L'info pour les pros !
10 Ans !
La toussaint d’une fleuriste – ne riez pas je voudrais bien vous y voir !
720
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Publicité - Pack Impact
Publicité - Pack Impact

La toussaint d’une fleuriste – ne riez pas je voudrais bien vous y voir !

NORD - TOUSSAINT - COMMENT UN MAIRE PROTEGE SES FLEURISTES | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr

C’est un secret pour personne, à la Toussaint, c’est le chrysanthème qui est à l’honneur.

Environ 15 jours avant la Toussaint nous recevons les premiers chrysanthèmes, que nous exposons devant nos boutiques, comme pour vous rappeler que c’est bientôt la fête de tous nos disparus…

En boutique, les habitués viennent passer les premières commandes. Il y a ceux qui les prendront en boutique afin de pouvoir se rendre sur les tombes en famille le dimanche et ceux qui souhaitent qu’on livre directement au cimetière.

Ahhhh les livraisons au cimetière… En temps normal j’adore mais pour la Toussaint beaucoup moins, mais j’y reviendrais en fin d’article ! (Vous ne saviez pas que les fleuristes étaient un peu morbide ?) Comme avant chaque fête, nous profitons “du calme avant la tempête” pour nettoyer et ranger le magasin de fond en comble, car il faut bien se faire un maximum de place avant l’invasion des chrysanthèmes, qui sont assez imposants, qu’on se le dise !

La semaine du 1er novembre, tout s’accélère. Les derniers -gros- arrivages de chrysanthèmes et autres plantes “résistantes”, beaucoup de commandes, beaucoup de “On en aura assez pour la vente, tu penses ?” et lorsque tu peux plus faire un pas sans taper dans un chrysanthème… “Oui chef, on en aura assez je pense…” (C’est cette semaine là, précisément, que je fais une overdose de chrysanthème. Je le préfère en fleur coupée qu’en plante, c’est pas d’ma faute..) Ceux de commandes & des livraisons envahissent l’arrière boutique & le bureau-vestiaire avec les consignes de livraisons et petit schéma du cimetière. On pense que ça nous aidera pour la livraison, que ça sera “un gagne temps”, on se trompe, car finalement qui parmi vous connait l’emplacement exacte d’une tombe d’un de vos proches ? Mouais, moi non plus… Alors, c’est souvent prise de tête…

Arrive le samedi, pas mal des chrysanthèmes mis de côté sont déjà partis. Quelques personnes commencent à arriver et acheter quelques plantes, directement en boutique. A l’inverse des autres fêtes, c’est une journée relativement calme. Mais en boutique, c’est le jour où l’ou vend le plus, le dimanche est beaucoup plus calme ! Ce n’est qu’en fin de journée, quand tu ne mets pas une demi-heure à rentrer tout ton étalage, que tu n’es pas obligée d’escalader toutes les plantes en boutique pour atteindre la caisse que tu te rends vraiment compte que finalement, il y a beaucoup moins de stock. Petit soulagement, petite photo au chef avec un mot du style “Ouufff ! Demain on remet ça !”

D’ailleurs, petite “anecdote”, l’année dernière une cliente arrive pour prendre une plante à mettre sur une tombe, je lui propose alors diverses plantes dans son budget et elle me répond, tout naturellement: “Oh non… Ça va pas du tout ! Elles sont beaucoup trop belles vos plantes ! Qu’on se comprenne bien, je détestais cette femme autant qu’elle me détestait, mais cette année c’est mon tour de fleurir la tombe… Je ne vais certainement pas prendre quelque chose de beau, elle ne le mérite pas!! -silence un peu gênant- Apres 10 mins à parcourir la boutique, elle me demande alors si je n’aurais pas une plante moche ou fanée… “Ah oui je vois madame… mais vous savez, vendre du moche ou du fané, c’est pas vraiment notre but…” ! Elle aura eu raison de moi et s’en alla avec une petite bruyère mise de coté car elle n’était pas belle, mais selon la cliente c’était “parfait” !
(Imaginez la tête de mon patron quand il a vu que j’avais réussi à la vendre…)

Le dimanche matin, nous ouvrons plus tôt. On sort les coupes de plantes, les chrysanthèmes, on noue nos tabliers et c’est parti ! C’est dimanche, les clients arrivent un peu tard… En fin de matinée-début d’après-midi, on fait le compte, on ferme tranquillement, on mange un bout et on s’attaque aux livraisons ! Cette Toussaint, c’est la première dans cette nouvelle boutique, nous avons pas loin de 20 cimetières différents à faire… Et ma collègue qui pensait finir à 13h ! Non, mademoiselle, c’est la Toussaint, la journée est loooiinn d’être finie ! (Dur retour à la réalité du métier pour elle !)

