L'info pour les pros !

10 Ans
De sangosse – fabries – amiflor – acteurs de la chimie verte
918
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Produits > De sangosse – fabries – amiflor – acteurs de la chimie verte

De sangosse – fabries – amiflor – acteurs de la chimie verte

UPJ

Sur ses trois sites tarnais, Amiflor produit et conditionne des engrais 100% matières naturelles, en granulés à Graulhet, solubles et liquides à Lavaur, pour l’agriculture, les espaces publics et les jardins.

Jardiniers du dimanche ou professionnels utilisent, sans le savoir, des produits issus des usines tarnaises pour des marques renommées comme : Scotts, BHS, Oxadis Vilmorin, Masso, Bayer, Or brun, Compo, Novajardin, ou Florendi.

La SAS a depuis longtemps signé des partenariats historiques avec la distribution : Truffaut, Apex magasins verts, Vilmorin, Leroy Merlin, Nalods, Castorama, Gamm vert, etc..

L’entreprise vient d’investir deux millions d’euros dans son usine de Graulhet qui abrite le centre de recherche, sur le territoire de Tarn&Dadou, dans la Z.I. de Rieutord. Une R&D qui représente 30% des 15 millions d’euros de chiffre d’affaires.

10% sont consacrés au développement des compléments en chimie de synthèse, nouveau challenge posé à l’agriculture.

« Cet investissement était nécessaire pour augmenter notre productivité et mettre en place un système de traitement des rejets atmosphériques », explique Pascal Henry, le directeur général.

Une saga familiale

Amiflor emploie aujourd’hui 48 collaborateurs (plus un volant de saisonniers). C’est une de ces entreprises tarnaises qui sont le fruit d’une saga familiale, ancrée sur son territoire d’origine.

Tout a commencé en 1928, avec Jean Moulières, le grand-père de Pascal Henry, l’actuel directeur, alors négociant en produits agricoles à Lavaur. Puis c’est au tour de Jean-Michel Fabries, son cousin de reprendre l’activité dans les années 80.

Les deux sites vauréens, situés aux Cauquillous, produisent des engrais solubles et enrobés dans le premier (6.000m²) et liquides dans le second (12.000m²), respectivement conditionnés sur place.

Reçues en big-bag, les matières premières en provenance de l’Europe, dont notamment de la farine de plumes de volailles, de la pulpe d’olives ou pour le minéral, du phosphate monoammonique, font l’objet d’une traçabilité à chaque étape de leur transformation.

La moitié de la production (trois millions de boîtes) part à l’étranger via les grandes marques qui les utilisent.

Acteur de la chimie verte

Filiale du groupe de Sangosse depuis 2009, la société Fabries-Amiflor l’est également de la Financière Agronutrition. Lors d’une visite de l’entreprise, Cédric Cabanes, président du cluster régional et d’Amiflor souligne : « Tout le cluster promet une chimie respectueuse des douze principes de la chimie verte basée sur des produits non nocifs, avec peu d’effluents.

L’avenir passe par cette chimie qui n’impacte pas l’environnement ».

Egalement membre de l’Union des entreprises pour la protection des jardins et des espaces publics*, Amiflor mise sur ses produits utilisables en agriculture biologique.

Pour Jacques My, directeur général de l’UPJ : « La complémentarité entre la chimie et le naturel demande un réel savoir-faire. Les secteurs jardins amateurs et professionnels représentent environ 5% des tonnages de produits phytopharmaceutiques utilisés en France.”

Et il conclut : “Cela représente 12.000 points de vente de produits de jardin pour amateurs sur toute la France, 2.000 emplois directs en France liés à la production et à la commercialisation de terreaux, amendements organiques, engrais et produits phytopharmaceutiques et 260 millions d’euros de chiffre d’affaires ».


LADEPECHE.FR – Les craintes de toute une filière

C’est au cœur de la société Amiflor que l’UPJ (Union des entreprises pour la protection des jardins et des espaces verts) a invité les parlementaires pour faire découvrir ses missions, ses actions et son expertise.

Amiflor, qui compte 2 000 emplois directs en France liés à la production et à la commercialisation de terreaux, amendements organiques, engrais et produits phytopharmaceutiques, présente un chiffre d’affaires de 260 millions d’euros.

Les professionnels ont pu faire part aux élus de leurs inquiétudes quant au projet de loi dite «Loi Labbé».

De l’arrivée des matières premières sur le site de Graulhet jusqu’aux conditionnements sur celui de Lavaur, les élus ont pu découvrir le mode de fabrication au sein d’une entreprise qui depuis 1928 œuvre dans la distribution de produits agricoles et qui compte 48 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros.

Les produits conditionnés dans la zone d’activité des Cauquillous concernent aussi bien l’agriculture que les espaces publics ou les jardins particuliers. Fertiligène, Or brun, Naturen ou KB, produits bios ou de synthèse -distribués par Truffaut, Leroy-Merlin, Castorama ou Gamm Vert, entre autres- prennent naissance ici.

Après la découverte ses sites l’UPJ, l’AAPP (Association des applicateurs prestataires phytosanitaires) et le CETEV (Centre d’Expertises en Techniques Environnementales et Végétales) ont pu faire part aux élus de leurs craintes quant au projet de loi et soulever ses contradictions tout comme celles des règlements en vigueur.

L’exemple le plus frappant est celui de la «bouillie bordelaise» à la toxicité avérée qui peut être utilisée en agriculture biologique contrairement à certains produits de synthèse inoffensifs.

Une des principales craintes pour l’UPJ réside dans l’interdiction pour les personnes publiques d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des voiries. C’est à ce titre que Claude Fita, maire de Graulhet, était notamment présent durant ces échanges. Le député Jacques Valax, seul à avoir répondu à l’invitation au débat, était représenté par sa suppléante. Claire Fita a pu prendre note de ces inquiétudes et de ces incohérences pour en alerter le parlementaire.

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Anne-Marie BOURGUIGNON – TOULECO-TARN.FR / LADEPECHE.FR
Sources :

http://www.touleco-tarn.fr/Amiflor-un-des-principaux-fabricants-europeens-d-engrais-pour-le,16205
http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/02/2079140-les-craintes-de-toute-une-filiere.html

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
DIGIFLOR Publicité - Pack Premium
LARBALETIER Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info