. On va pouvoir ainsi chauffer le bâtiment et éviter de consommer du gaz ou du fioul.

Quand cette technologie est-elle apparue pour des usages qui n’étaient pas liés directement à l’agriculture ?

La première application dans le monde du bâtiment des techniques qui ont été développées dans les serres pour l’horticulture, c’est la jardinerie. C’est arrivé dans les grandes enseignes spécialisées au début des années 1980. Ensuite, en dehors de quelques expériences très innovantes, ces techniques sont arrivées dans le résidentiel et dans le tertiaire il y a une dizaine d’années.

Avez-vous quelques exemples de débouchés concrets ?

Dans le monde de l’éducation, nous avons plusieurs réalisations pour des écoles, des collèges et des lycées. Typiquement dans ces cas-là, il s’agit de couvrir un atrium ou la cour d’école. Ce qui permet d’avoir un sas entre le bâtiment et l’extérieur. A Rennes, dans le quartier Nord Saint-Martin, nous participons à la construction de la résidence Energis. Celle-ci est constituée de deux barres de logements. Et entre les deux, on retrouve un grand espace qui va être couvert par une verrière qui sera fermée aux extrémités via des façades vitrées. Autre exemple, au Nord de Paris à Roissy. Un peu sur le même modèle mais pour un bâtiment du tertiaire destiné au groupe Volkswagen. L’immeuble est en deux parties, avec à l’intérieur un énorme patio vitré.

Ces serres ou ces verrières sont-elles vraiment adaptées à toutes les structures ?

Ces techniques fonctionnent d’autant mieux qu’on a de la hauteur. Il est toujours plus aisé de maîtriser un climat dès lors qu’on a un volume d’air suffisant. Dans une maison individuelle, on peut intégrer par exemple ce type d’ouvrage mais cela a évidemment beaucoup plus de sens sur de grandes réalisations. Dans tous les cas, ce qui est important, c’est qu’il s’agisse d’une conception globale. Il ne suffit pas de rajouter simplement une serre à un endroit. En outre, les techniques de ventilation naturelle permettent de s’adapter à n’importe quel climat en France.

Quels sont les prix de ce genre d’infrastructures par rapport à une serre classique ?

Pour les serres horticoles, les prix au m2 sont de l’ordre de 40 à 50 euros. Les serres techniques, elles, sont plus de 10 fois plus chères : de 400 à 800 euros le m2 en fonction des technologies utilisées, comme la qualité de filtrage ou d’isolation du verre.

Que représente ce marché de niche aujourd’hui selon vous ?

Actuellement, cette activité pèse pour environ 25% de notre chiffre d’affaires, qui est d’environ 40 millions d’euros. A partir de là et vu notre poids sur le marché, nous estimons que le marché des grandes verrières dites techniques est de 100 à 150 millions d’euros par an en France. Mais les appels d’offre de projets intégrant une serre ou une verrière sont de plus en plus nombreux. A court terme, Marchegay espère donc que cette activité représentera près de la moitié de son chiffre d’affaires.


Pour voir la video :

http://www.challenges.fr/entreprise/20130215.CHA6352/et-si-les-serres-envahissaient-bientot-votre-quotidien.html?xtor=RSS-17

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : vide
Crédit photo : Photo Générique ou logo société

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
BARENGRUG Publicité - Pack Premium
BYFLOX Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info