L'info pour les pros !
Compagnon des saisons – tourcoing – nouvelle jardinerie !
1108
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Entreprises > Compagnon des saisons – tourcoing – nouvelle jardinerie !

Compagnon des saisons – tourcoing – nouvelle jardinerie !

LILLE - LA JARDINERIE COMPAGNONS DES SAISONS EST FINANCÉE  | www.Jardinerie-Animalerie-Fleuriste.fr

C’est la première enseigne commerciale à annoncer son arrivée à l’Union.

Les Compagnons des saisons ont pour projet d’ouvrir une jardinerie le long de la rue de Roubaix dans les anciens locaux du peignage de la Tossée, dans un îlot qui mêlera habitat entreprises et commerces et à deux pas du parc urbain qui fleurira près de Kipsta. Un pari pour cette société créée en 1960, implantée à Hellemmes et Wambrechies. À Tourcoing, elle vient se frotter aux « mastodontes » belges. Rencontre avec Jean-Pierre Richard, directeur général des Compagnons des saisons.

Où en est votre projet d’installation à l’Union ?

« J’ai signé un protocole d’accord avec la communauté urbaine et la SEM Ville renouvelée pour venir à moyen terme. Vraisemblablement à partir de 2016. Nous en sommes encore au mûrissement du projet car rien n’est prévu spécifiquement pour des équipements comme le mien. L’emprise foncière n’est pas encore clairement définie. Il faut une adaptation du lieu et une adaptation du concept. À Wambrechies, nous sommes plutôt en périurbain et ce modèle n’est pas duplicable en centre-ville ou à deux pas comme Tourcoing. Je n’aurai pas de jardin par exemple. »

Pourquoi s’installer à l’Union ?

« J’ai une démarche de développement sur la métropole et en fonction des différents lieux d’implantation, il pouvait être intéressant d’avoir un plus petit établissement sur cette partie de la métropole. Nous n’accueillons pas de clients du Versant Nord-Est, ni à Wambrechies, ni à Hellemmes. Cela me permet d’avoir un complément de couverture géographique. Mais nous sommes très en amont du projet. »

Où vous installerez-vous ?

« La SEM ville renouvelée a prévu de rénover l’ancien bâtiment du peignage qui longe la rue de Roubaix. Il y a matière à ce que je m’installe dans une partie du rez-de-chaussée, il faut également que j’installe des serres car je fais des plantes, et pour faire des plantes, il faut de la lumière… Or, dans un rez-de-chaussée de bâtiment, je n’ai pas de lumière. C’est un vrai challenge. Mais je suis plein d’espoir quand je vois Kipsta qui a mis six ans pour arriver à bon port… Moi cela fait seulement un an que je suis sur ce dossier, alors je me dis que tout est possible. »

Ne craignez-vous pas la concurrence belge qui est juste de l’autre côté de la frontière ?

« La concurrence, on l’a déjà ici à Wambrechies. Cela fait cinquante-trois ans que l’on est installé sur la métropole lilloise. Mon principal concurrent, c’est Floralux à Dadizeele. Or Floralux c’est du hard discount, c’est une approche du marché par le bas, ce sont des produits dont le prix est en relation avec la qualité. Mes produits sont plus diversifiés plus qualitatifs. Et j’ai un rapport de prix en rapport avec la qualité que je vends. Je récupère des clients qui vont en Belgique parce que leurs plantes ne résistent pas. J’offre aussi du service.

On existe encore (nous sommes les seuls indépendants sur la métropole) alors que les frontaliers vont en Belgique depuis très longtemps. Aujourd’hui le consommateur en veut pour son argent, avec des services qu’il attend. Je suis ouvert le samedi et le dimanche avec la possibilité de se promener dans le parc. Je suis devenu le jardin public de la ville de Wambrechies. On fait aussi des ateliers à thème, il y a des classes qui viennent. J’amène une offre différente (livraison, reprise), un restaurant… On est des professionnels du végétal, les employés viennent de l’institut de Genech. »

Y a-t-il d’autres jardineries sur le Versant Nord-Est ?

« Non il n’y en a pas. Sur la métropole des jardineries d’une surface supérieure à 2 000 mètres carrés, il y en a quatre. Après il y a des petits points de vente ou des pépiniéristes. »

Pourquoi ?

« Parce que les Belges nous cernent. Et c’est une concurrence tellement féroce que c’est compliqué de résister. Floralux, c’est la plus grosse jardinerie d’Europe en chiffre d’affaires. Ils font 50 millions d’euros de chiffres d’affaires. Floralux c’est 3 500 places de parking et ils n’ont pas les mêmes règles, notamment d’urbanisme et fiscales. Pour la TVA, nous passerons à 10 % au 1er janvier ; la Belgique restera à 6 %. Cela crée de vraies distorsions. Ceci-dit avant, c’était aussi un problème avec le change.

Nous résistons parce que nous avons créé notre centrale d’achat depuis 2006. On réunit maintenant dix-sept jardineries en France. Une douzaine de personnes y travaillent. Nos achats groupés permettent d’avoir une force pour nous battre contre les Belges. Sinon on ne pourrait pas résister. »

Ne craignez-vous pas le projet Flamiflora à Dottignies ?

« Oui bien sûr, ce sont 17 000 m2 qui doivent sortir. Et pour moi c’est une vraie interrogation. À l’Union, je serai à six kilomètres à vol d’oiseau de ce truc-là. D’autant que le pouvoir d’achat à Roubaix-Tourcoing risque d’être limité. Cette population risque plutôt d’être preneur de prix bas, donc qui va aller courir en Belgique. Moi aussi je peux faire des prix bas mais j’ai beaucoup de personnel puisqu’on mise sur le service. Soixante-cinq personnes travaillent à Wambrechies. Mon approche passe bien ici à Marcq, Bondues… À Roubaix-Tourcoing, je vais devoir m’adapter à une autre clientèle. »

N’y a-t-il pas un risque également sur le Petit Menin ?

« C’est un autre point auquel je vais devoir m’adapter. C’est une zone qui va capter des flux. Heureusement, les aménageurs ont bloqué toute installation de jardinerie, sinon ce n’était pas la peine de m’installer.

Heureusement que j’ai Kipsta qui va attirer une clientèle. Sinon tous ceux qui fréquentent les centres commerciaux vont plutôt être aspirés par le Petit Menin qui est adossé à Auchan… On va adapter la surface à ce qui est possible de faire. On va être entre 2 et 3 000 mètres carrés. C’est sensiblement comme notre jardinerie d’Hellemmes. »

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : NORDECLAIR.FR – ANNE COURTEL
Sources :

http://www.nordeclair.fr/info-locale/tourcoing-une-jardinerie-doit-fleurir-sur-la-zone-de-l-union-ia51b0n335359

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
NOEL Publicité - Pack Premium
BARENGRUG Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info