La reunion – rififi autour du salon du chiot

555

Vues

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La reunion – rififi autour du salon du chiot

La rédaction de JAF-info

Le salon du chiot a levé une vague d’indignation dans les rangs de la protection animale.

Leurs bénévoles sont désormais rejoints par des professionnels qui ont croisé la route de l’organisateur l’an dernier.

Rieul Lebreton a voulu tester la réaction des Réunionnais, comme il l’a dit lui-même, en lançant le premier salon du chiot. Un pari osé au vu de l’état sanitaire des chiens à La Réunion. Durant son salon, il s’est vite retrouvé confronté à une opposition farouche de la PA.

Le lendemain de la fermeture du salon, Zinfos a été contacté par deux professionnels aux univers différents. L’un dans le fret, l’autre dans l’élevage de chiens. Les deux ont travaillé ou tenté de collaborer avec Rieul Lebreton en 2014.

La première société, métropolitaine d’origine, est installée dans notre département depuis trente ans. Le transitaire Gondrand Frères avait convenu, en janvier 2014, d’honorer la commande de transport de chiots issus d’élevages métropolitains vers La Réunion. Johanne Kalfon, la directrice pôle avion et maritime Réunion chez Gondrand, raconte la mésaventure que sa société a rencontrée.

Le transitaire avance les frais en surplus en faisant “confiance”

“Nous avions reçu une commande de transport pour 8 chiots de la part de M. Lebreton. Le jour du départ, nous nous sommes retrouvés avec 30 chiots”. La compagnie aérienne a évidemment refusé les chiens en soute car ils étaient “trop nombreux par cage”. Normal, “il faut savoir que nous sommes soumis aux règles IATA et aux conditions des compagnies. Nous étions ce jour-là un vendredi et notre société est fermée le week end. Sous la pression, puisque notre conscience professionnelle fait que nous tentons d’éviter de faire patienter des animaux qui sont déjà en stress, nous les avons fait passer avant tout autre chose. Nous avons donc fonctionné à la confiance avec M. Lebreton.”

Dans la manoeuvre, la société spécialisée dans le transport du vivant décide de solliciter exceptionnellement un déclarant en douane le samedi matin pour permettre un départ des fameux lots de chiens de race au plus tôt. L’ardoise s’est donc alourdie en conséquence au vu de la surcharge des chiens non prévus au départ.

Initialement, le fret était calé pour 400 kg et finira par atteindre 1,6 tonne. Rieul Lebreton ne règlera que la facture initiale. La société de transport Gondrand Frères portera plainte pour récupérer les frais avancés dans l’urgence pour le surplus de poids (soit 6.200 euros). Mais n’ayant pas produit de pièce comptable pour tracer ce surcoût – “et c’est notre faute aussi d’avoir fonctionné à la confiance” – le transitaire sera débouté le 22 juin dernier devant le tribunal de commerce de Saint-Denis. “Je veux simplement mettre en garde contre ce genre de pratique malhonnête”, ajoute Johanne Kalfon de la société de transit.

Incriminé par Gondrand, Rieul Lebreton tient logiquement un autre discours. “On a importé des animaux avec Gondrand. Les chiots sont arrivés à La Réunion, on a payé Gondrand qui nous avait demandé de payer tant. Et voilà que trois mois après, le transitaire vient nous dire que c’est un peu plus. 3 ou 4 jours après la première facture, je peux comprendre, mais je leur ai dit, c’est bizarre, vous le remarquez trois mois après. Ils ont perdu devant le tribunal”. La société Gondrand sera même condamnée à payer plus de 1.000 euros de frais de justice à la partie adverse. “Après, s’ils décident de faire appel de la décision du tribunal, c’est à eux de voir”, explique Rieul Lebreton.

“Il n’a jamais voulu que je contrôle ses élevages”

Autre mécontent : Cédric K’Bidi a quant lui l’œil averti de l’éleveur canin. Spécialisé dans la race dogue allemand, l’éleveur du Tampon est représentant de la race au cani-club de France. En clair, il se fait le relais des éleveurs métropolitains qui placent des chiots dans les élevages réunionnais. C’est à ce titre qu’il dit avoir tenté d’entrer en contact avec Rieul Lebreton courant 2014. “Il n’a jamais accepté que je vienne vérifier l’état des chiens dans ses installations”, déplore Cédric K’Bidi, pourtant mandaté par des éleveurs de métropole pour s’assurer du suivi des placements. “S’il n’a rien à cacher, pourquoi n’ouvre-t-il pas les portes de ses élevages ?”, demande-t-il. Selon l’éleveur réunionnais, ses homologues métropolitains commencent, depuis cet épisode, à regarder avec plus de méfiance avec qui ils font affaire désormais. Et encore plus depuis la création du salon du chiot qui est remonté aux oreilles de certains éleveurs métropolitains.

