La distribution alimentaire est en mouvement. Après avoir constaté une chute de fréquentation des hyper et un regain de forme des plus petites surfaces de vente, en particulier dans les centres-villes. Place maintenant à la livraison à domicile.

Nous pouvions bien-sûr commander notre casse-croute sur Internet, mais d’après les enquêtes sur le sujet, la priorité du consommateur restait le magasin physique pour des raisons simples et pratiques : avec le point de vente, la chaine du froid semble respectée et puis, c’est toujours important de toucher, voir et sentir les produits frais.

Pour rester dans le sens de la marche et accompagner le développement de la vente en ligne, se sont ensuite développés les Drive et les Click and Collect, un mélange de physique et virtuel pour gratter quelques précieuses minutes et pour ne pas faire la queue en caisse.

Mais il fallait franchir un palier supplémentaire pour toucher un peu plus le consommateur et conquérir de nouvelles parts de marché.

Monoprix vient de s’associer avec Google Assistant et vous pourrez ainsi préparer votre liste de course en indiquant à la machine vos souhaits pour le prochain repas. Il ne vous restera plus qu’à valider sur le site de Monoprix pour être livré.

Aux USA, Walmart agit de la même façon, toujours avec Google et vous êtes livrés directement.

Frais.auchan.fr s’occupe lui aussi de vous livrer les produits frais à domicile avec une gamme grandissante et il en est de même avec Amazon Fresh qui se lance aussi dans la bataille.

Toujours chez Auchan, un peu au-delà de nos frontières, c’est en Chine qu’Alibaba et le groupe nordiste ont trouvé un terrain d’entente.
Le « phygital », un mélange entre les magasins physiques et le digital, pourrait rapidement devenir le « Digisyque » ! La nuance est d’importance, c’est en effet le digital qui prend la main y compris sur les produits frais.

Si cette évolution se confirme, on pourrait imaginer une baisse de fréquentation de plus en plus marquée des hyper et une diminution du public dans les zones commerciales.

Vous allez me dire que tout cela n’est que pure spéculation… Certes ! Mais si l’avenir va dans ce sens, et il n’y a pas de raison de voir un changement soudain de cap, nos jardineries en zone commerciale pourraient subir elles aussi une baisse significative de fréquentation.

Si c’est le cas, il restera aux futurs créateurs de magasins jardin physiques d’opter pour de petits points de vente de centre-ville… C’est déjà en route ! Ou alors de plus grosses unités perdues à la campagne avec un pouvoir d’attraction digne d’un parc du même nom. Inutile de payer une fortune un terrain dans un centre commercial qui risque de perdre de plus en plus de clients.

Dans tous les cas, les points de vente jardin devront être surprenants, vivants et dynamiques pour espérer attirer un public de plus en plus accro à ses écrans.

Un nouveau challenge en perspective ?