JAF logo SVG2022

Analyse de l’Agriculture ABN AMRO au Pays-Bas – La production de la floriculture néerlandaise chutera de 20 % en 2023

339 vues
Publicité - Pack Impact

Le secteur agricole résiste malgré la hausse des coûts. Malgré une année exceptionnelle marquée par d’énormes augmentations des coûts de l’énergie, de l’alimentation animale et des engrais, la plupart des secteurs agricoles semblent bien résister. En effet, les prix de vente de nombreux produits agricoles ont suffisamment augmenté pour compenser la hausse des coûts.

Cependant, cela ne s’applique pas à tous les sous-secteurs et il existe également de grandes différences entre les entreprises. L’an prochain, une légère baisse de la demande en raison de la baisse du pouvoir d’achat pourrait exercer une pression sur les marges.

L’année écoulée a été caractérisée par des coûts élevés. Non seulement les prix de l’énergie ont augmenté, mais aussi les moyens de production, tels que les engrais artificiels et les aliments pour animaux, ont fortement augmenté. Les augmentations de coûts semblent maintenant avoir largement dépassé leur pic. Cela ne signifie pas que ces prix reviendront à la normale dans la période à venir. Ils devraient rester élevés. De plus, les coûts de la main-d’œuvre dans le secteur agricole augmenteront fortement l’année prochaine en raison de l’augmentation de 10 % du salaire minimum et de la poursuite des tensions sur le marché du travail.

Négocier des prix de vente plus élevés

Certaines filières ont réussi à compenser les fortes hausses de coûts en négociant des prix de vente plus élevés. Par exemple, le prix du lait cette année est en moyenne d’environ 50 % supérieur à celui de l’année dernière, les tomates sont payées en moyenne 15 % de plus et les œufs sont environ 20 % supérieurs au niveau de fin 2021. Bon nombre de ces produits sont entrés dans le marché croissant. prix au cours de l’année. Par exemple, selon l’Université de Wageningen, le prix des œufs fermiers a augmenté de pas moins de 80 % en septembre. Ces augmentations non seulement compensent les coûts plus élevés, mais dans certains cas offrent également de meilleurs rendements.

Faibles volumes de production de cultures de légumes ornementaux et de serre

Les volumes de production de l’ensemble du secteur agricole devraient chuter de 2 % cette année. Les principales causes de cette diminution sont les volumes de production plus faibles dans le secteur de la floriculture et la culture de légumes sous serre. Certaines de ces entreprises de ces deux sous-secteurs sont contraintes d’ajuster leur stratégie de culture en raison de la hausse des prix de l’énergie. Les serres sont moins éclairées ou, dans d’autres cas, les entrepreneurs ont complètement arrêté.

Pouvoir d’achat sous pression en 2023

Les consommateurs paient actuellement environ 14 % de plus pour leur alimentation par rapport à l’année dernière, tandis que leurs coûts énergétiques ont également fortement augmenté. Bien que l’aide gouvernementale apporte un certain soulagement, les consommateurs aux Pays-Bas et dans d’autres pays de vente importants accordent beaucoup plus d’attention au prix.

Jusqu’à présent, les dépenses de consommation ont été soutenues car certains consommateurs ont pu épargner pendant la pandémie. L’année prochaine, ce coussin sera plus petit et les dépenses seront donc plus sensibles à une forte inflation. En général, les consommateurs mangeront moins ou moins cher au restaurant, achèteront moins souvent des produits biologiques ou durables, passeront des produits de marque aux « marques de distributeur » et passeront des supermarchés à service complet aux supermarchés discount. Il y a aussi de fortes chances que la demande dans son ensemble diminue quelque peu. Le type de circuit ou le type de supermarché où sont vendus les produits agricoles influencera donc fortement les ventes en 2023.

L’économie de la zone euro en récession

Pour l’Union européenne (UE) dans son ensemble, ABN AMRO s’attend à une baisse du PIB de 0,9 % l’année prochaine. L’économie allemande souffre davantage de la crise énergétique et de l’inflation et devrait se contracter de 1,8 %. ABN AMRO s’attend à trois trimestres consécutifs de contraction de l’économie allemande à partir du quatrième trimestre de cette année. Pour le Royaume-Uni (UK), ABN AMRO s’attend à une baisse du PIB de 0,8 %. Le pouvoir d’achat dans l’UE et au Royaume-Uni continuera de baisser l’année prochaine car l’inflation sera encore assez élevée, en particulier au cours des premiers mois, tandis que les augmentations de salaires ne compenseront pas l’inflation.

Le Royaume-Uni est également confronté à une forte hausse des taux d’intérêt sur le marché des capitaux. Celles-ci exercent une pression sur les revenus, car un nombre relativement important de propriétaires ont des hypothèques à taux d’intérêt variables.

Les consommateurs plus soucieux des prix qui achètent également moins exercent en fin de compte une pression sur les prix tout au long de la chaîne alimentaire. La hausse des prix des produits agricoles s’arrêtera alors. Il sera donc intéressant de savoir si les prix de vente restent suffisamment élevés pour compenser l’augmentation des coûts. Une enquête de Statistics Netherlands (CBS) montre que de nombreux entrepreneurs agricoles ont désormais du mal à répercuter les coûts plus élevés sur leurs clients. Malgré une forte hausse des prix de vente, les entrepreneurs voient leurs marges sous pression. Les agriculteurs et les horticulteurs ont souvent une influence très limitée sur leurs prix de vente, ils dépendent de la tarification sur les marchés de vente.

Coûts également plus élevés pour les chaînes

Les clients eux-mêmes sont également aux prises avec des coûts plus élevés. Pour l’industrie de transformation, la question est de savoir si elle doit réduire sa production en raison de la hausse des prix de l’énergie. Par exemple, les transformateurs de pommes de terre sont non seulement confrontés à des coûts énergétiques plus élevés, mais également à des coûts plus élevés pour les huiles végétales et à des pénuries de main-d’œuvre. Jusqu’à présent, une partie importante de l’industrie alimentaire a pu répercuter la hausse des coûts, mais ce secteur est également confronté à un consommateur et à un supermarché plus critiques. Cela peut donc également affecter négativement la demande de produits agricoles.

Volumes inférieurs en raison de la voie de la durabilité

Outre les coûts plus élevés de la main-d’œuvre, de l’énergie et des autres moyens de production, de nombreux entrepreneurs agricoles et horticoles doivent faire face à des coûts plus élevés pour devenir plus durables. Dans de nombreux cas, la voie actuelle vers la durabilité entraîne également une baisse des volumes, ce qui signifie que les coûts par unité de produit augmentent plus rapidement. Par exemple, un certain nombre d’éleveurs de poulets de chair passeront à Beter Leven 1 étoile, ce qui entraînera des investissements plus importants dans les étables et moins d’animaux par mètre carré. D’autres exemples sont la nouvelle politique agricole commune et le « 7e programme d’action néerlandais concernant la directive sur les nitrates ». Les mesures visant à prévenir le lessivage des nitrates, telles que l’ensemencement d’engrais verts et des zones sans fertilisation le long des cours d’eau, peuvent entraîner une baisse de la production dans les cultures arables.

En 2023, la politique gouvernementale de réduction des émissions d’azote aura encore un impact limité sur la production des filières d’élevage. Le rachat d’entreprises devrait être mineur, ce qui signifie que la production de produits laitiers, de viande et d’œufs sera également limitée.

Extraits

Floriculture

Le secteur de la floriculture a dû faire face à des hauts et des bas ces dernières années.

Après le confinement de mars 2020, cela semblait sans espoir pour le secteur de la floriculture. Les exportations se sont arrêtées et le secteur était à perte. Cette période a été de courte durée et ce qui était initialement un obstacle s’est ensuite révélé être une opportunité. Les mesures corona ont permis aux consommateurs d’avoir de l’argent en trop et de le dépenser volontiers pour décorer leur maison et leur jardin avec des plantes et des fleurs. La demande a fortement augmenté aux Pays-Bas et dans d’autres pays de vente importants tels que l’Allemagne et le Royaume-Uni. Cela a entraîné une augmentation des volumes de vente et une augmentation substantielle des prix.

Cette année, le pic s’est de nouveau transformé en creux : les consommateurs ont dépensé leur argent en vacances et moins en fleurs et plantes. De plus, le pouvoir d’achat a diminué, forçant les consommateurs à faire des choix plus judicieux quant à l’endroit où ils dépensent leur argent.

Prévisions du secteur agricole

Pourcentage de croissance du volume d’une année sur l’autre 2023 2022 2023
Floriculture -10 -20
Culture de légumes sous serre -7 0
Ferme laitière -1 0
la volaille Viande -2  -5
Oeufs de volaille -2  -3
Elevage porcin -2,5 -3
Agriculture 4 0

Analyse De L'Agriculture Abn Amro Au Pays-Bas - La Production De La Floriculture Néerlandaise Chutera De 20 % En 2023

En 2022, les exportations de plantes et de fleurs devraient diminuer.

