[Vidéo] Emova Group – Prix Ulysse 2018 des lecteurs des Echos – Meilleur retournement d’entreprise

337

Vues

EMOVA GROUP - JAF-info - Fleuriste
Luc NAROLLES

Luc NAROLLES

Surligneur de Talents ! Journaliste - Animateur de Communauté en ligne Conseil & Formation dans la Distribution Fondateur des Editions Média-Talents et du site de Presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste - 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! - Veille, Informations et Communauté en ligne pour les professionnels ! Depuis 1989 au cœur de la filière ! Ancien dirigeant d'une boutique Fleuriste et d'une Jardinerie-Animalerie. Indépendance et confiance : Président du Jury Fiacre d'Or | Meilleure Entreprise Fleuriste Française 2017 Agent d'affaires de Philippe Collignon - Chroniqueur-Réalisateur Aucun actionnariat ou intérêt dans une société. Membre : C2F 20.145 kms parcourus en train en 2017
longueil

Publicité - Pack Premium

Lundi 29 janvier 2018 – Paris – L’Association pour le Retournement des Entreprises (ARE) a décerné comme chaque année depuis 8 ans le Prix Ulysse du Meilleur Retournement d’Entreprise.

Cette édition a départagé 4 grandes opérations de restructuring qui ont marqué l’année 2017 et a célébré celles et ceux qui , face aux difficultés, mettent tout en oeuvre pour sauver leur entreprise.

Un jury hautement qualifié

Les 11 personnalités qui composent le jury, unanimement reconnues et choisies pour leur compétence et leur expérience, représentent toute la diversité du secteur du retournement. Administrateurs judiciaires, membres des tribunaux de commerce, représentants des pouvoirs publics, entrepreneurs ou universitaires y cotoient d’anciens lauréats du Prix Ulysse et des membres des instances dirigeantes de l’ARE.

Cette diversité des parcours et des profils est une garantie de l’indépendance du choix du lauréat, et de la qualité de son dossier.

  • Olivier Marion Président de l’ARE et président du Jury
  • Pierre-François Catté Président de CPI Group
  • Lionel Corre Secrétaire Général du Comité Interministériel de Restructuration Industrielle
  • Elisabeth Cunin Présidente de Camaieu
  • Pierre Ferracci Président de Secafi
  • Arthur Lepage PDG d’Excelrise, Prix Ulysse 2017
  • Olivier Millet Président de l’Association Française des Investisseurs pour la Croissance
  • Françoise Pérochon Professeur à la faculté de droit de Montpellier
  • Georges Richelme Président de la Conférence Générales des Juges Consulaires de France
  • Thierry Sonalier Président du directoire de Jardiland, Prix Ulysse 2016
  • Christophe Thevenot Vice-Président du Conseil National des Administrateurs et des Mandataires Judiciaires

Le patronage de Bruno Le Maire – Ministre de l’Économie et des Finances

Le Prix Ulysse bénéficie depuis sa création en 2011 du soutien des pouvoirs publics et des instances représentatives du monde économique : aider les entreprises à prévenir les difficultés, et accompagner celles qui traversent des crises, contribue en effet à la consolidation du tissu économique. Pour l’édition 2018, le prix est placé sous le haut patronage de Monsieur Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances.

Les résultats :

  • Prix du meilleur retournement 2018 : P3G Industries Parisot
  • Prix du meilleur retournement 2018 par les lecteurs de “Les Echos”

Les finalistes : Emova Monceau Fleurs, Groupe Rush, P3G Parisot Indistries, Ludendo – La Grande Récré

L’efficacité et la réussite d’ Emova Group  – Une récompense méritée

bruno blaser - emova group - JAF-info - fleuristeLeader européen de la distribution de fleurs, Emova Group, ex-Groupe Monceau Fleurs, a su relancer son développement après avoir frôlé la catastrophe : le résultat d’une analyse lucide des difficultés et d’un retournement rigoureux.

Le groupe Monceau Fleurs est né d’une innovation, avec l’ouverture en 1965, face au Parc Monceau à Paris, du premier magasin de fleurs et plantes d’ornements en libre-service. Il se développe tout d’abord progressivement avec des magasins en propre ouverts à des emplacements parisiens stratégiques, puis accélère sa croissance à partir de 1996 sous la direction du petit-fils du fondateur. Les ouvertures de magasins Monceau Fleurs (200 en 10 ans, notamment en franchise) accompagnent l’acquisition du concurrent Rapid‘ Flore en 2008 (doublant ainsi la taille du réseau), le lancement de l’enseigne Happy en 2005, le développement international ainsi que la création d’une centrale d’achats s’appuyant sur un grossiste en Hollande (principal producteur mondial). Fin 2007, le groupe est introduit sur Alternext.

