L'info pour les pros !
Journees des collections vues par rbj
1122
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Evénements > Journées des Collections > Journees des collections vues par rbj

Journees des collections vues par rbj

LOGO JAF-Info | Jardinerie Animalerie Fleuriste

Le salon des Journées des Collections  a connu l’une de ses pires éditions côté météo. Ajoutez une ambiance tendue en raison d’un marché très morose et vous obtenez un cru difficile. Quoique… Témoignages d’acheteurs, vidéos et tous les PLUS DES JDC 

Les jardineries Leclerc enfin considérées

Didier Perrin, Galec (Leclerc) Avec Amandine Razel et Francis Lacour

«Les jardineries Leclerc ont maintenant un vrai concept. Notre développement est réel et les grandes marques viennent nous voir ce qui n’était pas forcément le cas avant. Elles nous considèrent à juste titre comme des spécialistes . Il est vrai que nos jardineries sont animées par des passionnés et c’est bien de le reconnaître. Nous sommes aux JDC pour le référencement et s’il est vrai que le marché est difficile nos résultats sont constants . »

La saison difficile influence nos achats
Aymeric Lepoutre, Leroy-Merlin
«Je suis aux JDC pour la première fois. J’ai rejoint l’équipe jardin aux lendemains du salon 2012 pour m’occuper de la délimitation du jardin, des terrasses et bordures. Ici, le cadre est vraiment sympathique mais c’est vrai que notre visite s’effectue cette année dans une « ambiance marché » un peu tendue à cause de la météo. Est-ce que cela a une influence sur nos achats ? Oui, bien sûr, nous devons faire attention à ce que l’on référence. Il faut pouvoir sortir le stock, ne pas plomber nos magasins…”

Les JDC intéressants même pour nos clients paysagistes
Benoît Delecroix, Triangle Outillage Avec Camille Coupillaud, Henri Le Danois
«Ce salon des JDC est vraiment impeccable, de loin le meilleur salon. Bon ici ce n’est pas vraiment un salon pour une clientèle pro type paysagiste et c’est vrai que notre catalogue et notre site est plutôt tourné vers les pros … mais il y a des idées et les fournisseurs sont là. Comment nous vivons la saison actuelle ? Décalés. Tout est décalé : la saison, les chiffres. Nous réalisons 2 M€ de CA par an. »

Un anniversaire bien venu
Alexandre Védère, Gedimat
«La saison est compliquée. Mais si les chiffres étaient mauvais fin mars nous étions étals en avril. Il y a des produits qui font un carton comme les grands pots en couleur, des produits que l’on peut trouver en nombre ici aux JDC. Pour la suite de la saison, nous comptons beaucoup sur notre opération Anniversaire qu’on lance maintenant. «

Il faudrait décaler les JDC 
François Guillerm, Cap Jardin
«Le salon est bien sûr incontournable, tout le monde est là. Maintenant je serais plutôt pour le décaler d’une semaine après la fête des mères ce qui permettrait à plus d’adhérents de venir. Là, ils sont bloqués par la préparation de cet événement important pour nous. Aujourd’hui Cap Jardin c’est 75 adhérents et des résultats actuels oscillants entre +10 et -10 % selon les magasins. »

Il faut être actif dans les moments difficiles !

Patrick Vallée, Inedis- Amis Verts – France Rurale

«J’aurais aimé avoir eu l’idée de créer ce salon. Ici ça respire le jardin (même quand il pleut). Je doute que cela reste le cas si le salon déménageait à Villepinte. Actuellement le marché est difficile mais nous le ressentons différemment selon les enseignes. Côté Lisas nous sommes moins impactés. De façons générale, à fin avril , nos résultats ne sont pas mauvais. Nous avons vécu des difficultés d’appros en mai mais on reste optimistes. Et comme on dit : quand il pleut , il y a des maladies et on vend des produits de traitement. Plus sérieusement , je pense que c’est dans ces moments difficiles qu’il faut être le plus actif »

Nous avons les bons pots… et pas peur de la météo ! 

