.

Publicité - Pack Impact

Jardy Berry – Jardiland – Les clients veulent du prêt-à-fleurir, du plaisir rapide. Le client veut tout, tout de suite !

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Au printemps, l’activité des jardineries est toujours florissante. Si, malgré la concurrence, le végétal reste leur cœur de métier, les spécialistes du jardin cherchent à se démarquer avec de nouveaux services et rayons.

Un client à la recherche d’un pot par-ci. Un autre en quête d’un chèvrefeuille par-là. C’est le printemps et les allées des jardineries grouillent. « Mais la haute saison est derrière nous, glisse une voix au milieu des fruitiers. Le prochain pic, moins important, aura lieu en automne. »

« Avant, le particulier achetait un arbre à l’automne, conscient qu’il fallait laisser le temps à la nature d’œuvrer et au système racinaire de se développer en hiver. Maintenant, le client veut tout, tout de suite : un arbre qui prend racine et qui fait des fleurs, avec ce risque qu’il peine à se développer ».

Ces quinze dernières années, Philippe Gangneron, responsable de Jardy Berry, route de Vierzon à Saint-Doulchard, a constaté un phénomène qui touche les jardineries : le glissement des saisons de consommation. « Les ventes à l’automne sont en chute libre. Avant, le particulier achetait un arbre à l’automne, conscient qu’il fallait laisser le temps à la nature d’œuvrer et au système racinaire de se développer en hiver, poursuit-il. Maintenant, le client ne veut plus acheter un simple bois. Il veut tout, tout de suite : un arbre qui prend racine et qui fait des fleurs, avec ce risque qu’il peine à se développer ».

Les grosses ventes autrefois automnales se reportent sur le printemps

Même constat de l’autre côté de l’agglomération, à Saint-Germain-du-Puy, chez Jardiland. « C’est à l’image de la société. Il faut que tout aille plus vite. Les clients veulent du prêt-à-fleurir, du plaisir rapide, abonde Stéphane, responsable du secteur jardinage dans l’enseigne de la route de La Charité. Les grosses ventes autrefois automnales se reportent sur le printemps. » Résultat des courses : la saison pèse plus de 50 % du chiffre d’affaires annuel des jardineries.

Toilettage, apiculture et expert à domicile

Ce qui ne change pas, c’est le cœur de métier, le végétal, qui représente la majorité des ventes. Mais dans un secteur stagnant, météo-dépendant et hyperconcurrentiel – le gâteau est partagé avec les grandes surfaces de bricolage et des grandes surfaces alimentaires –, Jardiland a fait le pari de la diversification.

« Le végétal représente encore 60 % de notre chiffre contre 40 % pour l’animalerie et la décoration, poursuit le vendeur. Le remodelage de notre magasin, en 2016, a été l’occasion d’évoluer, de répondre à une demande grandissante, notamment avec la mise en place du toilettage canin. »

Une palette de services vouée à s’élargir – aucune date n’a été communiquée –, la marque venant de signer un partenariat avec la start-up Gaarden, afin de proposer l’intervention d’un expert au domicile des clients qui ne souhaitent pas mettre les mains dans la terre.

« Tout l’univers du jardin se retrouve en rayon, du bulbe à l’arbre, du vêtement aux croquettes pour chat, animal qui contribue à l’équilibre en chassant le mulot »

Chez Jardy Berry, où « tout l’univers du jardin se retrouve en rayon, du bulbe à l’arbre, du vêtement aux croquettes pour chat, animal qui contribue à l’équilibre en chassant le mulot », Philippe Gangneron a, lui, opté, afin de se démarquer, pour le développement d’un rayon apiculture. Par conviction « parce que je suis conscient de l’importance de l’abeille » Mais aussi par anticipation. Dès le 1 er janvier 2019, les produits phytosanitaires ne seront plus disponibles à la vente pour les particuliers.

Publication à durée illimitée

Signature : Benjamin Gardel – LEBERRY.FR
Sources : https://www.leberry.fr/bourges/economie/commerce-artisanat/2018/06/13/les-habitudes-dachat-ont-considerablement-evolue_12884136.html#refresh
Origine : Veille – Curation
PremierTech

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Votre opinion :

Laisser un commentaire

POETIC

Publicité - Pack Premium

Autopromo

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent