Les Echos Etudes pour Promojardin-Prom’animal – Les chiffres 2022 du marché de l’animal de compagnie en France – Toujours en croissance mais avec des situations disparates

441 vues
Publicité - Pack Impact
Publicité - Pack Premium
Publicité - Pack Premium

L’association Promojardin-Prom’animal dresse un nouveau bilan au beau fixe du marché des animaux de compagnie. Les ventes ont progressé de 7% l’an passé, après d’excellentes performances les deux années précédentes. Si la demande est restée stable en volume, l’inflation a tiré les résultats vers le haut.

Le dynamisme du marché des animaux de compagnie ne se dément pas. Malgré la dégradation de la conjoncture, les ventes ont gagné 7% en valeur l’an passé à 5,8 milliards d’euros. Ces bons chiffres témoignent de la vitalité d’un marché en pleine ascension depuis plusieurs années.

Celle-ci est portée par une augmentation du nombre d’animaux et une premiumisation de l’offre, reflet d’une évolution des habitudes de consommation et d’un «anthropomorphisme » croissant des propriétaires.

A ces tendances de fond, s’est ajouté « l’effet Covid » et ses conséquences en série (télétravail, sentiment d’isolement retour à un tourisme de proximité…), qui ont amené les ménages à s’occuper encore davantage de leurs animaux, dopant
les ventes du secteur en 2020 et 2021.

Boom des prix dans le pet food

Le succès du marché en 2022 montre toutefois un autre visage. Car les résultats de l’an passé traduisent surtout la flambée
des prix, en particulier dans l’alimentaire.

Le pet food a connu une inflation moyenne de 10% en 2022, deux fois plus que dans le non alimentaire, selon les estimations Promojardin-Prom’animal. Les industriels ont dû faire face à une explosion de leurs coûts et de fortes tensions sur les approvisionnements, causées par la guerre en Ukraine et des épisodes climatiques extrêmes limitant les récoltes. La situation a aussi été aggravée par des épisodes de peste porcine et de grippe aviaire, qui ont provoqué des pertes.

Malgré l’envolée des prix, les achats de nourriture sont restés plutôt stables, les consommateurs ne pouvant que très peu rogner sur ces dépenses. Le poids du petfood a ainsi permis au marché des animaux de compagnie de presque se maintenir en volume (-1%), ce qui témoigne déjà d’une formidable résilience compte tenu du contexte très chahuté de l’année passée.

Des situations très disparates

Si le dynamisme du marché est resté intact, la situation est très différente selon les familles d’animaux. Le marché du chien fait figure de grand gagnant. Il est le seul à avoir progressé en volume et en valeur. Au global, la hausse du chiffre d’affaires atteint 9%, un boom semblable à l’année précédente. Le marché du chat tire aussi son épingle du jeu avec une progression comparable de 9%. Mais il a fléchi en volume. Face à l’envolée des prix de l’alimentaire et de la litière, les ménages ont davantage freiné leurs achats d’accessoires et d’équipements. Parmi les marchés qui ont fini en positif, figurent également les oiseaux du jardin (+6%) et la bassecour (+3%). Ces familles profitent de tendances plus durables, comme la préservation de la biodiversité, la chasse au gaspi ou l’appétence pour le « mieux manger ». La croissance de leur chiffre d’affaires masque néanmoins un repli assez marqué des achats en volume.

Les autres familles affichent un bilan moins réjouissant. Elles ont clôturé l’année dans le rouge, des résultats qui sonnent plutôt comme un retour à la normale après leur exceptionnelle croissance de 2021. Le poids de l’alimentaire dans leur chiffre d’affaires est aussi moins important, ce qui a limité les effets inflationnistes sur les ventes en valeur.

Du côté de la distribution, les animaleries n’ont pas déçu. Toujours poussées par l’ouverture de nouveaux magasins, leurs ventes se sont envolées de 17% l’an passé. Bonne performance également du côté de la grande distribution (+9%) qui a profité du poids du petfood dans ses rayons. Le e-commerce a maintenu de son côté une part de 15% dans les achats de produits pour animaux. Les spécialistes du jardin (jardineries et enseignes de libre-service agricoles), en revanche, ont été davantage sanctionnés par le poids du non alimentaire dans leur mix produit et finissent l’année en négatif (-1%).

Les Echos Etudes pour Promojardin-Prom’animal – Les chiffres 2022 du marché de l'animal de compagnie en France - Toujours en croissance mais avec des situations disparates

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Communiqué de Presse
Signature : PROMOJARDIN
Crédit photo : Photo Générique ou logo société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité - Pack Premium
Cher Talent
Nous travaillons sur un nouveau projet. Nous vous demandons de ne pas l'utiliser pour le moment. Nous vous informerons quand la mise en place sera complète. Merci pour votre coopération. À bientôt.