Sylvie d’Hondt, Auchan

“Je suis category manager dans le secteur de la déco jardin. Nous réalisons d’excellentes ventes dans les poteries plastiques très colorées. C’est un marché auquel nous avons cru et je pense que nous avons pris de l’avance . Nous avons les bons produits, les bonnes couleurs et les bonnes formes et le climat n’influe pas trop sur nos ventes. Peut-être que dans la morosité actuelle, les gens ont besoin de couleurs. S’il y a une tendance pour les grands pots? Oui , car les clients les voient sur les terrasses des restaurants et les verraient bien chez eux, c’est vrai”

Vente en ligne ? 100% de la marge reversée aux magasins

Serge Bertrand, delbard.fr

«Je suis acheteur … virtuel (rires), c’est comme ça qu’on appelle les acheteurs de sites internet ? Plus sérieusement, nous transformons delbard-direct en delbard.fr. Ce nom identique avec les magasins annonce aussi une politique très claire entre les deux canaux de distribution : nous reversons 100 % de la marge d’une vente effectuée en ligne au magasin. Comment ? Nous avons plusieurs critères d’identifications de la zone du client : l’adresse IP , la carte bleue mais, en dernier lieu, l’adresse de livraison. En termes de référencement nous avons désormais trois types de produits : les exclusifs web, les exclusifs magasins et le troc commun. Les produits commun bénéficieront d’une politique tarifaire identique

La saison n’est pas terminée
Michel Conte, Jardiland*
La saison est compliquée, c’est vrai, mais difficile à analyser tant les disparités sont importantes. Par ailleurs, d’une semaine à l’autre , certains magasins rattrapent tout leur retard. Les clients sont là : ils attendent le moindre rayon de soleil pour assouvir leur passion du jardin. Nous avons connu une saison comme cela il y a quelques années et finalement elle s’est achevée par une progression de 2 % sur l’ensemble de l’année. Quelles nouvelles côté investisseurs ? D’après vous, fait-il un temps à faire entrer des investisseurs dans des jardineries ? (rires) Plus sérieusement, tout va bien mais on vous en parlera plus tard.
* par téléphone

Il y a comme un essoufflement Catherine & Guillaume Clergeaud, Jardindeco.com 
J’ai vu peu de nouveautés …Peut-être aussi un phénomène d’essoufflementOn ne peut pas inventer tout le temps ! », note Catherine Clergeaud (Achats). Mais les visites demeurent intéressantes. « Les Belges sont très forts en jardin. Très commerçants, avec des prix attractifs et de la déco que nous n’avons pas forcément en France ». « L’habitude d’être dehors dans certains pays du Nord, même quand il fait froid permet de réaliser d’autres ventes, estime Guillaume Clergeaud. Comme le braséro, qui fonctionne bien sur son site : “Nous sommes bien positionnés, avec un produit simple à 39€”. Le salon est intéressant pour ce “petit acheteur”. “Nos assortiments sont encore à faire. Et comme la saison est en retard, c’est finalement le bon moment…les mobiliers de jardin, c’était pas la peine de les avoir avant ! Il y a des gens qui vont se retrouver avec des stocks sur les bras. Nous signons aussi sur place ».

 

On va doubler notre CA ! Jean-François Detout*, Almateon.com

Nous avons lancé il y a un mois Almateon.com, un site Internet de vente d’équipement de jardin haut de gamme, et nous avons une partie « le coin des animaux .La boutique en ligne propose des abris, carports, garages, piscines jeux pour enfants. Nous avons 250 références, et nous en visons 1500 l’an prochain. Côté chiffre d’affaires , nous visons 120 000 € cette année, en 2013, puis 250 000€ ».

*L’homme n’est pas nouveau sur la toile, puisqu’il a lancé barbecuedirect.fr en février 2011, revendu fin décembre 2012 à Web Distrib (qui vise le million de CA avec son acquisition).