Pour Cédric K’Bidi, un éleveur passion se caractérise par l’élevage d’une seule race. Entre 2 à 3 races, cette pratique suppose pour lui le seul intérêt pour l’éleveur de pallier un manque à gagner sur une race. Au-delà, ce qui est le cas de Rieul Lebreton, il ne s’agit ni plus ni moins que d’”un marchand de chiens”. En tout cas, “avant le salon du chiot, je peux vous dire que beaucoup d’éleveurs que je connais affirment que M. Lebreton leur était inconnu dans le monde canin.”

Sans vouloir nous révéler le nombre de chiens qu’il a en élevage, Rieul Lebreton rappelle que 12 éleveurs marchent à ses côtés. Sont-ils en fait des salariés ? Ce que suppose Cédric K’Bidi au vu de ce qu’il appelle “l’usine à chiots” mis en place par son homologue, surtout intéressé “pour alimenter sa propre animalerie”.

“Ils sont tous capacitaires”, rétorque le gérant de Garden expo. Rieul Lebreton explique s’entourer de personnes sorties du chômage et à qui il a avancé les frais, de quoi vivre après que leur Assedic ait été coupé, avant que les élevages ne deviennent rentables. Soit deux ou trois ans selon la croissance de l’animal. “Quand vous êtes éleveur à La Réunion, vous ne pouvez pas vivre car les frais de vétérinaire sont élevés, On est condamné à travailler davantage”, affirme l’exposant jusque-là plus connu dans le milieu de l’horticulture.

Sa réponse à Cédric Kerbidi est frontale. “Je ne veux plus entendre parler de lui. On ne construit pas l’élevage canin à La Réunion avec ce comportement malsain et méchant”, poursuit l’organisateur du salon du chiot qui ressort une histoire de non paiement de deux dogues allemands à un éleveur métropolitain (M. Dos Santos) par Cédric K’Bidi.

“On prépare la riposte”

Rieul Lebreton rappelle, devant les doutes portés face à son activité d’”usine à chiots” selon ses détracteurs, qu’il a toujours privilégié les éleveurs réunionnais avant de passer par des commandes en métropole. Autre garantie qu’il apporte : “j’ai été contrôlé. Tous les chiots sont là. Pourquoi ne visent-ils pas plutôt les ventes sans contrôle sur Le Bon Coin ? Nous avons douze personnes capacitaires. Les installations sont ventilées, climatisées, chauffées. On ne peut pas faire mieux. Alors s’ils estiment que je ne suis pas éleveur…”, reste-t-il dubitatif.

Selon Rieul Lebreton, ces attaques sont essentiellement l’oeuvre de petits éleveurs. De la jalousie mal placée face à un concurrent qui dérange en organisant le premier salon du genre dans l’île ? “Le métier d’éleveur est très dur. Si ma fille n’avait pas été docteur vétérinaire, je ne l’aurais pas fait”, avoue-t-il. “Pourquoi ils n’ont jamais organisé de salon ?” renvoie-t-il la balle.

“Bientôt on prépare la riposte sur la qualité du travail”, promet-il par ailleurs. “Chaque éleveur aura chez nous son panneau comportant adresse, numéro d’enregistrement à la chambre d’agriculture et son certificat de capacité”.

Assez pour rassurer les éleveurs métropolitains qui surveillent ce qui se passe ici ?

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Membre : C2F - Aucun actionnariat ou intérêt dans une société. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Ludovic GRONDIN – ZINFOS974.COM

Sources :

http://www.zinfos974.com/Les-pratiques-du-gerant-du-salon-du-chiot-refont-surface_a89047.html http://www.clicanoo.re/483781-les-chiots-aussi-ont-leur-salon.html http://reunion.orange.fr/actu/reunion/un-salon-qui-divise-les-amis-des-animaux.html

Durée de publication :

  • Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée.
  • Publication pouvant être à durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé”
  • Publication limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo - Audio - Réseaux sociaux

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo

Le téléchargement de photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Vous aimez JAF-info ?
Rejoignez les abonnés !

Recevez les dernières actualités chaque jour dans votre boîte mail

C'est gratuit 😉

JAF

Publicité -Autopromo

Commenter :

JAF

Publicité -Autopromo

Accès rapide

Menu
Menu

En ce moment

” Au lieu de conforter vos opinions 
plutôt éclairer vos choix  ! “​

JAF-info

Jardinerie Animalerie Fleuriste

Site de presse en ligne et réseau social

Une publication des Editions Média-Talents – Paris

Surligneur de Talents ! ®​

Vous aimez JAF-info ? L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !