Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Lille – fleuriste 60 % de hausse – – – de loyer !

340

Vues

SDV

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Dans l’attente d’un nouveau local commercial, Guillaume (à gauche) et Bart ressentrent leurs activités place aux Oignons.

Dans le Vieux-Lille, un fleuriste cueille une hausse de loyer de 60 %. C’était un jour de colère. La semaine dernière, sur sa vitrine, Guillaume, fleuriste, a tracé d’une belle écriture son ras-le-bol : « On ne peut re-signer un bail avec une augmentation de loyer de 60 % (non mais allo quoi).

Donc jusque septembre, retrouvez-nous chez Alchimie, place aux Oignons. »

Depuis, le message, qui a buzzé sur les réseaux sociaux, a été effacé. Mais la colère semble indélébile. La boutique de la rue Saint-André « Absinthe et Citronnelle » ne respire plus la chlorophylle ni les fleurs fraîches : Guillaume et son associé Bart ont été contraints de baisser rideau, la faute a une augmentation de loyer spectaculaire.

Ils payaient 1 550 € par mois pour 60 m2. Le propriétaire, du jour au lendemain, a réclamé, pour la même surface… 2 880 €. C’était le mois dernier, le bail de neuf ans arrivait à terme. «Nous avons proposé à la propriétaire de rénover le local, à nos frais. » Les associés étaient prêts à débourser quelque 100 000 € de travaux. « C’est un bâtiment classé et nous avons payé les frais liés au dossier de demande auprès de l’architecte des Bâtiments de France. » Quelque 2 800 €, évanouis : La propriétaire a refusé l’offre de travaux et a réévalué le loyer.

La pilule est d’autant plus difficile à digérer que Guillaume s’est endetté pour racheter le fonds de commerce. C’était en 2004. « À l’époque, la propriétaire, fleuriste, partait à la retraite. Elle se disait ravie que nous reprenions. » Le jeune homme débourse, frais compris, plus de 100 000 € pour racheter le fonds de commerce. Une somme, qui s’est volatilisée, le mois dernier, le jour où les associés ont fermé boutique.

Une boutique place aux Oignons

Aujourd’hui, c’est entre avocats que le litige se règle. Ou pas. « On pourrait partir en procédures, on gagnerait sûrement. Mais c’est long et coûteux. Nous avons déjà dépensé près de 3 000 € de frais d’avocat. » Des artisans lillois, locataires, se sont déjà engagés dans des batailles juridiques, avec plus ou moins de réussite. Non loin, un cafetier a eu gain de cause, après plus de deux ans de procès. Cette affaire de hausse des loyers met une nouvelle fois en exergue la fragilité des commerçants face aux augmentations brutales de loyer. Conséquence sur l’écosystème commercial : seuls les grosses chaînes, les franchisés et les fast-foods ont encore les reins suffisamment solides pour régler, rubis sur l’ongle, les loyers astronomiques.

Déterminés à avancer, épris de leur métier, Guillaume et Bart recentrent leurs activités place aux Oignons. En attendant un nouveau local qu’ils pourraient occuper, rue Négrier, en septembre. La qualité sera encore au rendez-vous. Pour le reste : « On espère que la clientèle nous suivra. »

Nous n’avons pas réussi à contacter la propriétaire.


http://www.lavoixdunord.fr/region/dans-le-vieux-lille-un-fleuriste-cueille-une-hausse-de-ia19b57398n1296550

Publication à durée illimitée

Signature : signature : vide
Crédits Photo : Photo Générique ou logo société
Sources : sources : vide
Origine : Veille – Curation
MATABI

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

Cet article a 1 commentaire

  1. Sur Paris c’est une folie bien plus grande, les prix sont exorbitants et en concurrence avec des chaînes de marques nationales ou internationales, impossible de lutter.

Les commentaires sont fermés.

PremierTech

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !