L'info pour les pros !
Bottier le chameau – une traversée du désert a venir !
545
Vues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
> Actualités > Produits > Bottier le chameau – une traversée du désert a venir !

Bottier le chameau – une traversée du désert a venir !

La PME de l’Orne, propriété d’un fonds d’investissement britannique, va disparaître dans quatre mois. Les 55 salariés dénoncent, une liquidation de l’appareil industriel, dans un but purement financier.

Un directeur aux abonnés absents, un propriétaire opaque, des salariés qui gèrent une production sans réel encadrement, et un fleuron du tissu industriel haut de gamme qui risque de se retrouver prochainement liquidé.

Cette fois, c’est sûr: le bottier Le Chameau, dont l’usine de fabrication est implantée à Cahan, dans l’Orne, connaît ses derniers jours de production avant une brutale fin d’activité. Depuis un mois en effet, les employés s’inquiètaient de l’absence de leur directeur, Stéphane Ziegler. Pour les salariés, qui continuent chaque jour la fabrication des bottes de caoutchouc centrées sur le créneau du haut de gamme, et qui travaillent, selon le quotidien Ouest France, sous la seule houlette d’un chef d’atelier et d’un cadre du bureau d’études, cette défection était déjà le signal que le comité d’entreprise extraordinaire de ce vendredi serait annonciateur d’une mauvaise nouvelle. L’objet de la réunion, «la situation économique et financière de la société et ses conséquences sur l’organisation de l’entreprise», faisait craindre le pire aux salariés. Les autorités locales dénoncent aujourd’hui «un immense gâchis pour l’économie ornaise et surtout, un drame humain pour 55 familles».

«Pas de stratégie économique»

Le bottier, propriété jusqu’en 2012 du groupe Lafuma, a traversé une première période de difficultés économiques en 2008, avec des craintes de délocalisation de l’activité au Maroc. Pour ne pas perdre le savoir-faire de l’une des plus belles PME du département (27 millions de chiffres d’affaires en 2013, 55 salariés), les actionnaires de Lafuma ont choisi de réorienter vers le haut de gamme la production de la botte en caoutchouc. Pour faire repartir l’activité, la société a bénéficé aussi d’une subvention de 98.000 euros du conseil général de l’Orne, et des aides européennes. Une stratégie qui a rencontré un certain succès, l’entreprise ayant recommençé à embaucher. Malgré tout, Lafuma a décidé de céder cette activité pour se recentrer vers son cœur de métier, les vêtements de sport, les sacs à dos et les toiles de tente.

C’est le plus offrant, Marwyn Management Partners, un fonds britannique investissant aussi dans les loisirs, la technologie ou les transports, qui a emporté la mise. Un repreneur plutôt mystérieux et qui s’est rapidement révélé inquiétant explique au Figaro, Philippe Senaux, conseiller départemental (Les Républicains) du canton où se situe Cahan et vice-président de la Commission économique. «Nous avons rapidement senti que Marwyn n’avait pas de stratégie économique pour l’entreprise. Il ne s’agit que d’un fonds qui cherche à faire une bonne affaire en liquidant l’entreprise, en délocalisant une partie de la capacité industrielle, et en revendant le patrimoine immobilier du site», déclare-t-il. Contacté par Le Figaro, Marwyn Management Partners n’a pas répondu à notre demande.

Objectif liquidation

Outre l’actionnaire – un pur financier -, l’arrivée en 2014 de Stéphane Ziegler à la direction de l’entreprise n’était pas non plus particulièrement rassurante. Celui-ci venait de quitter la tête de Bel Maille, une entreprise de textile près de Roanne rachetée cinq ans plus tôt, et qui a fermé après avoir divisé son chiffre d’affaires par quatre, avec 58 emplois détruits à la clef, et une réputation pour le dirigeant de «financier liquidateur» de la part de ses anciens employés.

Mais pour Philippe Senaux, son absence actuelle n’est pas le premier signe avant-coureur du désintérêt du repreneur, qui a d’ailleurs entraîné une baisse de l’activité préjudiciable pour les comptes de la société: «Marwyn a choisi d’arrêter la vente individuelle de nos produits pourtant profitables pour ne faire que de la vente en gros, et leurs dirigeants sont injoignables. J’ai mis un mois et demi en tant qu’élu pour pouvoir parler à quelqu’un». Plus troublant encore «pour s’occuper de la société, il y a un directeur des ressources humaines, un directeur financier mais il n’y a plus… de directeur commercial!»

Les salariés de l’entreprise sont désormais fixés depuis ce vendredi sur les projets de Marwyn. Certains ont plus de trente ans d’ancienneté et maîtrisent un savoir-faire pointu, mais sans possibilité de reconversion réelle dans la région. Et l’élu départemental, qui souligne «la collaboration des pouvoirs publics et des partenaires sociaux qui étaient même prêts à accepter un plan de réduction du personnel» pour sauver l’entreprise doivent se rendre à l’évidence de l’absence d’intérêt de Marwyn pour l’activité de Le Chameau: «On leur demande au moins d’essayer sincèrement de trouver un repreneur.

Les élus présents ont demandé une entrevue avec le directeur adjoint qui venait d’annoncer la fermeture du site. Marwynn serait prêt à céder le site de Cahan et même les machines puisqu’ils veulent organiser la production totale au Maroc.» Autre alternative pour les employés malheureux: reprendre le site sous forme de scop. «Nous allons étudier le problème», annoncent-ils.

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : LEFIGARO.FR
Sources :

http://www.lefigaro.fr/societes/2015/10/22/20005-20151022ARTFIG00176-sans-directeur-et-sans-projet-le-bottier-le-chameau-craint-de-disparaitre.php
http://www.lechameau.com/

Durée de la publication :

Sauf indication contraire toutes les publication sont à durée illimitée. A durée limitée : “brève” – “Article sponsorisé” – “Livres” (vie commerciale) – Limitée à la durée du lien : “Vidéo” – “Audio” – ” Réseaux sociaux”

Vidéo – Audio – Réseaux sociaux :

Des publications-curations peuvent provenir d’un lien “embed” ou “iframe” du site original  de diffusion. Vidéo (Youtube,  Viméo etc…), Audio et Réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc…). La rédaction de JAF-info ne peut s’engager sur la pérennité de cette publication ou de son accès. Si l’auteur d’origine supprime la publication sur le site original, celle-ci ne pourra plus être disponible ici. Conformément à la réglementation “Presse”, elles peuvent faire l’objet d’une extraction (copie écran, etc ) si elles ont un intérêt journalistique évident et probant.

Photo :

Le téléchargement de(s) photo(s) de Luc NAROLLES est librement autorisé par l’auteur sous réserve qu’il soit fait mention du crédit suivant : Luc NAROLLES – Surligneur de Talents – JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste – Média-Talents et l’indication de l’url source entièrement visible.

Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info
BARENGRUG Publicité - Pack Premium
BARENGRUG Publicité - Pack Premium
Accès rapide

En ce moment

JAF-info
Jardinerie Animalerie Fleuriste
Recevez chaque jour toutes les actualités avec JAF-info