JAF logo SVG2022
logistique-JAF-Jardinerie-Animalerie-Fleuriste

Jeroen van der Huls – PDG FlowerWatch – Regards sur la logistique florale mondiale

69 vues
Publicité - Pack Impact

Cela fait presque 18 ans que FlowerWatch a commencé en tant qu’entreprise écrivant des rapports de qualité, mais maintenant ils font bien plus que cela. « Nous disposons désormais d’une plateforme qui rassemble les données de l’ensemble de la chaîne dans un tableau de bord », explique Jeroen van der Hulst, scientifique et entrepreneur en horticulture, directeur général de FlowerWatch.

Grâce à l’expérience que FlowerWatch a acquise au fil des ans, ils peuvent voir mieux que quiconque où se situent les problèmes dans la chaîne et où la valeur peut être débloquée. Mais comme le souligne Jeroen lui-même : « Ce n’est pas sorcier, mais dans l’ensemble, cela en vaut vraiment la peine. Tout doit être parfait pour que vous obteniez le maximum d’effet. Notre travail est la somme de toutes les étapes individuelles. Et nous avons beaucoup de travail à faire là-dessus. »

Regardez au-delà des Pays-Bas

Là où c’était autrefois « local pour local », le marché est maintenant axé sur « mondial pour mondial », et des milliards d’euros de fleurs sont envoyés dans le monde entier. Malgré la taille du marché et le succès des fleurs hollandaises dans ce domaine, les choses ne vont toujours pas bien. Il reste encore beaucoup à améliorer dans le domaine de la logistique aux Pays-Bas.

« On constate en effet que les sommes dépensées pour le transport sont énormes, jusqu’à 40 à 50 %. Cela peut être plusieurs fois moins cher. Par exemple, nous envoyons désormais des fleurs sèches dans une boîte dans des conteneurs frigorifiques depuis le Kenya vers toutes sortes de pays du monde, avec un facteur de charge supérieur de 500 % à celui d’un camion néerlandais avec des seaux. Il y a donc des opportunités là-bas », déclare Jeroen.

« Par exemple, un chariot de vente aux enchères rempli de boîtes de fleurs. Nous déballons ces fleurs, les coupons et les mettons dans l’eau. Ensuite, vous avez 3 à 5 chariots de fleurs à transporter. Mais si un forfait est assez bon pour couvrir une distance de 7 500 kilomètres, pourquoi n’est-il pas assez bon pour les 200 derniers kilomètres ?

Non seulement dans le degré de chargement du transport des fleurs, mais aussi dans la manière dont les fleurs sont transportées, Jeroen voit de nombreux points à améliorer, tant en termes d’emballage que de qualité. « Lorsque mes collaborateurs au Kenya vérifient les seaux de récolte à la pépinière, les trois quarts des producteurs obtiennent un gros 10. Si nous faisons la même chose aux Pays-Bas avec des seaux d’enchères, je ne peux pas en donner dix pour ça. Peut-être un six pour l’effort. Vous pouvez avoir la meilleure réfrigération, mais sans seaux propres, une bonne réfrigération ne vaut rien.

Jeroen appelle aussi cela ‘la loi de l’avance inhibitrice’, ou pour le dire plus simplement : « Nous déraillons un peu à cause de notre succès au lieu de continuer à innover comme d’autres pays émergents qui prennent désormais les devants. Nous avons peut-être le système de transport de fleurs le moins efficace auquel vous pouvez penser aux Pays-Bas. Si nous pouvons obtenir plus de fleurs dans le même envoi, à des prix inférieurs et avec une empreinte réduite, nous pouvons élargir notre marché. Cela entraîne déjà des changements dans le reste du monde, mais aux Pays-Bas, le marché est tellement fragmenté entre le producteur, la vente aux enchères et le commerce, ce qui rend cela moins susceptible de se produire. »

Solution

Maintenant que nous savons qu’il existe des domaines d’amélioration, la question demeure : comment devons-nous les aborder ? Selon FlowerWatch, cela réside dans l’amélioration de la logistique et de la qualité. Avec leur combinaison de formation scientifique et pratique, FlowerWatch essaie de rationaliser la chaîne afin que ce que vous achetez arrive aussi bien pour un bon prix. Selon Jeroen, le jeu actuel dans le secteur des fleurs peut être décrit comme « qui a la meilleure logistique ? »

Selon Jeroen, une grande partie des connaissances scientifiques sur les processus post-récolte et le fret maritime étaient déjà connues au début des années 1980, mais elles commencent seulement à être appliquées dans la pratique. « Et si on fait ça, ça peut aller vite. Par exemple, vous pouvez envoyer des fleurs par conteneur pendant les jours de pointe ou voler trois semaines avant la Saint-Valentin, puis les stocker aux Pays-Bas dans de bonnes conditions. Ensuite, en tant que commerçant, vous pouvez acheter beaucoup plus auprès du même fournisseur fiable. Au lieu de dix producteurs, optez pour cinq dont vous connaissez la qualité.

En plus de collecter des données et de fournir un aperçu des performances de la chaîne logistique, l’entreprise se concentre sur les améliorations et la création de valeur dans la chaîne. La société dispose d’une plate-forme en ligne qui prend en charge tout cela. La plate-forme fonctionne chez des clients en Scandinavie, en Europe, au Kenya, en Éthiopie et en Amérique du Sud, et offre aux utilisateurs des connaissances, des compétences et des outils pour renforcer la logistique et ainsi garder une longueur d’avance sur les autres. « Nous avons également établi des normes de qualité qui indiquent à chaque maillon de la chaîne à quoi nous pensons qu’il devrait ressembler. Les normes sont appelées « Norme de qualité pour les chaînes d’approvisionnement mondiales en fleurs ».

Il faut quelque chose pour changer, et ce sont des partis qui veulent se développer et grandir. « Nous devons avoir des précurseurs, car dans ce monde floral en évolution rapide, attendre n’est pas une option.« 

« Il faut être au top et comprendre ce qui se passe. Et nous, en tant que FlowerWatch, sommes la partie qui peut rapidement basculer avec les entreprises pour acheminer les fleurs vers le stockage et le stockage plus rapidement et pour augmenter le facteur de charge plus rapidement. Nous pouvons accélérer le processus d’innovation et de développement. Je pense que c’est là que réside notre valeur.« 

Pour plus d’informations :
Jeroen van der Hulst
FlowerWatch BV
Noordeinde 144a
2371 CX, Roelofarendsveen
+31 71 331 90 58
info@flowerwatch.com
www.flowerwatch.com

google translation

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Auteur : Maurits Jacobs BPnieuws.nl
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Source :
  • https://www.bpnieuws.nl/article/9460073/in-deze-supersnel-veranderende-bloemenwereld-is-afwachten-geen-optie/
  • https://www.flowerwatch.com/en/three-solutions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.