laurent Pfeiffer - Emova - Monceau Fleurs - JAF-info - FleuristeMais des difficultés d’ordre opérationnel et financier apparaissent dès 2009. La croissance relativement rapide a été mal maîtrisée : les ouvertures de magasins se font au détriment de la rentabilité des franchisés, l’intégration du réseau Rapid’ Flore se révèle compliquée, et la mise en place de la centrale d’achats est un échec qui dégrade la rentabilité opérationnelle et le niveau de service pour les franchisés. En parallèle, le groupe se trouve face à une dette financière surdimensionnée de 39 M€, une perte de confiance des assureurs-crédit et des établissements finançant les ouvertures en franchise, et à des difficultés de financement de son BFR. Une procédure de sauvegarde est alors ouverte en octobre 2011, suivie en mai 2012 d’une décision d’étalement de la dette sur 10 ans avec progressivité des remboursements. Laurent Pfeiffer, directeur administratif et financier depuis juin 2012, s’attache à fermer les activités déficitaires (principalement la centrale d’achat en juin 2013) et à contester le calcul des intérêts de la dette obligataire, réduisant ainsi la dette du plan de sauvegarde de 7 M€.

En août 2013, Perceva entre au capital par augmentation de capital et compensation de créances acquises avec décote, permettant ainsi la continuité d’activité. Cette reprise est accueillie positivement par le personnel et ses représentants, qui y voient le maintien de l’emploi et des perspectives de sortie de crise. Le fonds nomme Laurent Pfeiffer Président du directoire du groupe pour mener le retournement et renforce l’équipe de management par des professionnels habitués aux situations complexes dans des fonctions clés telles que l’animation, le développement et le marketing.

Deux grands chantiers d’assainissement de la situation sont menés tout d’abord. Le premier concerne une restructuration complète du bilan financier, avec augmentation de capital, OPA sur les actionnaires minoritaires, rachat de la dette obligataire et conversion en capital, et modification du plan de sauvegarde. Cette opération reçoit le soutien des autorités de marché, satisfaites des solutions proposées aux petits actionnaires et aux obligataires. La dette est ainsi réduite à 17 M€, et les capitaux propres quadruplés pour atteindre 20 M€. En parallèle, des magasins peu rentables (en propre ou franchisés) sont fermés, les frais de siège réduits, et des outils de pilotages rigoureux mis en place, ce qui permet un retour rapide à l’équilibre. La restructuration du réseau ne se fait cependant pas sans difficulté, et exige un long travail d’animation ainsi que la mise en place d’une politique de gestion du réseau transparente et incitative pour restaurer la confiance avec les franchisés (93 % d’insatisfaits, sondage SOFRES novembre 2013). Le même travail de fonds est entrepris auprès des fournisseurs et des établissements de crédit.

Sur cette base assainie, les investissements de développement sont alors relancés très rapidement. Le positionnement des marques est revu et redéfini, et le groupe prend comme nom corporate Emova, pour incarner les nouvelles valeurs (émotion, mouvement, valeurs). Le flagship store du parc Monceau est restructuré, de nouvelles succursales acquises pour jouer le rôle de magasins pilotes de la nouvelle stratégie, le tout accompagné d’investissements en communication et publicité (TV et presse).

En juillet 2016, alors que des résultats positifs sont enregistrés pour la 3e année consécutive, le groupe acquiert Au nom de la rose (77 magasins en propre et en franchise) qui permet à la fois de compléter son emprise sur tous les segments du marché, ainsi que de renforcer son expertise sur le sourcing de roses. Fin 2016, Emova déclenche avec cinq ans d’avance une sortie de son plan de sauvegarde, avec l’ouverture d’une procédure de sauvegarde financière accélérée permettant une réduction de la dette à 4 M€ et le renforcement des capitaux propres à plus de 30 M€.

Aujourd’hui, Emova a retrouvé et consolidé sa position de leader sur le marché français et européen, à la tête de quatre marques complémentaires et fer de lance de leurs segments, représentant environ 400 points de vente dans 13 pays : Monceau Fleurs, premium ; Rapid’ Flore (devenue Cœur de fleurs), accessible et de proximité ; Happy disruptive, jeune et urbaine, et Au nom de la rose, romantique. Le groupe réalise un CA sous enseigne de plus de 115 M€.

Désormais piloté par Bruno Blaser, Président du directoire depuis juillet 2017 et ancien directeur de l’offre et du marketing, et Laurent Pfeiffer, Président du conseil de surveillance, il affiche de belles perspectives avec le développement d’une plateforme d’achat direct production, du e-commerce, et l’augmentation du parc de magasins.

 

Le Prix Ulysse de l’ARE – A noter l’interview de Thierry Sonalier – Jardiland – Prix Ulysse 2016

Signature

Luc NAROLLES – Journaliste – Surligneur de Talents ! Paris – 30/01/2018

Crédits photo

Sources

http://www.prixulysse.org/edition.html http://www.prixulysse.org/docs/Plaquette_Ulysse_2018.pdf

Origine

un problème technique nous permet pas d'afficher actuellement les champs "origine" et "date de modification"

PremierTech

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Print
Email

Votre opinion :

Laisser un commentaire

phs

Publicité - Pack Premium

CvOffre

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

Fermer le menu