Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Fnphp – brevets europeens : vers une appropriation inacceptable

LES ENTREPRISES HORTICOLES EN SITUATION D'URGENCE | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr
50

Vues

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents. Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature, du Bien-être et de la Décoration ! Confiance et indépendance : Membre : C2F

Après des années de tergiversations, la Grande Chambre des recours de l’OEB (Office Européen de Brevets) s’est prononcée en faveur de certains brevets concernant les brocolis et les tomates.

Dans sa conclusion du 25 mars 2015 (décisions G2/13 et G2/12), elle confirme ainsi qu’un produit obtenu par un procédé essentiellement biologique est brevetable (croisement naturel par exemple).

Nos métiers de l’horticulture ornementale sont concernés.

Cette conclusion ne fait que renforcer la pratique actuelle en termes de brevets sur les plantes en Europe. Certaines entreprises possèdent actuellement quelques brevets sur des caractéristiques dites naturelles. Demain, ce seront quelques dizaines voire quelques centaines de brevets qui seront déposés sur tous types de végétaux.

Ainsi, des caractères naturels isolés et qui obtiendront une protection par brevets, obligeront toutes les entreprises produisant des variétés présentant ces mêmes caractéristiques (naturelles rappelons-le) à obtenir un droit à produire et devront acquitter une licence.

Une solution politique semble plus que jamais importante.

Seules les entreprises suffisamment armées financièrement pourront protéger « en masse » bon nombre de caractères naturels et ainsi s’approprier des biens naturels, jusqu’à lors propriété de tous, producteurs comme consommateurs.

A moyen terme, c’est tout l’aval de la filière qui se retrouvera entre les mains d’un nombre restreint de grands groupes. Ils seront alors en mesure de décider de la dépendance des producteurs à leur égard grâce à la maîtrise des coûts. Sortis du champ concurrentiel ces coûts dépendront alors du seul bon vouloir de quelques entreprises.

Le principe payer pour produire se voit généralisé.

La FNPHP défendra l’arrêt pur et simple de la brevetabilité sur les gènes natifs au niveau français comme au niveau européen.

Il ne peut être tolérer la mainmise de quelques-uns sur ce qui fait aujourd’hui la richesse variétale de notre secteur. Rappelons qu’il existe un système adapté à la protection variétale sur les produits végétaux ornementaux via le Certificat d’Obtention Végétale (COV). Certificat qui permet à tout à chacun d’avoir accès aux variétés protégées à des fins de création variétale et de commercialisation de ces nouvelles variétés. La FNPHP soutient le système des COV face à celui des bio-brevets.

Publication à durée illimitée

Signature : FNPHP
Origine : Communiqué de Presse
MATABI

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

SDV

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !