L'info pour les pros !
Collectif anti-round'up a l'action !
667
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Collectif anti-round'up a l'action !

Collectif anti-round'up a l'action !

LOGO JAF-Info | Jardinerie Animalerie Fleuriste

téléchargement (61) Le collectif « Roundup non merci » [1] demande, comme son nom l’indique, aux enseignes comme Castorama, Gamm’Vert, etc. de ne plus vendre l’herbicide Roundup dans leurs magasins, considérant ce produit comme dangereux pour la santé et l’environnement [2].

Le collectif organise donc des « inspections citoyennes » dans les magasins, tente de discuter avec les directions, et sensibilise les clients à la problématique des herbicides.

Les actions en magasin ont commencé en 2012… Pour Castorama, un courrier avait été envoyé au préalable à la direction du groupe [3], demandant le remplacement de cet herbicide par d’autres produits « moins néfastes, par exemple le bicarbonate de soude », et indiquant que les directions des magasins contactées n’avaient pas répondu : « c’est pourquoi nous prenons contact avec vous, avant d’envisager d’autres actions non-violentes dans vos magasins. Nous sommes naturellement dans une logique de dialogue »... Mais apparemment, chez Castorama, dialoguer n’a pas le même sens…

Le 3 mai 2013, des militants se retrouvent à la Défense, à Paris, devant un magasin Castorama. Ils tractent et discutent tranquillement avec les passants… quand tout à coup, des vigiles les agressent. Ces derniers s’en prennent aussi à trois journalistes dont une caméra est détruite. Une plainte est déposée à l’encontre des vigiles mais aussi de l’enseigne, à titre de personne morale. « Une telle violence à l’encontre de militants pacifiques est incompréhensible de la part de Castorama. Les vigiles sont-ils formés à frapper tout citoyen ou journaliste qui viendrait poser des questions dérangeantes sur la toxicité des produits vendus par cette enseigne ? Une chose est sûre : la campagne Roundup Non Merci ne fait que commencer chez Castorama  a déclaré Rémi Filliau, porte-parole du collectif .

Rebelote. En juillet, une nouvelle action de sensibilisation des clients de Castorama tourne à la foire d’empoigne [4]. Comme le précise le collectif, « pour la deuxième fois, mais plus gravement encore que la première fois, des militants ont été agressés par des vendeurs de Castorama sous les yeux de leur direction. […] Une deuxième caméra vient d’être cassée, et quatre militants ont été brutalisés : strangulation, coup de poing, deux coups de boule, et de l’insecticide dans les yeux pour l’un d’entre eux ». Des méthodes qui ne font qu’accroître la détermination des militants, convaincus qu’elles sont les signes de la faiblesse de Castorama qui n’a pas d’arguments sérieux pour vendre ces produits toxiques. Plus inquiétant, selon les militants, certains policiers ont tenté de convaincre les militants agressés de ne pas porter plainte… Ils auraient même, dans un premier temps, refusé d’enregistrer une partie des plaintes, ce qui est illégal.

Notons que la mobilisation peut être plus « calme »… Lors de la manifestation contre Monsanto, le 22 mai, « Les Faucheurs du département mais aussi ceux de la Loire ont ainsi vidé le rayon de Roundup du magasin Castorama de Bron » [5]. De même une action à Brest, le 22 juin 2013, s’est déroulée sans heurts, même si le climat était tendu, pour ne pas dire hostile de la part du personnel et des vigiles.

Une pétition [6] a été signée par 34 717 personnes pour demander à Castorama de stopper la commercialisation du Roundup, mais l’enseigne continue à faire la sourde d’oreille… Le collectif rappelle que d’autres enseignes vendent aussi le Roundup, comme Leroy Merlin, Tridôme ou Jardiland.