J’achète pour deux …Marion Cape, Magellan

J’ai vu peu de nouveautés  chez mes fournisseurs…  En revanche, j’ai découvert des produits intéressants sur deux autres standsCe sont eux qui m’ont interpellée et ils ont bien fait ! ».Si le site est surtout positionné sur du jardinage pur, le côté Animalerie m’intéresse aussi…  J’y vais pour Ducatillon (racheté par la société Magellan, Ndlr), aussi de la VPC, spécialisé élevage et chasseL’acheteur élevage n’est pas venu, mais je regarde pour lui ».
Je cherche un magasin Cécile Pagès, Cavac/Gamm Vert
Toujours fidèle au salon. Nos affaires se portent bien et je cherche même à les développer hors du département. Je suis à la recherche d’un grand magasin pour peut-être ouvrir un deuxième magasin sur le modèle de celui de la Roche sur Yon . (On rappelle que Cécile Pagès a été la première à ouvrir des Gamm vert grands formats)

Les PLUS des JDC


La stratégie la plus osée : 

Campingaz jette tout et recommence !
Politique incroyable de Campingaz qui a annoncé aux Journées des Collections faire table rase de son catalogue ancien pour proposer une gamme entièrement revue. C’est osé car même son modèle Adélaïde très connue sur le marché est purement et simplement effacé des tablettes . Pourquoi ? la marque a constaté qu’elle dévissait sur le marché des BBQ à gaz . Une perte de 10 points de parts de marché en 2 ans, pas de plancha, une inadéquation criante entre offre et demande. Olivier de Silans, patron europe de la marque tire la sonnette d’alarme. Mais les responsables du groupe (Jarden) hésitent. Il y a de quoi : après tout Campingaz est une marque âgée de 64 ans. Très connue dans l’univers du loisirs… leader incontesté sur le réchaud à gaz et quelque part précurseur du BBQ à gaz. Mais quand le marché arrive, il se dessine différemment… Par exemple, le gaz déclenche la Plancha , marché sur lequel Campingaz n’est pas. Le miracle se produit lorsque Robert Markovitch est nommé patron de Coleman en 2011 … et donc de Campingaz, Sevylor etc. Quand Olivier de Silans lui confie ses inquiétudes et le remède de cheval, il répond  en lui tapant sur l’épaule : banco. Les ingénieurs des usines françaises et américaines se mettent au travail , présentent leurs idées. La clientèle est interrogée, analysée. Le constat est simple : les utilisateurs veulent nettoyer plus facilement, mais également une chaleur sur brûleurs plus efficace. Ex patron de K2 (marque de skis), « Bob » Markovitch est partisan du tout schuss. La concurrence est décortiquée : ils sont assez faibles en rendement de chauffe. Campingaz réagit en lançant un brûleur Xcelerate et obtient que 96 % des surfaces chauffées dépassent 250 °. Les modèles sont tous plus grands de 2100 cm2 à 3500 cm2. Campingaz se positionne plus haut de game mais serre ses prix grâce à une poloitique industrielle rationalisée. « C’est parce que nous avons osé tout recommencer que nous obtenons ces prix « , expliquent Robert Markovitch et Olivier de Silans. Dernier point et non des moindres : la cuve du cuisson est démontable et chaque élément du barbecue peut passer à la machine à laver. Campingaz prépare une campagne de communication télé pour soutenir le lancement de sa nouvelle gamme.
Le produit le plus génial : La brouette à deux roues

Vu du côté d’Haemmerlin , une brouette surprenante qui bénéficie d’une deuxième roue repliée. Quand l’utilisateur est sur le chemin en pleine charge , il lui suffit de déclencher via une gâchette le déverrouillage de la deuxième roue , qui se déploie comme un train d’atterissage. On ne porte plus la brouette, il suffit de la pousser, voie de la poser grâce à une troisième position qui la stabilise. La roue peut-être repliée du bout du pied. Compte tenu de l’économie d’efforts, cette brouette serait remboursée à 50 % pour les clients pros dans le cadre d’un programme de prévention contre les TMS (troubles musculo-squelettiques)

La minute la plus … trempée (vidéo) Jeudi, 11h15… aux JDC
JDC2013 par dm_51a458294176e