On établit avec le GPS, un “circuit” pour faire plusieurs cimetières sur le même parcours. On commence par les plus éloignés, on charge la voiture, nous avons toutes le nez dans les chrysanthèmes et c’est parti, direction les cimetières ! Comme je vous le disais plus haut dans l’article pour moi c’est la partie la plus délicate. En temps normal, livrer en salon funéraire, cimetières, ne me pose aucun souci, je n’ai plus peur de ce côté “mort” du métier et de ces endroits. En réalité ce qui me gêne à la Toussaint, c’est que les cimetières sont blindés, tout le monde vient se recueillir sur la tombe d’un proche, entretenir la tombe… Et nous, on est là avec nos papiers à compter les allées, les arbres, monuments, pour se repérer et quand ce n’est pas suffisant, on est là, à chercher le nom du défunt sur toutes les tombes… Devant tout le monde, c’est très… gênant.

Le pire c’est les petits regroupements des vieux du village qui tiennent des conversations du style “bilan des morts de l’année”, du genre “On l’avait dit que Jacques ne tiendrait pas bien longtemps hein, elle est où sa tombe d’ailleurs ? ” … “Ah tu as vu ? Personne n’est venu fleurir la tombe de Jacqueline… Faut dire qu’elle n’était pas aimée !” Et j’ai envie de rire, parce que je les imagine lancer des paris sur qui mourra le premier entre eux, mais je peux pas… Parce que tout le monde n’est pas comme eux, pour d’autres, le deuil n’est pas fait, il faut donc savoir se retenir, même quand tu manques de tomber en butant dans une branche… – le contrôle de soi. Ne pas rire… – D’ailleurs, juste après ma presque chute, je reconnais au loin, une maman qui a perdu son bébé dans l’année, une maman qu’on avait accompagnée du mieux qu’on pouvait, et c’est plus fort que moi, je la regarde et repense à tout ça. C’était mon premier deuil d’enfant, ça m’avait tellement touché, c’était très dur… Elle me salue de loin, je fais un signe et repart dans l’autre sens, je les laisse tous les deux…

Je n’avais plus du tout envie de rire pour le coup…

L’hiver, la nuit tombe tôt, alors nous nous retrouvons rapidement à livrer au coucher du soleil. Et à l’avant-dernier cimetière j’ai eu un moment de recul genre “Mais c’est quoi ce délire ?” De loin, je vois un regroupement de personnes en tenue étrange autour d’une tombe… Je suis là avec mes 4 chrysanthèmes et j’avance… Pleins de trucs me passent par la tête, de loin on aurait dit un sacrifice, je vous assure… En réalité c’était juste une famille nombreuse, catholique, en tenue de cérémonie qui chantait des chants religieux… Mais c’était quand même étrange. (J’avais limite plus peur d’eux que d’être dans un cimetière à la tombée de la nuit… Je ne critique pas la religion, mais ça surprend…) Ce soir là, j’avais fini ma journée a 20h et bien sûr, avec la nuit qui tombe de bonne heure l’hiver, on avait dû finir les dernières livraisons dans le noir, à s’éclairer à la lumière du portable… J’ai maudit ce fichu chat qui a surgit de nul part alors que je cherchais la tombe de “Roberte” dans un vieux cimetière bien lugubre. Ne riez pas, je voudrais bien vous y voir !

J’aurais encore pleins, pleins, d’anecdotes à raconter sur la Toussaint… Mais mon article ressemble déjà à un long roman, gardons en un peu pour l’année prochaine ! Mais, voilà dans les grandes lignes à quoi ressemble une Toussaint pour nous, fleuristes !

PS : Passez un terrorisant Halloween ♥

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Gladys Wood – GLAD-WOOD.BLOGSPOT.FR
Sources :

http://glad-wood.blogspot.fr/2015/10/la-toussaint-chez-les-fleuristes.html

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

ECOLE FLEURISTE PARIS Publicité - Pack Premium

La lettre de JAF-info

Chaque matin, l'essentiel de l'actu
Luc NAROLLES Surligneur de Talents !

Luc NAROLLES

Rédacteur en chef

VALHOR Publicité - Pack Premium