Jusqu’en septembre, la valeur des exportations de la floriculture a chuté de 1,6 %, selon les données de Floridata. Cela est dû à la fois à une baisse des volumes et à une baisse des prix. Les exportations vers la France ont notamment baissé. Les consommateurs aux Pays-Bas ont également dépensé moins pour les fleurs.

Cette pression sur la demande intervient à un moment où les coûts restent élevés. Le secteur est très consommateur de gaz et est donc très vulnérable à la hausse des prix du gaz. Une grande partie du prix de revient des entreprises floricoles est actuellement constituée de gaz. Avant la crise de l’énergie, ce pourcentage était d’environ 30 %, et il a fortement augmenté.

Maintenant que de plus en plus de contrats énergétiques fixes arrivent à échéance, les coûts pour de plus en plus d’entreprises augmentent. Les producteurs d’ornement avec des prix de l’essence variables doivent chercher d’autres moyens de survivre. Les prix du gaz devraient rester relativement élevés pendant longtemps. Par exemple, certains producteurs d’orchidées en pot décident d’arrêter définitivement la production. Certains producteurs de cultures vivaces telles que les roses et les gerberas n’éclaireront pas la période hivernale à venir. Et certains producteurs de chrysanthèmes et de lisianthus ne mettent temporairement pas en place de nouvelles boutures.

Dans l’ensemble, beaucoup moins de fleurs et de plantes issues de l’horticulture sous serre néerlandaise seront sur le marché en 2023.

La situation est sans précédent, ce qui signifie que le pronostic est entouré de nombreuses incertitudes. ABN AMRO s’attend à ce que le volume du secteur de la floriculture chute de 10 % cette année et de 10 à 20 % supplémentaires l’année prochaine. Cela garantit que l’offre est plus en phase avecune demande en baisse. Le pouvoir d’achat diminuera encore avant 2023. Si la relation entre l’offre et la demande s’améliore, le prix ne devrait pas non plus chuter trop loin.

Outre les producteurs d’ornement eux-mêmes, les fournisseurs de matériaux et les sociétés de négoce ressentiront également les conséquences de la baisse des volumes. Cela ne veut pas dire que tout est catastrophique pour le secteur. Une partie des volumes perdus peut être compensée par des prix de vente désormais encore plus élevés et par la vente d’électricité. ABN AMRO s’attend à une scission dans le secteur. En particulier, les grandes entreprises les plus modernes qui ont la possibilité d’investir dans des solutions durables telles que l’éclairage LED, les toiles d’écran, la déshumidification ou la production combinée de chaleur et d’électricité (CHP) sortiront renforcées de la crise.

Clause de non-responsabilité

Les opinions exprimées dans cette publication sont basées sur des données considérées comme fiables par ABN AMRO et informations. 

Nadia Menkveld – Economiste du secteur Agricole et Alimentaire – Banque Privée ABN AMRO

Nadia Menkveld est économiste du secteur agricole et alimentaire . Nadia suit de près les évolutions de ces secteurs. En plus des prévisions, elle écrit sur l’exportation de produits agricoles et suit l’évolution du marché du travail pour le secteur agricole.

Elle écrit également sur les marchés émergents, comme les substituts de viande, les produits laitiers alternatifs ou les boissons non alcoolisées. Dans ses analyses, elle répond à des questions pertinentes telles que : Quelles sont les dernières tendances des consommateurs dans le domaine de l’alimentation ? Et comment ces informations affectent-elles l’industrie alimentaire ?

La rédaction de JAF-info

La rédaction de JAF-info

Le site de presse en ligne JAF-info | Jardinerie Animalerie Fleuriste est une publication des Editions Média-Talents réservée aux professionnels Créé en 2011, il concentre plusieurs sources d’informations : Une information journalistique - Une veille par la curation d’articles publiés sur le web - Des échanges avec la communauté des professionnels de la filière pour l’essentiel Ce média inédit a pour objectif de diffuser une information plutôt économique et d’actualité en continu de la profession : La distribution du jardin, des fleurs et des Animaux de compagnie. Réactif, souple, facilitant les échanges, les partages sur les réseaux sociaux et les mises en relation, son but principal est de surligner les Talents qui composent la filière. 1er média gratuit en ligne des Distributeurs de la Nature ! Indépendance, transparence et confiance : Aucun actionnariat ou intérêt dans une société ou association. La publication ne vit que du soutien de ses annonceurs
Origine : Veille – Curation
Signature : Nadia Menkveld .abnamro.nl
Crédit photo : Photo Générique ou logo société
Source :
  • https://www.abnamro.nl/nl/zakelijk/insights/sectoren-en-trends/sectorprognoses/agrarisch/agrarische-sector-blijft-staande-ondanks-hogere-kosten.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Publicité - Pack Premium