Publicité – Pack Impact

Publicité – Pack Impact

Brand Wagenaar – La course aux prix bas est un suicide collectif

BRAND WAGENAAR - SA VISION DES PERSPECTIVES 2014 ! | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr image 2
157

Vues

EVERGREEN

Publicité - Pack Premium

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Wijbrand WAGENAAR

Wijbrand WAGENAAR

Analyste expert des filières horticoles - Analyst in ornamental horticulture MEDIOFLOR SARL- Spécialité recherche tendances production, mise en marché et évolution consommation pour les métiers de l’obtention, de la production, du négoce et de la distribution des secteurs de l’horticulture ornementale Specialization : Research on trends and évolution of consumption of the production, negotiation and distribution in the ornamental horticulture sector Expert des Pays-Bas Curieux de comprendre les évolutions du monde qui nous entourent et plus particulièrement l’évolution économique probable et ses conséquences sur la consommation en France. Je suis plus précisément intéressé par tout ce qui touche les filières de l'horticulture ornementale en Europe, et je travaille en réflexion prospective pour pouvoir assister les acteurs de l'obtention, de la production et de la distribution dans ces filières.

Il est de bon ton, dans cette période économique dominée par des promotions toute l’année, de montrer sa force dans les négociations pour mettre en avant sa capacité à proposer des prix toujours plus tirés en rayon, soi-disant dans l’intérêt des consommateurs.

Personne n’osait encore trop mettre en avant l’effet dévastateur de ces pratiques et le fait qu’en fin de compte, tout le monde y perd. D’autant plus que la production n’est pas excédentaire, et que le printemps risque d’être assez long.

Les coûts cachés des prix bas sont énormes, baisse importante du nombre d’entreprise de production, les entreprises ne sont plus transmissibles faute d’attractivité et de rentabilité. La distribution qui se fait une guerre auto destructrice n’en profitera pas, et même les consommateurs n’y retrouvent pas leur compte, les prix tirés étant bien souvent synonymes de baisse de qualité, de service et source de non satisfaction.

Mais progressivement, le vent tourne. En partie grâce à certaines émissions de télévision, ou suite à des articles de presse, la conscience collective commence à entrevoir les conséquences des coûts non visibles causés par des prix toujours plus tirés. Les termes « prix bas », « prix choc », « prix cassés » disparaissent petit à petit des rayons pour être remplacé par les termes de « prix justes », « prix transparents », « prix développement durable ».

L’enseigne Leclerc commence à parler de prix juste au lieu de prix bas, Lidl monte en gamme, des enseignes spécialisées mettent en avant la transparence de la répartition de la marge et paradoxalement elles augmentent leur taux de fréquentation et de satisfaction client.

A lire l’étude « Le vrai coût des prix bas » présentée par Next Practice et Mes courses pour la planète.

Publication à durée illimitée

Signature : Brand Wagenaar – Analyste Expert des filières horticoles
Crédits Photo : Photo Générique ou logo société
Sources : -http://www.medioflor.com/
Origine : Editorial – Billet d’humeur (Original)

Publicité - Pack Premium

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !

Votre opinion :

Cet article a 1 commentaire

  1. Les prix bas ont mené l’horticulture et la pépinière française sur les mêmes sentiers que notre feue industrie nationale..
    En jardinerie ou distri la ‘com’ a changé…Mais la ‘com’ ne fait pas tout.
    A y regarder de plus près dans les rayons si les plantes pouvaient parler..le français serait considéré comme langue morte.
    Il suffit de regarder les codes barres pour se rendre compte du désastre. Désastre économique mais aussi de plus en plus écologique (pyrale du buis, cynips, ver de terre exotique, Xylela, plantes invasives), et si comme pour les produits frais on analysait les molécules chimiques on prendrait certainement peur.
    Désolé de jouer les Cassandre ou les gilets jaunes mais la ‘com’ à tout va pour se justifier de vendre de la poudre aux yeux par les temps qui courent on n’en voit trop, beaucoup trop.
    Une ‘COM’ juste et efficace serait peut être d’imposer l’origine géographique de PRODUCTION comme pour les fruits et légumes. Au consommateur de faire son propre choix.

Laisser un commentaire

Publicité - Pack Premium

JAF

Publicité -Autopromo

A lire aussi :

Le + Récent

L'actualité chaque jour dans votre boîte mail

Réservé aux Professionnels !