Le plus gros buzz 

Le Cercle des Saisons

Le nouveau salon imaginé par Marc Labbaye a fait parler de lui dans les allées des Journées des Collections (salon qu’il fonda, rappelons-le). Il n’est pas rare qu’un fournisseur nous aborde : « alors faut-il répondre à l’appel du 18 juin ? » cet appel c’est celui de Marc Labbaye qui prépare son salon pour mars 2014 en réunissant des fournisseurs et des acheteurs du côté d’Aix, au Golf de la Sainte Victoire. Alors il y a les pour et les contre. Les pour estiment qu’il y a la place pour un nouveau salon surtout s’il revient aux fondamentaux à savoir peu de stands pour une très grande convivialité. « Et au moins il fera beau, explique un autre. Un troisième tempère : « oui mais c’est sans compter avec le mistral . Quand il va souffler à 80 km/h , va falloir accrocher les tentes solidement ». La plupart des acheteurs ne disent pas non. Certains pensent qu’à cette époque ils seront en Asie. D’autres qu’ils seront revenus et que la date est parfaite. Personne ne pense que cela fera de mal aux JDC et tous de penser que le salon de l’Abbaye de Chaalis ne risque rien. En fait , si le sujet fait débat c’est d’un point de vue moral. D’un côté des pros reprochent à Marc Labbaye de refaire ce qu’il a déjà vendu et trouve ça peu amène. Les partisans du Cercle des Saisons défendent l’idée en rappelant que ce nouvel événement sera différent . Les plus ultras pensent que les JDC ont perdu leur âme et qu’il est temps de la faire revivre… D’autres défendent Châalis : non ! les JDC n’ont pas perdu leur âme. Tenez il y a toujours le lieu d’origine et même la boue. Que de discussions ! Ce qui est déjà une petite victoire pour Marc Labbaye.

Mais ça n’est pas fini… puisqu’un nouveau arrive déjà. En effet, Frédéric Bienne, l’ex directeur technique salon Etai (groupe détenteur des  JDC) annonce le lancement de Outdoor Meet’In. Un salon qui aura lieu du 11 au 14 février 2014 au Centerparcs Les Bois francs et dont nous reparlerons.

Le plus gros ratage Le mini salon animalerie

Le salon animalerie réintégré aux JDC, tout en étant mis à l’écart . Un vrai salon fantôme. Philippe Le Poitevin, Export Manager de la société belge Mannavita, (spécialiste des compléments alimentaires haut de gamme, 100% naturel, vend sous sa marque propre Anima Vital). « Nous sommes distribués dans tous les magasins Aveve en Belgique Nous vendons ces produits depuis 12 ans là-bas, c’est un peu saturé, …alors nous investissons en France ».  L’homme, qui recherche des distributeurs spécialistes – Jardiland, Gamm Vert, etc. l’a joué finement, restant au stand pendant que ses collègues sont partis déjeuner. Il faut dire qu’il voit peu d’acheteurs passer, aucun au matin du premier jour : « On est un peu mis à l’écart, déplore-t-il. L’année dernière, c’était

à Deauville, ici nous sommes venus pour eux… 

Un autre exposant estime carrément que « Ce salon n’a pas de sens » : « Il y a assez de salons dédiés à l’animalerie. J’aurais préféré, au moins, être mélangé au salon jardin. Un acheteur m’a dit : « C’est le village fantôme  ici ». Le premier jour, les gens étaient même refoulés à l’entrée. C’est un essai, pour nous, ça n’est pas probant…

« Nous sommes un peu trop sectorisés, confirme un autre exposant. Dommage, car les acheteurs qui ont peu de temps ne viennent pas. Comme nous sommes nouveaux, nous aurions aimés être plus visibles. Au moins qu’il n’y ait pas un chapiteau entre les deux salons ! Peut-être une banderole, quelque chose d’un peu plus « festif ». Les acheteurs en ont marre et se focalisent sur les fabricants qu’ils connaissent. Que deux ans que nous participons. Nous ne sommes pas très connus des acheteurs. Il faut qu’on téléphone et qu’ils s’accréditent pour pouvoir entrer. DistriZoo,?…Qu’une vingtaine, mais les acheteurs animalerie venaient. Victor Rivera, acheteur plein-airCasino, est quand même venu : « Je m’attendais à voir plus d’exposants pour l’animalerie ». Mais il n’est pas déçu du voyage : « Mon principal objectif est le jardin, donc, ça va ».
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : vide
Crédit photo : Photo Générique ou logo société

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
BYFLOX Publicité - Pack Premium
BARENGRUG Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info