Castorama expulse aussi

En juillet 2011, une centaine de militants ont mené une action au Castorama d’Anglet pour manifester leur soutien à l’expulsion violente des Indignés de Bayonne. Au début du mois, précise le communiqué d’ATTAC [7], « les forces de l’ordre sont venues expulser les Indignés de Bayonne de leur « maison du peuple », à Anglet, suite à une plainte de la maison mère de Castorama, dont la filiale Castorama Immobilier est propriétaire des locaux. Ce logement étant resté vide et non entretenu depuis plusieurs années, les Indignés de Bayonne l’avaient investi une semaine auparavant et avaient commencé des travaux de remise en état pour en faire une maison de la citoyenneté et poursuivre leur mouvement » . Les militants, auto-rebaptisés les « Résignés » pour l’occasion, ont donc décidé d’utiliser l’ironie pour exprimer leur mécontentement. En scandant des slogans, comme « Les logements c’est pas pour habiter, c’est pour spéculer », ces « résignés » ont félicité Castorama. Ils ont ensuite été « expulsés » par des comparses, organisés en brigade de clowns. Les « Résignés » étaient composés de membres de l’alter-village d’Attac et de militants du Bizi.

par Christophe NOISETTE , juillet 2013

 


Sources : http://www.infogm.org/spip.php?article5469

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : vide
Crédit photo : Photo Générique ou logo société

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
BYFLOX Publicité - Pack Premium

2 réponses

  1. Roundup : ces consommateurs qui refusent d’être des cobayes
    PAR SOPHIE CHAPELLE (16 JUILLET 2013)

    Le Roundup, herbicide le plus vendu au monde et produit phare de la firme Monsanto, est commercialisé dans des enseignes comme Castorama, Leroy Merlin, Jardiland ou Gamm’Vert. Les utilisateurs, qu’ils soient agriculteurs ou jardiniers amateurs, peuvent lire sur les bidons qu’ « utilisé selon le mode d’emploi, Roundup ne présente pas de risque pour l’homme, les animaux et leur environnement ». Pourtant, le Roundup a pour substance active le glyphosate, dont des études ont déjà montré la toxicité sanitaire et environnementale : l’exposition à cet herbicide systémique accentue le risque de fausses couches, de naissances prématurées, de malformations chez les nouveaux-nés ou de cancer.

    Le collectif « Roundup non merci » mène des actions dans les magasins depuis 2012, pour que cette vente cesse. Un courrier a notamment été envoyé à la direction du groupe de Castorama, demandant le remplacement de cet herbicide par d’autres produits « moins néfastes, par exemple le bicarbonate de soude ». Le collectif précise que les magasins contactés n’ayant pas répondu, il prend contact avec la direction du groupe, avant d’envisager d’autres actions non-violentes dans les magasins. « Nous sommes naturellement dans une logique de dialogue », conclut le collectif. Deux actions récentes, en mai puis en juillet, ont tourné à la foire d’empoigne entre les militants et les vigiles (voir la vidéo ici et le reportage de la TéléLibre). Une pétition signée par près de 35 000 personnes demande à Castorama de stopper la commercialisation du Roundup.

    Le Roundup est aussi dans la ligne de mire de l’association Bio Consom’acteurs qui vient de lancer une campagne nationale intitulée « Consommateurs pas cobayes ! » [1]. L’association rappelle que « les plantes tolérantes à l’herbicide Roundup (comme le soja) représentent 80% des OGM agricoles et sont faites pour être arrosées au Roundup, le premier pesticide du monde. » Suite à l’étude publiée fin 2012 par l’équipe du chercheur Gilles-Eric Séralini, Bio Consom’acteurs demande la mise en place d’un moratoire sur l’importation de tous les OGM, qui se retrouvent dans l’alimentation animale en grande quantité, et en particulier du maïs NK 603, ainsi que de l’herbicide Roundup. Une pétition est en ligne.

    http://www.bastamag.net/article3201.html

  2. je ne comprend pas pourquoi s’en prendre si fortement a Castorama alors que d’autre enseignes commercialise ce produit . maintenant ce n’est pas le seul produit nocif existant il y en a beaucoup d’autre la meilleur action que l’on peut avoir pour ne pas les voir évoluer c’est de ne pas les consommer .
    de plus je sais pour avoir beaucoup discuté sur les forum de jardinage ,que le but des amoureux du jardin est d’y mettre le moin de produit chimique possible .maintenant a nous de les conseiller dans ce sens car ils ne demande que ça .

Les commentaires sont fermés.

comptoir Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info