Vivez le second jour du congrès international des jardineries à Toronto, Canada. En direct un reportage réalisé grâce à Manuel RUCAR de l’agence Chlorosphère, rare représentant français au Canada.

 

Quelques faits sur le commerce jardin au Canada

Le premier constat est que le manufacturé est très peu présent en jardinerie. Le secteur du paysage au particulier est beaucoup plus réduit qu’en France, en réaction les canadiens accessoirisent peu leur jardin mais utilisent beaucoup de végétaux structurants, pas nécessairement ornementaux.

Depuis 25 ans, une nette tendance à l’utilisation des plantes natives est observée sur le territoire. Les pépiniéristes produisent leurs propres champs à partir de germination naturelle. Les chênes et érables sont les meilleures ventes en pépinière.

Les mois où la majorité des ventes se concentre est mai (32% du C.A. annuel)

La zone de chalandise est en moyenne de 50 km (pouvant aller jusqu’à 100 km pour une jardinerie de 6 à 8000 m2). La vitesse est limitée à 100 km/h et les distances au Canada sont très grandes.

 

 

Le top 5 des ventes :

  1. arbustes
  2. vivaces
  3. annuelles
  4. matières pour le paysage (roche, gravier, substrats)
  5. poteries (sans compter les potées fleuries)

Le panier moyen est de 200 dollars canadiens soit 137 euros.

En effet, les garden centers restent focalisés sur le végétal et s’étendent sur l’univers du Noël. Contrairement en France, les animaleries sont traitées par le hardware (bricolage et aménagement).

Pour les jardineries les plus grandes, on note que l’univers de Noël entre dans le top 3 des ventes et que novembre devient ainsi le troisième mois le plus rentable après mai et juin.

Le coût du travail au Canada représente 23% des dépenses (entre 11 et 28 dollars canadiens de l’heure). Les pépiniéristes emploient de la main d’œuvre essentiellement mexicaine pour les préparatifs de saison et ont une activité majoritairement tournée vers les jardineries.

Les dépenses en communication s’élèvent à 3% du total des coûts d’une structure.

La plupart du temps, les points de vente limitent le nombre de fournisseurs ce qui fait leur singularité et explique que les producteurs sont pour la majorité à taille industrielle et très bien outillés.

Si le marché reste prospère avec une marge entre 45 et 55%, la menace vient de la désertification des zones rurales et de la diversification des food centers qui intègrent de plus en plus facilement du végétal.

Congrès : Les points de développement qui émergent :

  • exemple des jardineries urbaines en Espagne
  • développement des corners shop aux pays nordiques
  • essor des contrats de fleurissement en Australie
  • optimisation du cross retail au Japon
  • développement des produits locaux aux États Unis

Pour le canada qui bénéficie d’un attrait naturel du consommateur pour la nature (en témoigne la quantité impressionnante de campings « nature » dans les environs des villes), il est aisé de répondre à une demande déjà formulée.

La contrepartie est qu’il semble vain de séduire le consommateur aguerri par des campagnes marketing poussées. Dans ce jeux, ce sont donc les obtenteurs qui sont les marques fortes du paysage commercial : proven winers ou monrovia sont donc des “inspirateurs” puissants et ont une communauté de followers très active sur les réseaux sociaux à partir des tutos orientés déco/inspiration et non pas “papi jardinier rabat-joie”.

Le Canada avec ses paysages sauvages, ses villes denses (plus de 6 millions d’habitants à Toronto), son esprit américain et sa volonté de faire au mieux possible se construit comme une société jeune (le Canada fête seulement ses 150 ans d’existence) qui respecte son environnement (pas de vente de bouteille ni sac en plastique) et dans un environnement très propre et calme.

Le tour continue demain pour explorer les traductions business de ces organisations.

 

Programme de la journée 2 :

  • niagara falls area
  • winkelmolen nursery, découverte d’un pépiniériste XXL
  • retail tour dans le downtown toronto, à la découverte des concepts store d’une ville en plein essor

Pour en savoir plus sur le programme cliquez ici

A suivre les reportages de Manuel chaque jour sur JAF-info ….

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 5

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 4

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 3

[Photo] Manuel Rucar – Congres International des Jardineries – Toronto 2017

Exclusif – Manuel Rucar Chlorosphere – Envoyé spécial au Congres International des Jardineries – Toronto 2017 – Jour 1