Vivez le troisième jour du congrès international des jardineries à Toronto, Canada. En direct un reportage réalisé grâce à Manuel RUCAR de l’agence Chlorosphère, rare représentant français au Canada.

Igcc2018 prague

Jour 3 du Congrès international des jardineries

A mesure que les visites se poursuivent, une conclusion émerge dans les esprits des participants : selling is service. Les jardineries qui ne peuvent pas lutter contre les prix des box stores (grandes surfaces), doivent proposer un maximum de services et de garanties aux consommateurs.

 

Pour exemple en fonction des achats complémentaires (engrais surtout), de l’âge des sujets achetés et de la date de plantation, les jardineries proposent ou offrent des garanties allant de 2 à 5 ans sur la petite pépinière et …..des garanties “constructeur” à vie sur les gros sujets et le manufacturé.

La France : Record du prix le plus élevé pour les annuelles en godet

Prix annuels en godet

Quelques chiffres sont aussi comparés entre les pays par l’organisation internationale des jardineries qui indique que nous avons en France le prix le plus élevé pour les annuelles en godet (à titre de comparaison une potée d’annuelles fleuries dans un pot de 8 litres est vendue autour de 15-17 euros ici au Canada. En Italie, le pays où elles sont reportées comme étant les moins chères, le godet d’annelles est vendu 60 centimes d’euros.

La France – Record remarqué – le végétal est en dessous de 50% du CA

France en souffrance

La France et l’Espagne comptent parmi les pays où le pourcentage des ventes sur le végétal passe sous la barre des 50% du C.A. (moyenne internationale à 49%) contre 70% aux États Unis.

Le dernier du classement est le Royaume Uni avec sa diversité de produits et services proposés dans les garden centers (il n’est pas rare d’y voir restaurant, coiffeur, fourniture d’équitation, etc…).

La France a été citée comme l’un des pays où le commerce jardin est le plus en souffrance dans le monde, contrairement à la Chine qui enregistre une croissance insolente.

Pour les États Unis (en croissance sur le jardin) et l’Afrique du Sud (en souffrance économique actuellement) le marché le plus prometteur avec des milliards de dollars de recettes non atteintes, est celui des nouvelles générations.

Pour ces générations, le concept même de jardineries est obsolète.

Pour ces générations, le concept même de jardineries est obsolète. Elles assimilent ce modèle à un immense buffet en libre service, sauf qu’elles se savent absolument pas différencier une entrée d’un dessert et donc perdu face à la diversité d’un même type de produit.

L’avenir de la jardinerie est assurément au choix : proposer une carte restreinte, qui donne envie, accompagne la découverte, à l’instar de tous ces restaurants branchés surpeuplés de jeunes en quête de découvertes sous un modèle inspiré par les plus fameux comme Gordon Ramsay ou Jamie Oliver.

La fin d’un modèle “all you can eat” qui correspond aux personnes nées avant les années 70, vers un modèle de suggestion de l’offre qui privilégie l’inspiration et le juste prix.

Mise en scene

Pour exemple, dans la jardinerie Terra où toutes les têtes de rayons sont thématisées, une responsable merchandising est embauchée à plein temps pour guider les employés sur la mise en scène de l’espace de vente. Les coûts humains sont presque deux fois plus élevés qu’en France car davantage de personnel (la différence est flagrante en parcourant les allées) mais la démarque beaucoup plus faible et la rotation des produits plus soutenue.

Au Canada, le commerce jardin emploie 132 000 personnes soit le double de l’industrie nucléaire nationale sur un territoire plus grand que l’Europe. Le métier de vendeur en jardinerie est d’ailleurs reconnu comme l’un des 50 métiers “red seal”(sorte de label rouge professionnel).

Le métier de vendeur en jardinerie est d’ailleurs reconnu

Pour finir sur ces considérations économiques, les Etats Unis expérimentent un nouveau système d’assurance jardin pour assurer le particulier contre les intempéries,  les maladies ou les sécheresses, créant ainsi un nouveau modèle économique profitable aux jardineries qui deviennent occasionnellement les réparateurs de ces jardins prépayés à reconstruire…

 

Programme de la journée 3 :

Pour en savoir plus sur le programme cliquez ici

 

A suivre les reportages de Manuel chaque jour sur JAF-info ….

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 5

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 4

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 2

[Photo] Manuel Rucar – Congres International des Jardineries – Toronto 2017

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 1